Les pistes cyclables « bien pensées » à Montpellier

— 

nicolas bonzom / MAXELE PRESSE / 20 minutes

L'atelier associatif du « vieux biclou » tourne à plein régime aux Beaux-Arts. Neuf cents adhérents se rendent dans ce garage aménagé en 2005, rue de la Poésie, pour réparer leurs bicyclettes. Tous semblent conquis par le réseau cyclable montpelliérain. « Je ne me déplace qu'à vélo pour aller à l'université de lettres, souligne Valérie, 19 ans. Hormis quelques zones plutôt délicates, les pistes sont bien pensées à Montpellier. »

Selon une étude publiée en 2011, le Clapas se hisse à la 6e place des villes les plus cyclables de France, avec 22 % des voies adaptées à la petite reine. Les amateurs de vélo disposent à Montpellier de 60 km de pistes bidirectionnelles et de 13 km à sens unique. « Nous ne cherchons pas à tout prix à augmenter leur nombre mais à les sécuriser et établir des connexions entre elles, précise Serge Fleurence, premier adjoint (PS) de la ville de Montpellier. Un budget d'un million d'euros y est consacré chaque année. » La sécurité est effectivement l'un des enjeux évoqués par les Montpelliérains. « La cohabitation entre le tramway, les voitures, les piétons et nous est souvent dangereuse autour de l'Ecusson, confie Joël, qui utilise des Vélomagg* pour se rendre à sa boutique. Et dans les couloirs de bus autorisés, les chauffeurs ne sont pas toujours compréhensifs. » Parmi les zones pointées du doigt figurent les travaux, notamment sur les quais du Verdanson. « Le passage d'Albert-Ier est toujours un peu chaud le matin », assure ce retraité qui fait ses courses à bicyclette. nicolas Bonzom