En 2012, on n'a pas chômé au tribunal de Montpellier

— 

Le tribunal de grande instance a fait salle comble, ce mercredi, pour la traditionnelle cérémonie de rentrée. Le procureur de la république, Brice Robin, en a profité pour souligner que « l'activité pénale a connu un taux très élevé à Montpellier en 2012 ». La baisse des affaires traitées par le tribunal n'est que de 0, 2 % environ par rapport à l'année 2011.

«Une obligation de résultat»


Parmi les 43 070 procédures reçues au parquet en 2012, 40 % ont été qualifiées de « poursuivables ». 83 % des affaires jugées ont abouti à une réponse pénale. Face à cette intensité des procédures, le procureur a salué le classement en décembre 2012 des quartiers du nord-ouest de Montpellier en zones de sécurité prioritaires (la Mosson, le Petit-Bard, la Pergola, les Cévennes et les Haut de Massane). «Ces ZSP m'apparaissent comme une excellente initiative, souligne-t-il. Elles permettront de fédérer les forces de sécurité intérieure, d'être plus efficace dans la lutte contre la délinquance et de reconquérir des territoires qui ont été parfois été peut-être un peu laissés en jachère. Nous avons, en quelque sorte, une obligation de résultat car nous ne devons pas décevoir l'attente d'une population qui se heurte parfois à un taux de chômage très élevé. » W n.b

■ le tribunal mise sur la « dématérialisation »

Le tribunal de grande instance de Montpellier entend poursuivre en 2013 la dématérialisation sur ordinateurs, entamée en 2012, d'une partie des informations judiciaires. Cela concerne notamment la transmission des procédures de comparution ou celle avec les services de gendarmerie. « C'est un gain de temps très appréciable », assure le procureur.