La fin du gang des disqueuses

— 

L'opération « Téléphonie 34 » de la gendarmerie de Montpellier a porté ses fruits. Douze personnes, âgées de 30 à 50 ans, issues du « gang des disqueuses », ont été mises en examen dimanche pour association de malfaiteurs et vols en bande organisée. Depuis le casse du 6 décembre dernier à Balaruc-le-Vieux, les individus auraient « dévalisé » 19 boutiques de téléphonie mobile, pour revendre les produits dérobés en Algérie. Originaires de l'Hérault, ils auraient également sévi en Midi-Pyrénées, jusqu'à Niort, dans les Deux-Sèvres. Le gang découpait les rideaux métalliques des magasins avec des disqueuses thermiques. 313 téléphones et tablettes auraient été saisis, pour des transactions qui s'élèvent au total à 200 000 €. « Ce sont de vrais professionnels, qui ne laissent aucune trace ADN, d'où la difficulté de l'enquête », confie le procureur de la république de Montpellier Brice Robin. Tous étaient déjà connus de la justice. n. B.