Burger'N'Co n'est pas mort

Nicolas Bonzom

— 

La page Facebook de soutien rassemble près de 2 000 " likes ".
La page Facebook de soutien rassemble près de 2 000 " likes ". — Nicolas Bonzom / Maxele Presse

Sur les réseaux sociaux, Burger'N'Co renaît de ses cendres. Le 25 septembre, ce restaurant de la rue du Pila Saint-Gély, à Montpellier, était partiellement ravagé par les flammes, après un court-circuit sur une multiprise, en laissant orphelins les 200 à 300 amateurs de sandwichs artisanaux qui s'y rendaient chaque jour. Le désastre a déclenché une vague de solidarité sur le Web. « J'ai fait ça par pure compassion, pour donner un coup de pouce à une équipe sympa qui allait connaître une grosse galère, confie Grégory, 34 ans, client occasionnel et créateur de la page de soutien sur Facebook*. Je ne m'attendais pas à cet engouement.»

« On se sent soutenu »


Près de 2 000 « likes » témoignent de l'attachement des internautes pour le Burger'N'Co, ouvert en 2010. « Comment est-ce qu'on peut aider ? On répondra présent », commente Lisa, tandis que Jessica « est de tout cœur avec les employés et le patron ». Cette mobilisation a ému le propriétaire, Yaech Darcissac. « On se sent soutenu, souligne-t-il. Non, je ne suis pas sûr que la mobilisation serait la même si nous étions une enseigne de restauration rapide. On essaye juste de faire bien notre travail, avec des produits frais, du pain de boulanger et des prix intéressants, c'est peut-être ça qui plaît. » Le restaurant devrait rouvrir d'ici deux à quatre mois, après les travaux. « Il y a pas mal de dégâts mais ça aurait pu être bien pire, souligne Yaech Darcissac. D'ici là, un deuxième Burger'N'Co s'installera près de la place de la Comédie, vers la rue de Verdun. »