Le meurtre d'un soir attire les enquêteurs d'un jour

Jérôme Diesnis

— 

Horreur : c'est la scène du crime !
Horreur : c'est la scène du crime ! — Mairie de Baillargues

«Et si on se faisait un petit meurtre entre amis ? » A cette question, une centaine de privilégiés (la jauge de la salle ne permet pas d'en accueillir davantage) a choisi de répondre par la positive. Baillargues ouvre ce vendredi sa quatrième quinzaine du polar (neuf jours en réalité) par une soirée que ne renieront pas les maîtres du genre.

« Au public de trouver »


Dans le sang, de l'association Le Manoir du Crime, ouvre ce festival. Davantage qu'une pièce de théâtre ou qu'un exercice d'improvisation, c'est une enquête criminelle à laquelle le public doit résoudre. « L'histoire a été spécialement écrite à notre demande, souligne Anick Jung, adjointe à la culture, qui a choisi le thème de Jack l'éventreur. Les personnes présentes sont amenées à interroger les suspects, les membres de la compagnie. »

Passionné de jeux de rôle et de romans policiers, élevé dans l'univers d'Agatha Christie et de Colombo, Florian Marquet a créé son association pour donner vie à un univers où les cadavres dorment dans les placards. « Tous les suspects ont forcément quelque chose à cacher, qui touche de près ou de loin le meurtre, explique-t-il. Aidés d'un inspecteur de police, c'est au public de poser les bonnes questions pour trouver les réponses. »

La soirée dans la peau d'Hercule Poirot fait mouche. « On a testé le concept de cette ouverture l'année dernière. Elle a eu un très gros succès », savoure Anick Jung.

■ Avec Michel Moatti

Le Montpelliérain Michel Moatti, auteur de Retour à Whitechapel, un roman étonnant sur Jack l'Éventreur, est en conférence mercredi (18 h 30). Les animations se succèdent jusqu'au 12 octobre.