« Les portes de la mosquée sont ouvertes à tous »

Jérôme Diesnis

— 

L'imam Mohamed Khattabi.
L'imam Mohamed Khattabi. — Jérôme Diesnis / Maxele Presse

Pour la seconde fois, la mosquée Averroès de la Paillade a décidé d'ouvrir ses portes aux publics. La première, le 6 octobre, avait permis d'accueillir environ 200 curieux. « Nous souhaitons faire découvrir la mosquée, la communauté musulmane et expliquer notre religion, souligne Lhoussine Tahri, le président de la mosquée. Nous souhaitons briser le rideau entre nous et l'extérieur. Alors, dans cette optique, tous ceux qui veulent venir sont les bienvenus. Quand on parle avec les autres, on découvre des points communs. »

« Faire cesser les amalgames »


Mais de l'esprit n'est resté que la polémique. Interrogé sur cette volonté de s'ouvrir à tous, y compris aux représentants du Front National, le représentant de la mosquée avait expliqué qu'il n'était pas question de fermer les portes à quiconque. « Ça a été pris pour une invitation explicite. Cela a dérivé politiquement. Nous, nous sommes sur un terrain religieux. Nous sommes là pour nous ouvrir, pas pour polémiquer. » La communauté musulmane a prévu huit ateliers (sur le halal, les femmes ou la charia...) pour faire cesser les amalgames, samedi (lire encadré). « L'islam est une religion d'ouverture, évoque l'imam Mohamed Khattabi. La journée du 8 juin entre dans ce cadre d'ouverture, d'explication et d'information. Nous n'avons pas le choix, pour sa crédibilité, son authenticité. On en a ras-le-bol de voir des gens qui agissent au nom de Dieu et salissent notre religion. L'islam n'incite ni à la violence, ni au terrorisme » Ils vont tenter de l'expliquer, samedi.

■ Huit ateliers

Samedi (10 h-17 h) , huit ateliers seront accessibles au grand public dans la mosquée. Le vendredi (8 h-12 h), la communauté musulmane est appelée à donner son sang devant la mosquée.