Nikola Karabatic: «Nous irons au non-lieu»

HANDBALL Le joueur a été entendu dans l’affaire des paris...

Nicolas Bonzom

— 

Nikola Karabatic et sa compagnie Géraldine Pillet, au tribunal, lundi matin 10 juin 2013 à Montpellier
Nikola Karabatic et sa compagnie Géraldine Pillet, au tribunal, lundi matin 10 juin 2013 à Montpellier — Nicolas Bonzom / Maxele Presse / 20 Minutes

La thèse du téléphone portable ne tiendrait plus qu’à un fil. «Mes avocats ont démontré que c’était faux, je n’étais pas avec ma compagne lors de l’utilisation de mon téléphone», souligne Nikola Karabatic, dénonçant «une manipulation de l’opinion», à sa sortie du bureau des juges, lundi matin.

L’ancien joueur du MAHB était entendu dans l’affaire des paris présumés truqués du match Cesson-Montpellier, le 12 mai 2012. Sa fiancée Géraldine Pillet, également entendue, soutient que c’est elle qui a utilisé le téléphone de  Nikola Karabatic pour parier. «Dossier technique à l’appui (...), les juges en ont convenu», souligne Me Jean-Robert Phung, l’avocat du joueur.

Rater des passes, «ça arrive»

Les soupçons de «match truqué» subsistent pourtant. En mai, un rapport de Pierre Sallet, expert nommé par le juge d’instruction, révélait que la quasi-totalité des joueurs de Montpellier aurait eu un comportement anormal lors de la rencontre remportée, contre toute attente, par Cesson.

«Je pense que cet expert n’a certainement jamais joué au handball de toute sa vie, note Me Jean-Robert Phung. Des joueurs qui ratent des passes, ça arrive. Quand tout ceci sera terminé, les enquêteurs devront justifier (...) auprès de la Chancellerie tout l’argent dépensé pour ce qui relève du disciplinaire. Nous irons au non-lieu, ou à la relaxe.»

La défense n’exclut pas de donner une suite à l’affaire, qui a écorné l’image des joueurs. «Je suis content, je vais en équipe de France», a assuré Nikola Karabatic, avant de s’éclipser. Mercredi (18 h), il rencontrera la Lituanie, dans le cadre des éliminatoires pour l’Euro.