20 Minutes : Actualités et infos en direct
conflitGuerre en Ukraine : Découverte d'un vaste réseau de propagande russe en ligne
live

Terminé

Guerre en Ukraine : Découverte d'un vaste réseau de propagande russe en ligne

conflitRetrouvez en direct toutes les infos sur la guerre entre la Russie et l’Ukraine de ce lundi 12 février
Un bâtiment détruit par un bombardement à Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine.
Un bâtiment détruit par un bombardement à Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine. - V Madiyevskyy/UKRINFORM/SIPA / SIPA
G.N. et F.B.

G.N. et F.B.

L’ESSENTIEL

  • Le Sénat américain a fait dimanche un pas crucial pour l’adoption d’une nouvelle aide colossale à l’Ukraine de 60 milliards d’euros. Mais le plus dur reste à faire car l’octroi de cette enveloppe attendue avec fébrilité à Kiev risque de se heurter à un refus catégorique des républicains trumpistes de l’autre chambre du Congrès.
  • Les ministres des affaires étrangères français, allemands et polonais se réunissent ce lundi au château de La Celle-Saint-Cloud en format « Weimar ». Les trois pays dévoileront une nouvelle coopération contre les opérations étrangères de désinformation, venant notamment de Russie.
  • L’Otan ne peut-être « une alliance à la carte », a affirmé lundi le chef de la diplomatie européenne Josep Borrel. « A l’époque où nous vivons, une alliance militaire ne peut fonctionner au gré de l’humeur du président des Etats-Unis, ce n’est pas : "oui, non, demain, non, ça dépend". Allons ! l’Otan existe ou bien n’existe pas », s’est-il agacé. Lors d’un meeting, Donald Trump a rapporté samedi une conversation qu’il aurait eue avec l’un des chefs d’Etat de l’Otan, sans le nommer. « L’un des présidents d’un gros pays s’est levé et a dit : "Monsieur, si on ne paie pas et qu’on est attaqué par la Russie, est-ce que vous nous protégerez ?" », a-t-il raconté, avant de révéler sa réponse : « Non, je ne vous protégerais pas. En fait, je les encouragerais à faire ce qu’ils veulent. Vous devez payer vos factures. »

A VOIR

A LIRE


19h00

C'est la fin de ce live!

Merci pour votre attention et votre fidélité.

18h45

Un Biélorusse arrêté pour des soupçons de sabotage en Russie

Un Biélorusse, soupçonné de sabotage en faveur de l'Ukraine pour avoir incendié une sous-station ferroviaire dans l'ouest de la Russie, a été arrêté, ont rapporté lundi les agences de presse russes.

Depuis le lancement de son attaque à grande échelle contre l’Ukraine en février 2022, la Russie a arrêté des dizaines de personnes pour sabotage, notamment sur son vaste réseau ferroviaire.

Le suspect, né en 1998, visait une sous-station ferroviaire à Toula, à environ 175 kilomètres au sud de Moscou, a rapporté l'agence de presse RIA. Le suspect, qui avait déjà purgé une peine pour « hooliganisme » en Biélorussie, a commis l'incendie criminel sur ordre d'un Ukrainien qui lui avait promis de l'argent, selon le communiqué.

Il a été arrêté par les services de sécurité de la ville russe de Voronej, où il prévoyait de commettre un autre crime, a rapporté le ministère, citant les services de sécurité du FSB.

18h39

Des centaines de milliers de morts depuis deux ans

Le bilan humain de deux ans d'invasion russe de l'Ukraine se compte en centaines de milliers de morts, selon des chiffres russes et ukrainiens, mais son ampleur précise reste inconnue. Moscou et Kiev gardent le secret sur leurs pertes militaires, et la Russie dissimule le nombre de civils tués dans les zones qu’elle a conquise, à l'instar de la ville de ravagée de Marioupol.

