Le Front national espère une vague bleue marine

Jérôme Diesnis

— 

Marie-Christine Aubert 
et Steeve Briois, au Crès, mardi.
Marie-Christine Aubert et Steeve Briois, au Crès, mardi. — Jérôme Diesnis / Maxele Presse

Il faut remonter à la lisière des années 1980 et 1990 pour trouver trace d'une telle mobilisation, avant la scission avec le Mouvement national républicain. Le Front national a présenté mardi le premier étage de sa fusée pour les élections municipales de 2014, des têtes de liste pour 17 communes de l'Hérault, en attendant les investitures pour les principales communes, dont Montpellier. « Tout sera bouclé avant le mois de juillet, explique le secrétaire général du FN, Steeve Briois. Nous avons l'intention d'aller sur le terrain rapidement. »

« Une chance historique »


Le parti de Marine Le Pen est traditionnellement peu représenté en dehors des grandes villes. « Je sens une demande de la part des citoyens dans les communes de l'Hérault, souligne Marie-Christine Aubert, responsable départementale depuis février. D'autres adhérents sont prêts également à s'investir. » « Notre objectif est d'avoir des dizaines de conseillers municipaux et des élus majoritaires qui mettront en application nos idées », confirme Steeve Briois.

A l'image de La Grande-Motte, où Christophe Thiollet se présente « pour gagner la mairie », beaucoup de têtes de liste démarrent à cette occasion une carrière politique. « J'ai senti une attente forte pour porter la vraie opposition », souligne Sébastien Herguezabal, candidat à Mauguio. « Nous avons une chance historique d'incarner une alternative », estime Steeve Briois.

■ PS : ce sera le 5 juin

Initialement prévu ce mercredi mais reporté en raison du premier mariage pour tous, la réunion des quatre candidats à l'investiture du PS à Montpellier a été fixée au 5 juin (10 h 30), rue de Solférino.