Les temps forts de la Zone Artistique Temporaire

NICOLAS BONZOM

— 

Les happenings investissent la ville, pour la joie des petits et des grands.
Les happenings investissent la ville, pour la joie des petits et des grands. — VILLE DE MONTPELLIER

L'autre visage de la Paillade. Samedi et dimanche (10 h-19 h), la Zone Artistique Temporaire (ZAT) investit le quartier avec une centaine de spectacles gratuits « aériens et musiciens ». « Tous les quartiers doivent être le réceptacle de la fiscalité municipale », souligne Philippe Saurel (PS), adjoint à la culture, balayant la critique sur le choix du lieu. 20 Minutes a sélectionné les temps forts de la 6e édition du festival, qui avait attiré 30 000 personnes aux Arceaux en novembre.

Une exposition aérienne. Lil Wei, « l'un des artistes majeurs en Chine », a photographié les Pailladins en février. De cette séance est née l'exposition Libre comme l'air, qui présente notamment des habitants « qui volent ». « Nous les avons hissé sur une grue, à 15 m du sol », souligne le photographe.

De la danse. Didier Théron propose des spectacles déambulatoires de danseurs « gonflés ». « Le projet parle de tolérance et défait l'idée qu'on a du corps », confie le chorégraphe montpelliérain. Ces personnages intrigants circuleront dans les rues.

Du « parkour ». Cette discipline, rendue populaire par Luc Besson dans Taxi 2 (2 000), sera à l'honneur ce week-end. Montpellier Parkour initiera les visiteurs aux techniques de cette activité, consistant à se déplacer en sautant et en escaladant à travers les obstacles de la ville. « Nous apprendrons les bases à ceux qui le souhaitent, dès 15 ans, en sécurité », souligne le président Stéphane Eymard.

Des concerts. Une dizaine de concerts vont rythmer le festival, avec notamment le Montpelliérain Dimoné, la Marocaine Tata Milouda et le slammeur Dgiz. « Je suis inclassable, j'assume », confie ce dernier qui distillera son flow débridé.