La renaissance des diables

Jérôme Diesnis

— 

Montpellier est resté invaincu cette saison dans son antre du stade Sabathé.
Montpellier est resté invaincu cette saison dans son antre du stade Sabathé. — Les Diables Rouges

Ils ont survécu au pire. Dans la douleur, certes, mais debout malgré tout. Condamnés à quitter l'élite en début de saison après le dépôt de bilan, les Diables rouges sont repartis deux divisions en dessous (en Nationale 1). Avec un effectif amputé de la quasi-totalité des joueurs, mais avec la foi des bâtisseurs. « On aime le rugby, il n'était pas question de lâcher et de mourir », évoque Ika Modebadze, président-joueur de l'équipe.

Notre plus grande victoire


Avec les jeunes et des bonnes volontés, les Diables rouges ont réussi une forme d'exploit : se qualifier pour les quarts de finale du championnat. Samedi, ils se sont imposés 4-2 contre La Réole et peuvent rêver à une qualification, même difficile. Mais au-delà d'une hypothétique accession en Elite 2 (pour le lauréat des phases finales), l'essentiel est ailleurs. « On est toujours là et c'est notre plus grande victoire. Nous souhaitons nous restructurer, retrouver des sponsors et des bénévoles qui viendront épauler ceux qui nous apportent un soutien extraordinaire », reprend le président. « Nous essayons de ne pas refaire les erreurs du passé en nous appuyant sur les hommes pour reconstruire ce club », conclut Gérard Sastre, le vice-président.

■ Retour A La Réole

Les Diables rouges se rendent dimanche (15 h) en Gironde pour tenter de se qualifier en demi-finale de Nationale 1 et conserver leur maigre avance (4-2).