Des nouvelles de l'espace

Nicolas Bonzom

— 

«C'est» la «grosse mission du XXIe siècle pour l'astrophysique ! » Gérard Jasniewicz, astronome au laboratoire Univers et Particules de Montpellier, ne tarit pas d'éloges sur l'épopée Gaïa. La conception de ce satellite novateur a été confiée en 2006 à 400 chercheurs par l'agence spatiale européenne, dont une équipe de trois scientifiques montpelliérains, épaulés par des étudiants. « Gaïa mesurera la position et la distance d'un milliard d'étoiles, alors que nous n'en connaissons que 100 000 », confie Gérard Jasniewicz.

De nouvelles planètes


Son lancement, prévu le 19 septembre depuis la Guyane, devrait permettre d'élucider certains mystères sur la formation de la Galaxie, et de détecter entre 10 000 et 50 000 planètes hors du système solaire. « A Montpellier, nous sommes notamment chargés de la constitution d'un catalogue d'étoiles déjà connues et qui serviront de référence au spectromètre, précise Claude Zurbach, ingénieur de recherche. Un peu comme un mètre-étalon. »

L'opération Gaïa devrait s'achever vers 2018, avec un éventuel prolongement d'un an, pour un coût total de 450 000 €. Le travail de ses deux télescopes aboutira à la réalisation d'une nouvelle cartographie de notre Galaxie.

■ Des prix décernés

Pour la semaine de l'astrophysique, plusieurs prix seront décernés à des projets scolaires (ce mercredi à 18 h 15 au Planétarium Galilée) et à de jeunes chercheurs (jeudi à 18 h 30 à la faculté de médecine).