Un simple clic pour investir dans la production de vins

nicolas bonzom

— 

L'argent collecté sur le site sert au vigneron à développer son activité.
L'argent collecté sur le site sert au vigneron à développer son activité. — NICOLAS BONZOM / MAXELE PRESSE

Le succès du label My Major Company, qui a découvert le chanteur Grégoire en 2007, a ouvert la voie au phénomène des sites de financement participatif (crowdfunding). Nicolas Rouanet et Jérémy Escolano, deux Montpelliérains nés « pile le même jour » il y a 27 ans, ont eu l'idée d'adapter le concept au secteur de la viticulture. Depuis le 18 mars, leur plate-forme web bodegga.fr a attisé la curiosité de 800 internautes.

Un pourcentage sur les ventes


Les professionnels inscrits définissent une levée de fonds pour se développer. « Les internautes peuvent alors investir une somme d'argent [dès 25 €] dans des»VigneBons«, souligne Jérémy Escolano. Si l'objectif est atteint, l'argent est reversé au vigneron. » En contrepartie, un pourcentage sur les ventes du viticulteur est reversé aux contributeurs, qui bénéficient aussi de 10 % de réduction sur la boutique Bodegga. Si la collecte échoue, les internautes récupèrent leur argent. Une véritable alternative aux banquiers, pas toujours enclins à prêter pour financer des projets viticoles.

Christophe Durdilly du domaine Croix-Rousse, près de Toulon, a tenté l'aventure. « J'ai trouvé l'idée sensationnelle, précise-t-il. Ça motive les consommateurs. » Si les 35 000 € sont atteints, le Varois pourra investir dans une nouvelle cuverie, acquérir deux hectares supplémentaires et arracher et replanter deux parcelles. « Il y a pour l'instant deux vignerons en quête d'un financement sur le site, mais à moyen-terme l'objectif est d'arriver à en financer cinq », conclut Jérémy Escolano.

■ La silicon séduite

« Nous avons été sélectionnés par un jury d'experts de la Silicon Valley pour intégrer Start-up Chile de janvier à août 2012 », confie Nicolas Escolano. Le programme chilien accompagne chaque trimestre cent start-up, avec une subvention de 30 000 €.