Les Chevaliers du ciel sont à Montpellier

Jérôme Diesnis

— 

La démonstration de voltige est couplée à la journée portes-ouvertes de l'Esma
La démonstration de voltige est couplée à la journée portes-ouvertes de l'Esma — Adrenalin Flights

Dans le petit briefing qui précède le vol, Thierry Amar l'a immédiatement évoqué : « la seule chose qui compte, c'est de partager le plaisir. » Alors, oui, quel pied !

Une heure et demi plus tard, dont environ vingt-cinq minutes à enchaîner les figures à environ 3 000 pieds (1 000 mètres d'altitude), la tête en bas, parfois écrasé dans son siège sous la force des G positifs, on sait que ce moment sera inoubliable. « C'est ce que l'on a essayé de faire en créant cette société Adrenalin Fights, reprend celui qui tient le manche pendant cette découverte. Nous avons été les premiers à créer une entreprise accolée à notre association, après la nouvelle loi de février 2012. Nous ne sommes pas dans l'abattage. Le coût de cet apprentissage (à partir de 290 €) permet de payer les coûts inhérents aux avions. »

« Ça démystifie la voltige »


Pilote international licencié à l'aéroclub de l'Hérault et du Languedoc-Roussillon, basé l'aéroport de Mauguio, Thierry Amar nous avait expliqué au moment de la prise de contact que le mieux « pour comprendre la voltige est de la vivre soi-même, pour trouver les bons mots pour en parler. » Ceux-ci manquent, parfois, comme le souffle. Mais à aucun moment, la peur ne vient s'immiscer de le cockpit de ce Cap 10 C, un avion créé spécialement pour la voltige aérienne. «Ça démystifie beaucoup la voltige. Ça apporte des sensations fortes dans un environnement très sécurisant. »La team sera dans le ciel de Montpellier ce samedi (14 h), pour fêter la journée portes-ouvertes de l'Esma (de 9 h 30 à 17  h 30), l'école d'aviation civile basée également sur l'aéroport de Montpellier. Avant d'évoquer le destin croisé des deux entités, à 15 h, lors d'un forum. En difficultés financières, « l'école sortira totalement du rouge le 27 avril », explique son directeur Patrick Mauduit. Un vrai bol d'air pour une institution présente sur Montpellier depuis 25 ans, qui possède 22 avions et cumule 23 000 heures de vol chaque année.