Le « cola occitan » de rémi envahit les supermarchés

NICOLAS BONZOM

— 

Rémi Luberne fabrique plus de 50000 bouteilles de son cola par an.
Rémi Luberne fabrique plus de 50000 bouteilles de son cola par an. — NICOLAS BONZOM / MAXELE PRESSE

La croix occitane a fait son apparition en 2010 au rayon sodas des supermarchés de l'agglomération. Rémi Luberne, brasseur à Mèze depuis bientôt dix ans (au sud de Montpellier), a lancé un cola occitan. « C'est une mode de créer des colas identitaires, souligne ce Berrichon d'origine. On a voulu le faire avant que d'autres ne le fassent. » Plus de 50 000 bouteilles par an sont distribuées par la marque Ruée vers l'oc en Occitanie, du sud des Alpes jusqu'à l'Espagne. Son breuvage est le seul porte-drapeau de l'identité occitane sur un marché dont Coca-cola a le monopole.« Mais on commence à avoir un vrai petit succès ! »

« Un goût de bonbon »


Rémi Luberne a établi avec son équipe une recette originale, capable de réveiller les papilles des amateurs de bulles. « Le Coca-Cola a un goût de médicament, s'exclame-t-il. Nous utilisons 30 % de sucre en moins [90 grammes par litre]. Nous avons rajouté un goût de bonbon... Et puis il est un peu moins pétillant. » La potion magique héraultaise serait même en passe de grignoter quelques petites parts de marché au géant américain. « Les gens en ont franchement marre de la mondialisation et de ces grandes structures, assure Rémi Luberne. Le seul petit pouvoir qu'ils ont, c'est d'acheter des colas alternatifs et pas du Coca. En plus, ça permet de faire vivre nos entreprises locales et d'embaucher. » Quatre salariés travaillent actuellement dans cette Brasserie d'Oc, dans la zone industrielle de Mèze. La guerre des colas est déclarée.

■ de la bière aussi !

La spécialité de la Brasserie d'Oc, c'est d'abord la bière. Huit sortes différentes (120 000 litres par an) sortent de l'entreprise de Rémi Luberne depuis 2004 : des bières d'abbaye, bio ou aromotisées au muscat de Frontignan.Site : www.brasseriedoc.com