Une réputation usurpée

Jérôme Diesnis

— 

L'association de Cabella et Sanson a été une réussite contre Evian.
L'association de Cabella et Sanson a été une réussite contre Evian. — J-P. Clatot / AFP

Jean Fernandez est un homme de parole. Depuis son intronisation à Montpellier, le successeur de René Girard n'a de cesse de tenter de tordre le cou à la vilaine réputation de coach défensif qui le précède. Samedi, sur le terrain d'Evian-TG, l'entraîneur a mis en conformité ses actes avec ses propos.

Comme il l'avait fait face à Reims, il a associé les deux milieux offensifs, Rémy Cabella et Morgan Sanson. Les deux hommes avaient alterné leurs positions au milieu et dans le couloir. L'un et l'autre ont cette fois évolué de façon concomitante dans l'entrejeu, Sanson dans un rôle de relayeur, Cabella dans celui d'animateur. Ce choix offensif a payé... pendant 70 minutes.

« Je suis rassuré »


Montpellier s'est montré plus habile qu'à l'habitude avec le ballon, même si la fin de match, où il aurait pu tout perdre, confirme sa fragilité. « J'ai vu des choses intéressantes sur le plan offensif, évoque Jean Fernandez. Dans la conservation, nous étions mieux que d'habitude. Je suis rassuré sur notre façon de jouer. »

La touche de technicité apportée au milieu n'y est pas étrangère. Montpellier trouve peu à peu son style. Et ce n'est pas celui d'une équipe recroquevillée sur elle-même.

■ Et de quatre !

L'exclusion sur le banc de touche du latéral Siaka Tiéné, pour contestations, porte à quatre le nombre de joueurs expulsés à Montpellier cette saison après six journées. Un record du genre !