MONTPELLIER - Les craintes confirmées pour le site de Montpellier

— 

Ils étaient près d'un millier de salariés ce mercredi à Paris. D'abord rue de la Boetie, devant le siège social de Sanofi où le dialogue avec la direction s'est achevé, après dix minutes, par un départ des représentants des salariés. Puis à l'Assemblée nationale, où Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, a été tancé. La veille, les Montpelliérains ont eu confirmation que leurs craintes étaient fondées. La direction a confirmé la nouvelle orientation de leur site, où la recherche va être abandonnée pour devenir un centre de développement. La perte sèche est estimée à 315 emplois, à laquelle s'ajoutent les départs volontaires « financés par le groupe à hauteur de 70% pour les salariés âgés de 55 ans », selon les syndicats. Ils dénoncent des licenciements déguisés. J. D.