Le début d'une nouvelle vie pour une voie traumatisée

Jérôme Diesnis

— 

Ne restent que tramway et piétons.
Ne restent que tramway et piétons. — Nicolas Bonzom / Maxele Presse

En remontant les boulevards du Jeu de Paume et Ledru-Rollin, le décompte fait peur. En quelques mois, voire quelques années, 22 commerces ont fermé leurs portes. Cette artère historique qui longe l'Ecusson a été frappée de plein fouet par les travaux du tramway, qui auront duré près de trois ans au total. « Il était temps que les travaux s'arrêtent, soupire Anita, gérante d'Oxo (prêt-à-porter). Mais la baisse globale de clientèle n'est pas simplement liée qu'aux travaux, la crise y est aussi pour quelque chose. »

« Lui redonner son attrait »


Une page se tourne avec ce symbole de la toute-puissance de la voiture. Ce mercredi, l'artère est donnée aux piétons et au tramway. « On a ouvert il y a trois mois dans la boue. La suite ne peut être que positive », sourient Bénédicte et Caroline, cogérantes de Paume (accessoires de décoration). La mairie souhaite « redonner à cette artère son caractère attractif et commercial ». Derrière les effets d'annonce parfois malheureux, elle a préempté une partie des commerces avec l'ambition d'attirer des marques prestigieuses. « Il s'agit du seul boulevard dont les surfaces sont si importantes (jusqu'à 300m2), rappelle le responsable (éponyme) de l'agence Pierre Deguara, spécialisée dans le fond de commerce. Les premières enseignes auront un effet d'appel. Si Nespresso s'installe comme cela a été dit, les autres suivront. » Anita est pleine d'espoir. « Ca peut devenir une belle artère où les gens auront envie de se promener. »

■ Un accès de la ville

70% du trafic du boulevard du Jeu de Paume était de transit. Sa fermeture aux voitures est critiqué par Montpellier métropole (UMP) qui estime que « c'est aussi la circulation d'accès à la ville » qui est sacrifiée.