Le réalisme en trois leçons

Jérôme Diesnis

— 

L'ailier montpelliérain Yoan Audrin a inscrit deux essais.
L'ailier montpelliérain Yoan Audrin a inscrit deux essais. — S. Ortola / 20 Minutes

Le sport aime parfois prendre des largesses avec la logique. Montpellier s'est imposé sur un terrain à haut risque à Bègles, là où les deux derniers champions de France (Toulouse et Castres) venaient de chuter. Un joli résultat (29-36)… avec le contenu le moins abouti, sans doute, depuis le début de la saison. Comprenne qui pourra. Pas Fabien Galthié a priori. « Comptablement, c'est un peu mieux, même si dans le jeu ce n'est pas notre meilleur match. Mais ce n'est pas grave. Cette première fait du bien, même si on devrait être à quatre victoires. »

« Froideur en attaque »


Une interception, un mauvais replacement défensif des Bordelais, une grossière erreur de réception sur une chandelle : le MHR s'est transformé en monstre d'opportunisme, sans tenir le ballon ni proposer de jeu, avec notamment deux essais de filou de l'ailier Yoan Audrin. « On s'est retrouvé sur l'agressivité et la froideur en attaque. » Alexandre Bias utilise les mots justes. « Il n'y avait pas le feu après trois journées, mais quand même… On voyait les gros décoller pendant qu'on prenait du retard. » Avec ce second succès consécutif, revoilà l'outsider montpelliérain dans la bonne partie de tableau.

■ Toulouse dimanche

Les matchs de haut niveau s'enchaînent pour Montpellier dans ce Top 14 hyper-relevé. Dimanche (15 h 30), c'est le Stade toulousain qui viendra fouler le stade Yves-du-Manoir.