17h26

Un réseau de 193 sites de propagande russe mis à jour

Un réseau « structuré et coordonné » de sites diffusant de la propagande russe en Europe et aux Etats-Unis: la France a révélé lundi une nouvelle ingérence numérique venant de la Russie à l'approche du deuxième anniversaire de la guerre en Ukraine. Baptisé « Portal Kombat », ce réseau de 193 sites a été mis au jour à l'issue de quatre mois de travail de Viginum, l'organisme français de lutte contre les ingérences numériques étrangères.

Entre septembre et décembre 2023, Viginum a analysé l'activité de ce réseau de « portails d'informations » numériques « aux caractéristiques similaires, qui diffuse des contenus pro-russes à destination d'audience internationale ».

Plusieurs d'entre eux, appartenant à « l'écosytème "pravda" ou "vérité" en russe, le nom de l'ancien organe du Parti communiste soviétique , ciblent directement les « pays occidentaux qui soutiennent l'Ukraine », selon un rapport de Viginum. Le site destiné à l'Espagne a ainsi pour nom pravda-es.com, celui voué à être lu aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni se nomme pravda-en.com. Allemagne, Autriche et Suisse ont pravda-de.com, la Pologne pravda-pl.com et la version française s'appelle pravda-fr.com.

15h44

Après la crise céréalière, la Pologne ouvre une enquête

Un joueur de basket ukrainien âgé de 17 ans, réfugié en Allemagne, est mort des suites de ses blessures après avoir été poignardé lors d'une altercation samedi dans une ville du nord-ouest du pays, a indiqué lundi la police locale. Volodymyr Yermakov avait joué dans les catégories jeunes de l'équipe ukrainienne de basket et jouait en Allemagne sous les couleurs du club ART Giants Düsseldorf, selon des sources en Ukraine où l'annonce de son décès a suscité l'émotion.

La victime se trouvait avec un autre joueur ukrainien de 18 ans lorsqu'une altercation verbale les a opposés à des jeunes dans un bus à Oberhausen, une commune du bassin industriel de la Ruhr.

15h01

En Allemagne, un joueur de basket ukrainien poignardé à mort

Un joueur de basket ukrainien âgé de 17 ans, réfugié en Allemagne, est mort des suites de ses blessures après avoir été poignardé lors d'une altercation samedi dans une ville du nord-ouest du pays, a indiqué lundi la police locale. Volodymyr Yermakov avait joué dans les catégories jeunes de l'équipe ukrainienne de basket et jouait en Allemagne sous les couleurs du club ART Giants Düsseldorf, selon des sources en Ukraine où l'annonce de son décès a suscité l'émotion.

La victime se trouvait avec un autre joueur ukrainien de 18 ans lorsqu'une altercation verbale les a opposés à des jeunes dans un bus à Oberhausen, une commune du bassin industriel de la Ruhr.

13h38

Le gouvernement ukrainien pointe une destruction céréalière « délibérée »

Le gouvernement ukrainien a dénoncé ce lundi la « destruction délibérée » par des protestataires polonais de céréales ukrainiennes à destination de l'Union européenne à la frontière entre les deux pays.

Le ministère ukrainien de la Politique agraire a déclaré dans un communiqué « condamner fermement » l'incident de dimanche. Kiev a en outre exhorté Varsovie à « rapidement » identifier et punir les auteurs.

12h50

L’Ukraine outrée après un nouvel incident céréalier à la frontière polonaise

Un tollé a éclaté en Ukraine après un nouvel incident à la frontière avec la Pologne où des agriculteurs polonais mécontents bloquant la frontière avec l’Ukraine ont déversé sur la route des céréales ukrainiennes à destination de l’Union européenne. « Aujourd’hui, nous assistons à une nouvelle escalade de la violence à notre frontière commune », a dénoncé sur Facebook Taras Katchka, vice-ministre ukrainien de l’Economie et représentant commercial de son pays.

« L’absence de réaction des autorités polonaises face à la destruction des livraisons entraînera davantage de xénophobie et de violence politique », a-t-il estimé dénonçant « l’indifférence » de Varsovie. Si les autorités polonaises ne réagissent, la « bande » ayant organisé le blocus de la frontière va « commencer à tuer les Ukrainiens parce qu’ils sont Ukrainiens », a renchéri Taras Katchka mettant aussi en garde contre le risque de « destruction » de marchandises en Pologne.

