« le refuge était ma dernière chance »

nicolas bonzom
— 
Frédéric Gal, le directeur, et Emilie, l'une des jeunes hébergés par l'association Le Refuge.
Frédéric Gal, le directeur, et Emilie, l'une des jeunes hébergés par l'association Le Refuge. — NICOLAS BONZOM / MAXELE PRESSE


L'association Le Refuge, créée en 2003 à Montpellier, propose aux homosexuels de 18 à 25 ans des hébergements temporaires à Boutonnet (14 places depuis le déclenchement du plan hivernal). « On offre un soutien social, psychologique et professionnel à ceux qui ont été exclus du domicile familial à cause de la révélation de leur homosexualité, souligne Frédéric Gal, son directeur. Depuis sa création, 300 personnes ont vécu dans ces appartements-relais.» Avec une participation de 25 à 100 € par mois, selon les revenus «, ajoute-t-il.



Une famille de substitution



C'est le cas d'Emilie, 23 ans. Cette Héraultaise,  qui se définit comme une» geek «passionnée, vit dans une chambre du Refuge depuis deux mois.» Mon appartement a pris feu, confie la jeune femme. Comme mes parents n'acceptent pas mon homosexualité, j'ai vécu dans la rue pendant deux semaines. Je suis arrivée au Refuge, qui m'a beaucoup aidée. «Thomas, à ses côtés, est originaire de Lourdes.» Mon père est très catholique, souligne avec émotion le jeune homme de 21 ans. Quand il a découvert que j'étais homosexuel, il m'a tabassé, puis chassé. Le Refuge était ma dernière chance. «Dans le local, rue Germain, une famille de substitution se met en place.» On envoie des textos à 1 h du matin s'ils ont besoin, mais c'est eux qui font le chemin «, reprend Frédéric Gal. Chaque jour, ils envoient CV et lettres de motivation pour tenter de s'insérer professionnellement. Emilie cherche un emploi dans une boutique de téléphonie. Quant à Thomas, il rêve de devenir policier.  

■ Les jeunes manifesteront ce samedi

Les membres de l'association participeront samedi  à la manifestation pour le projet de loi « mariage pour tous », à Montpellier à 15 h, depuis les jardins du Peyrou.  Un rassemblement aux flambeaux est également  prévu lundi 28 janvier à 18 h 30, place de la Préfecture.