Un Montpelliérain à la page

Jérôme Diesnis

— 

L'auteur de 37 ans, aujourd'hui Francilien, a passé son enfance à Montpellier.
L'auteur de 37 ans, aujourd'hui Francilien, a passé son enfance à Montpellier. — Eric Clément

«Ah ! Monsieur le fakir. » Ceux qui le reconnaissent le saluent à leur façon : « Pourtant je ne leur ressemble ni de près, ni de loin », s'en amuse Romain Puértolas. L'écrivain est assimilé au héros de son roman. L'extraordinaire voyage du Fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa est une comète dans la rentrée littéraire. « J'ai tout de suite été attaché au ton, à l'histoire loufoque et originale », se souvient son éditeur Dominique Gaultier (éditions Le Dilettante). Il n'est pas le seul.

Numéro un des ventes


Le voilà en tête des ventes en France. Exceptionnel pour un premier roman. « J'écris debout pour m'évader dans le RER. » Pas très loin de son univers... de lieutenant de police ! « En imaginant le fakir coincé dans un poids lourd, la réalité m'a rattrapé. Les clandestins sont ma réalité quotidienne. » Dominique Gaultier fut d'un précieux conseil pour apporter une nuance dans un roman foncièrement drôle « Je lui ai demandé d'accentuer sur ceux qui ne sont pas nés du bon côté de la barrière. Il savait en parler sans être larmoyant. » Ce vendredi, ses lignes amènent l'auteur à Montpellier*. Là où tout a commencé 37 ans plus tôt, jusqu'à ses 10 ans. « Je garde des flashs de l'école du Mas Drevon, de la Comédie. » Il y retourne avec femme et enfants. A l'aube d'un renouveau. Celui qui fut interprète en Espagne, nettoyeur en Angleterre, DJ ou figurant n'est plus à un changement près : « Ma vie est de changer de vies. » Traduit en 27 langues dans 35 pays, son histoire l'habille d'un nouveau métier : celui d'écrivain.