ESII, un exemple au sommet de l'État

Jérôme Diesnis

— 

J. Zirah (à d.) et son associé J.-P. Richard.
J. Zirah (à d.) et son associé J.-P. Richard. — ESII

Trente ans après avoir créé son entreprise à Lavérune, Joseph Zirah va bénéficier ce lundi de ce qu'il appelle lui-même « une belle forme de reconnaissance ». Spécialisée dans la gestion des flux, la société ESII dont il est le président directeur général a été choisie par le ministre de l'Economie et des finances, Pierre Moscovici, comme cadre de son discours sur le financement des entreprises et de la Banque publique d'investissement. « Je ne boude pas mon plaisir, ça fait très plaisir », reconnaît-il.

Un PDG issu de l'Isim, à Montpellier
Avec ses 111 salariés, un chiffre d'affaires de 10,5 millions d'euros et une présence dans une cinquantaine de pays, elle est l'un des poids lourds de son secteur d'activité. « Grâce à nos logiciels, nous sommes spécialisés dans la gestion de l'accueil », reprend cet informaticien sorti en 1974 de l'école d'ingénieur de l'Isim de Montpellier. « Pour le public, nous pouvons par exemple permettre aux usagers de connaître à distance l'état d'affluence ou de recevoir des informations à l'aide de codes-barres pour des besoins plus spécifiques, comme dans les hôpitaux. Les collectivités ont la possibilité de répondre aux besoins des usagers. »
L'activité de l'entreprise est tournée à 60 % vers le privé. L'outil d'aide à la décision, fonctionne avec l'augmentation du flux pour les prises de décision. Gérer par exemple le nombre de vendeurs en fonction des besoins. Avec un seul critère dans le secteur privé : « le retour sur investissement grâce à une meilleure gestion des ressources humaines. »

Trois ministres à Montpellier

Semaine ministérielle pour Montpellier ! Ce lundi, Christiane Taubira (ministre de la Justice), puis Pierre Moscovici (ministre de l'Economie et des Finances) sont sur place. Jeudi, ce sera au tour de Najat Vallaud-Belkacem (ministre des Droits des femmes).