« J'ai toujours eu l'envie de faire rire »

NICOLAS BONZOM

— 

Son visage n'est peut-être pas étranger aux inconditionnels de l'émission « On ne demande qu'à en rire », diffusée sur France 2. L'humoriste montpelliérain Yass, né à Saint-Etienne il y a 28 ans, se soumettra pour la troisième fois aux notes du jury dans les prochains jours. Cet enfant de la scène aura l'esprit serein.

« Un dilemne de vie »


Ses parents, d'origines kabyles, ont été son tout premier public à la fin des années 1980. « Je suis le dernier d'une famille de onze enfants, confie le comédien. Je me donnais souvent en spectacle devant mes proches. J'étais la petite star ! » Adolescent, cet inconditionnel des Inconnus se lance dans l'écriture de saynètes et multiplie les expériences amateurs. « J'ai toujours eu l'envie de faire rire, reprend-t-il. Je me souviens d'un sketche avec un»blédard« parlant en latin. Les collégiens étaient écroulés ! » Pourtant, après avoir brillamment décroché son baccalauréat, le jeune Stéphanois entame des études de commerce. « Mon père me disait que la richesse, c'était le savoir, se souvient l'humoriste. J'ai un dilemne de vie entre l'artiste et le businessman ! » Débarqué à Montpellier il y a un an pour un emploi dans le marketing, Yass décide de changer le cours de sa vie en se lançant dans le one-man-show. « J'ai trouvé son écriture très bonne et j'ai été agréablement surpris » confiait Jean Benguigui sur France 2, le 17 décembre. Son troisième passage à l'émission, prévu dans les prochains jours, sera décisif. W