L' hypothèse du « drame familial »

Jérôme Diesnis

— 

Tard dans la nuit de lundi à mardi, les secours continuaient de sécuriser le pavillon.
Tard dans la nuit de lundi à mardi, les secours continuaient de sécuriser le pavillon. — Nicolas Bonzom / Maxele Presse

Le feu , les sirènes hurlantes et, dans la villa, l'horreur. Il est 18 h 30 lundi, lorsque les pompiers sont appelés par un voisin pour un incendie d'un pavillon à Garons.

A l'intérieur, dans la chambre à coucher du rez-de-chaussée, seule pièce sauvée des flammes, les pompiers découvrent le corps sans vie de cinq personnes, tous membres de la même famille : trois enfants âgés de 4, 11 et 13 ans et leurs parents.

« Quatre des cinq corps sont porteurs de plaies par arme blanche », évoque la procureur de la République, Laure Beccuau. Le plus jeune enfant, présente « des traces de pression au niveau du cou ». Leurs corps seront autopsiés ce mercredi. Des traces sur le corps du père, évoquant des signes d'automutilation, « laisseraient supposer que ce soit le dernier décédé », reprend la magistrate.

« Des gens normaux »


Toute la soirée, dans une rue fermée aux badauds, les véhicules de gendarmerie, des pompier et des techniciens de l'identification criminelle se succèdent dans le quartier jusqu'alors sans histoire de cette petite ville de 4 475 habitants, appartenant à la communauté d'agglomération de Nîmes. « Leurs enfants étaient adorables. Personnellement je n'ai jamais vu le papa en colère », note une voisine en secouant la tête.

« C'était des gens tout à fait normaux, des Français moyens avec lesquels il n'y avait jamais eu de problème », évoque le maire Alain Dalmas (divers droite). « Avec les éléments dont nous disposons, la thèse du drame familial semble émerger. Mais aucune piste n'est exclue, souligne la procureur.

Des témoignages évoqueraient l'existence de relations sinon conflictuelles, du moins difficiles au sein du couple. » Selon des témoignages, ils semblaient sur le point de se séparer.

Elle était âgée de 41 ans, son mari, de neuf ans son aîné, était chauffeur-livreur à Beaucaire.