Le MHR, roi des excès

Jérôme Diesnis

— 

A l'image de Thomas Combezou, les Montpelliérains sont prêts au combat.
A l'image de Thomas Combezou, les Montpelliérains sont prêts au combat. — Jérôme Diesnis / Maxele Presse

Et le chiffre du jour est le numéro deux. Deux, comme le nombre de survivants (le flanker Kélian Galletier et le demi de mêlée Benoît Paillaugue) de la victoire samedi contre Brive (33-24), rappelés pour en découvre à Bordeaux ce mercredi. Avec trois matchs en huit jours, le staff du MHR a fait le choix du turnover. « Il faut respecter l'émulation, la concurrence et la récupération », tranche Fabien Galthié. Et au passage envoyer un signe à un groupe dont on ne sait trop sur quel pied il danse depuis le début de la saison.

« Une bonne claque »


Jusqu'à présent, Montpellier brille par ses excès. Excès de zèle contre Toulon où à force de jouer plutôt que de tenir le résultat, il a perdu ses dix points d'avance en dix minutes (22-22). Excès de précipitation à Biarritz (12-19) avec une ribambelle d'en-avants au moment d'aplatir. Excès de confiance contre Brive (33-24) où le bonus offensif qui semblait acquis lui a glissé des doigts en un quart d'heure. « Ça nous a mis une bonne claque, promet Alexandre Bias, capitaine pour l'occasion. On n'a plus le droit de perdre des points trop facilement. » Pas si facile à mettre en application à Bordeaux, déjà tombeur de Toulouse et Castres depuis le début de la saison.

■ Selponi, première

Fabien Galthié confiera l'ouverture au jeune Enzo Selponi (20 ans). Il disputera sa 1re rencontre officielle avec le groupe pro. Le manager l'a préféré à Ilian Perraux, aperçu à cinq reprises en 2011-2012.