La rentrée des retraités

Nicolas Bonzom

— 

«Retraitée donne cours de mathématiques du CE1 au collège. » Ces petites annonces fleurissent, en cette rentrée, aux abords des écoles et sur les sites spécialisés. Selon une étude de l'Insee, en France, 7 % des retraités sexagénaires occupent un emploi, parmi lesquels le soutien scolaire et l'aide aux devoirs. « Ce sont des personnes expérimentées, en qui nous pouvons avoir confiance, explique Elodie Perrusson, chargée du recrutement à KeepSchool. Elles présentent l'avantage d'être disponibles toute l'année, contrairement à un étudiant. »

Dans l'agglomération, les parents ont l'embarras du choix. « Quand j'ai pris ma retraite, je n'ai pas voulu couper le rapport privilégié que j'avais contruit avec les enfants. Je crois que ce métier reste une passion toute la vie », confie Martine, 60 ans, de Saint-Jean-de-Védas, ancienne directrice d'école. « J'ai dû m'arrêter d'enseigner tôt, à cause d'un problème de santé, et aujourd'hui que je vais mieux, je ressens l'envie de transmettre », explique Viviane, 58 ans, ancienne maîtresse du CE1 au CM2.

« Ma maigre retraite ne me suffirait pas pour vivre »


Chaque cours dispensé par un retraité coûte entre 12 et 20 €, selon les matières et le parcours de l'enseignant. « Les cours de soutien sont aussi une nécessité financière, souligne Mireille, 63 ans, qui officie à Jacou et Clapiers. Ma maigre retraite ne me suffirait pas pour vivre. » Selon Martine, « l'apport financier est trop minime pour que ce soit la seule raison. »

La volonté de se « sentir utile » ressort aussi des témoignages de ces seniors montpelliérains. Les cours du soir permettraient de « garder un lien fort avec le monde du travail ». « On se sent vite isolée quand on part à la retraite, il faut se débrouiller pour maintenir un tissu social de n'importe quelle manière que ce soit. J'ai un peu l'impression d'exister encore », reprend Martine, 60 ans. « C'est une façon d'occuper ces débuts de soirées », souligne Jean-Paul, ancien professeur de 65 ans, de Grabels.

Les retraités montpelliérains ont, eux aussi, cette semaine, sorti leurs belles trousses toutes neuves.