Premiers vers, première rencontre

Jérôme diesnis

— 

Stéphane Herb, chez lui à Lattes.
Stéphane Herb, chez lui à Lattes. — Editions Mélibée

C'est beau et troublant comme une première fois. En dédicaces ce week-end à Saint-André-de-Sangonis, samedi et dimanche, dans le cadre du festival du livre, Stéphane Herb vient à la rencontre de ses lecteurs. « C'est une première confrontation avec le public que je n'avais pas forcément imaginée. Mais il faut aussi savoir se mettre en danger », sourit-il.

Ce premier recueil de poésie, il a mis six ans pour le construire. « Ce sont des textes écrits après une rupture familiale. Ils évoquent ma reconstruction. Je n'avais pas dans l'idée de les éditer. Et puis j'ai eu envie de les faire vivre. Cela m'a libéré, c'était une remise en cause, une recherche spirituelle. »

L'Alsacien est arrivé à Lattes il y a une dizaine d'années. Salarié du conseil général, au service de protection de l'enfance, il est édité par les éditions Mélibée. Les méandres du temps sont suspendus en trois chapitres : ses rencontres sentimentales, sa famille (son « éphémère richesse »), ses pensées sur l'écologie et le monde actuel. « Ce recueil m'a ouvert à l'envie d'écrire un roman ou une nouvelle. » L'aventure ne fait peut-être que débuter.