Le carton de Maeva Carter

Nicolas Bonzom

— 

Maeva a sorti le 2 septembre son deuxième single, " Living on video ".
Maeva a sorti le 2 septembre son deuxième single, " Living on video ". — Maeva Carter

«Je me retrouve propulsée aux côtés des Daft Punk, ou de David Guetta, c'est une consécration ! » Maeva Carter est encore sur un nuage. La DJ montpelliéraine, participante en 2007 de « L'île de la tentation » sur TF1, est nommée en tant que Meilleure artiste féminine aux NRJ DJ Awards, qui auront lieu le 6 novembre, à Monaco. « La musique et le milieu de la nuit ont toujours été des passions, reprend la jeune femme de 28 ans. Mais je n'ai jamais pensé en faire mon métier, car c'est un monde fermé, parfois très macho. » Pourtant, son rêve s'est réalisé, et son deuxième single, Living on video, reprise de Trans-X (1982), se fraye une place, depuis le 2 septembre, dans les clubs.

Une soirée à Kaboul


« L'histoire a commencé en Chine, en 2008, souligne Maeva Carter. J'y étais pour faire des photographies de mode. Par pur hasard, j'ai croisé deux Montpelliérains, DJ Kash et DJ Getdown. Ils m'ont appris le mix, et je n'ai plus lâché les platines. » Suivront des collaborations à succès, avec Ocean Drive (Whatever), ou Antoine Clamaran (Fatal Weapon) et des soirées dans les clubs les plus prisés du monde (180 en 2012). « Mais l'un de mes souvenirs les plus émouvants, ça restera la semaine dernière », note-t-elle. L'Otan lui a proposé de mixer à Kaboul, en Afghanistan, au front, pour « redonner du moral aux soldats, poursuit la jeune femme. Ils vivent des choses difficiles. C'était absolument incroyable. Ils ont dansé et ils se sont éclatés. Je n'oublierai pas ces moments. J'ai l'impression de ne pas avoir assez donné pour eux. »