11h57

Le Kremlin et Musk démentent que Starlink soit utilisé par l’armée russe

«Il s’agit d’un système non certifié dans notre pays, qui ne peut donc pas être fourni officiellement ici et qui n’est pas fourni officiellement », a affirmé lundi à la presse le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov. « Par conséquent, il ne peut être utilisé d’aucune manière », a-t-il assuré en réaction aux accusations de Kiev selon lesquelles les forces russes utilisent sur le front le service d’accès à Internet par satellite Starlink, détenu par Elon Musk.

Ce dernier avait démenti dimanche toute livraison à Moscou de son système. « C’est totalement faux. A notre connaissance, aucun terminal Starlink n’a été vendu directement ou indirectement à la Russie », a-t-il déclaré sur X (ex-Twitter), réseau social qu’il détient.

Pourtant, l’Ukraine a réitéré lundi ses accusations formulées la veille. « Par le biais de pays tiers, Starlink est librement disponible en Russie. Par rapport à l’année dernière, l’utilisation de Starlink par l’armée russe sur la ligne de front est devenue plus systématique et bien réglementée », a affirmé Andriï Ioussov, porte-parole de la direction principale du renseignement militaire ukrainien, à la télévision ukrainienne.

11h24

L’aide américaine a fait un pas mais le plus dur reste à faire

Le Sénat américain a fait dimanche un pas crucial pour l’adoption d’une nouvelle aide colossale à l’Ukraine. Le texte prévoit notamment 60 milliards pour l’Ukraine. En rassemblant 67 votes pour ce vote de procédure, le Sénat indique qu’il a les voix nécessaires à l’approbation ultérieure de cette enveloppe.

La date du prochain vote à la chambre haute n’est pas encore connue, mais il pourrait se tenir en début de semaine. A la Chambre des représentants, la mesure fera face à la rude opposition d’élus républicains de l’aile droite.

« L’Ukraine est dangereusement à court de réserves. Si l’Amérique n’envoie pas d’aide à l’Ukraine avec ce projet de loi sur la sécurité nationale, Poutine a toutes les chances de réussir », avait averti avant le vote le chef de la majorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer. L’élu a souligné le fait rare que le vote se tienne un dimanche de Super Bowl, la très suivie grand-messe du football américain.

10h43

Désinformation russe au menu du « triangle de Weimar »

La lutte contre la désinformation venant de la Russie et le soutien accru à l’Ukraine figurent lundi au menu des discussions des ministres des Affaires étrangères français, allemande et polonais, réunis près de Paris. Le nouveau chef de la diplomatie française Stéphane Séjourné a convié ses homologues allemande Annalena Baerbock et polonais Radoslaw Sikorski à une réunion en format « Weimar » au château de La Celle-Saint-Cloud, en banlieue parisienne.

Lundi, la France, l’Allemagne et la Pologne dévoileront une nouvelle coopération contre les opérations étrangères de désinformation, venant notamment de Russie, a annoncé ce week-end Stéphane Séjourné. En outre, les ministres feront conjointement état de nouvelles attaques informationnelles lancées par Moscou contre les trois pays.

Paris, Berlin et Varsovie estiment que la coopération renforcée dans le cadre du triangle de Weimar est un moyen de consolider la position de l’Europe sur la scène internationale et de répondre plus efficacement aux défis communs. Car à eux trois, leur poids est considérable tant sur le plan géographique – puisqu’ils représentent à la fois l’Europe de l’Ouest, l’Europe centrale et l’Europe de l’Est – que sur le plan démographique avec quelque 200 millions d’habitants, soit près de la moitié de la population de l’UE.

10h29

Bonjour et bienvenue sur ce live

Bonjour ! Bienvenue sur ce live où nous allons suivre les derniers événements concernant le conflit en Ukraine. Au programme aujourd’hui, une rencontre France-Allemagne-Pologne avec l’annonce d’un dispositif pour lutter contre la désinformation russe et l’aide américaine qui attend le feu vert de la chambre des Représentants.

Sujets liés