« Aujourd'hui, je suis SDF »

M. André Expulsé de son appartement, le retraité explique son désarroi

Propos recueillis par Jérôme Diesnis

— 

Durant l'intervention des forces 
de l'ordre, mercredi.
Durant l'intervention des forces de l'ordre, mercredi. — Maxele Presse

Expulsé avec sa femme mercredi de son logement au Petit-Bard, monsieur André*, retraité, revient pour 20 Minutes sur cette situation qui a entraîné un début d'échauffourée dans le quartier.

Racontez-nous votre expulsion.

Les déménageurs balançait tous dans les cartons. Par terre gisaient nos photos de mariage. On avait l'impression d'être des chiens. Quand les forces de l'ordre ont voulu nous expulser, ma fille s'est assise par terre pour protester. Un policier l'a attrapée par les cheveux et lui a fait une clé de bras. Les esprits se sont échauffés et trois de mes enfants ont été placés en garde à vue (ils sont convoqués devant la justice le 25 octobre).

Quel a été l'attitude de l'association Justice pour le Petit Bard ?

Ils nous ont rejoints quand on allait être expulsés. Ils se sont opposés à cette procédure qu'ils jugent inhumaine, sans violence, ni agressivité.

Est- il exact que vous n'avez pas répondu aux injonctions d'ACM ?

C'est faux. Nous n'avons jamais reçu d'injonction officielle mais juste des appels et des demandes d'entretien auxquels ma femme me certifie avoir toujours répondu, à une exception près, pour des impondérables. Moi, je suis tombé des nues. En raison de nos soucis de santé, nous étions sous tutelle qui s'est arrêtée à la retraite de ma femme. Nos ennuis datent de là.

Comment pouviez-vous ne pas être au courant de cette dette ?

Comme j'ai des problèmes cardiaques, ma femme n'a pas voulu m'inquiéter. Elle m'a depuis expliqué que la personne des ACM nous demandait de rembourser 375 € par mois. C'est impossible. A nous deux, nous touchons 700 €. Si j'avais été au courant, j'aurais essayé de trouver un arrangement. Nous n'avons jamais eu des problèmes de paiements auparavant, nous ne sommes pas des voyous. J'ai honte de ce qui nous arrive.

Ou habitez-vous désormais ?

Nous sommes hébergés chez ma fille, mais ce n'est pas une solution durable. Comme c'est ACM qui m'a expulsé, je suis très inquiet pour la suite. Aujourd'hui je suis SDF.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.