À l'ouest de Montpellier, on attend de faire son cinéma

nicolas bonzom

— 

Le multiplexe Gaumont à Odysseum.
Le multiplexe Gaumont à Odysseum. — NICOLAS BONZOM / MAXELE PRESSE

Depuis 2006, la création d'un multiplexe Royal à Saint-Gély-du-Fesc (10 salles) est repoussée, embourbée dans des plaintes. Le 6 décembre, le tribunal administratif examinera le recours contre son permis de construire, déposé par l'association Tranquillité à Saint-Gély, déterminée à ne pas subir de nuisances. « Ça n'est pas le bon endroit, tout a été fait trop vite », assure sa présidente, Patricia Alonzo.

« C'est atterrant »
C'est au tour de la maire de Juvignac, Danièle Santonja (UMP), de se positionner, persuadée qu'il faut un cinéma dans le secteur. « Quand je dois aller à Odysseum, il me faut presque une heure, soulignait-elle jeudi, dans La Gazette. L'ouest montpelliérain doit être équipé et vite ». Et d'assurer que des investisseurs sont intéressés. Depuis 1996, pour décider de l'implantation d'un multiplexe, les préfectures prennent en considération l'impact du projet sur la fréquentation des salles existantes. Dans le bassin de Montpellier, 7 cinémas (dont 2 multiplexes) se partagent les entrées (voir encadré). « C'est atterrant de privilégier des équipements de cette taille » souligne Arnaud Clappier, le directeur du cinéma d'art et essai Utopia, près de l'Université Montpellier-III. « Il y en a déjà assez ! Ils finiront par s'entre-tuer et nous fragiliser à tous », s'exclame Antoine Pereniguez, directeur du Diagonal. Philippe Saurel, élu (PS) à la culture à Montpellier, n'y est pas opposé. « Les petites salles ne seront pas fragilisées, ça n'est pas les mêmes publics », assure-t-il. Le débat est ouvert. W

fréquentation

Selon une étude du CNC (2011), le taux d'occupation des fauteuils serait de 16,5 % à Montpellier. En termes d'entrées (hors Paris), la ville est à la 6e place des communes de plus de 50 000 habitants (2,2 millions par an sur 7 500 fauteuils à Montpellier).