Guerre en Ukraine : Zelensky réclame aux Occidentaux des missiles de longue portée et des avions de combat

LIVE Retrouvez les dernières informations sur le conflit en ce mercredi 25 janvier 2023

X.M., X.R., O.O.
— 
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky à Kiev, mardi 24 janvier 2023.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky à Kiev, mardi 24 janvier 2023. — AFP

L’ESSENTIEL

  • Le chancelier Olaf Scholz s’exprime ce mercredi devant le Parlement allemand avec, à la clé, une possible annonce sur les livraisons de chars lourds Leopard à l’Ukraine, qui les réclame avec insistance pour se défendre contre l’invasion russe.
  • Lundi, la Pologne avait prévenu qu’elle était prête à se passer de l’autorisation de Berlin. Varsovie, qui se dit disposé à envoyer 14 Leopard 2 à Kiev, discute avec une quinzaine d’Etats à ce sujet, de nombreuses armées européennes possédant ces blindés.
  • Une série de hauts responsables ukrainiens ont été démis de leurs fonctions dans la foulée d’une affaire de corruption concernant des approvisionnements de l’armée. Quatre vice-ministres, dont celui de la Défense Viatcheslav Chapovalov, ainsi que plusieurs gouverneurs et autres responsables ont dû quitter leur poste dans la foulée de cette affaire, la première de cette ampleur depuis le début du conflit.

A VOIR

A LIRE AUSSI



C'est la fin de ce live

Merci d'avoir suivi notre live. Retrouvez toutes les dernières informations sur la guerre en Ukraine sur notre site et nos autres supports. Bonne nuit !

21h56 : Moscou dénonce une décision « politique » d’inscrire Odessa sur la liste du patrimoine mondial en péril de l’Unesco

La Russie a dénoncé ce mercredi soir une décision « politique » d’inscrire le centre historique de la ville d’Odessa, cité ukrainienne sur les bords de la mer Noire, sur la liste du patrimoine mondial en péril de l’Unesco.

« Un groupe de pays appartenant à ''l’Occident collectif'', avec l’aide flagrante du Secrétariat de l’Unesco, qui a perdu son impartialité, a fait passer à la va-vite une décision politique », a fustigé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

21h49 : Mort au combat de deux volontaires colombiens au sein de l’armée ukrainienne

Deux Colombiens, enrôlés dans l’armée ukrainienne, ont trouvé la mort en Ukraine dans des combats contre l’armée russe, a annoncé mercredi le ministère colombien des Affaires étrangères.

Ces « deux citoyens colombiens se trouvaient en Ukraine depuis décembre et appartenaient au 49e bataillon d’infanterie de l’armée ukrainienne », indique un communiqué du ministère. « Selon les informations de ce bataillon, tous deux sont morts au combat le 18 janvier », est-il précisé.

Le ministère stipule que « depuis l’ambassade de Colombie en Pologne, la communication a été établie avec les épouses des deux ressortissants qui ont été informées du processus de rapatriement des corps ».

21h15 : « La clé est la vitesse et le volume » des livraisons de chars lourds, estime Zelensky

Le président Volodymyr Zelensky a indiqué mercredi soir que « la clé » selon lui pour renverser les forces russes sur le champ de bataille en Ukraine était « maintenant la vitesse et le volume » des livraisons de chars lourds occidentaux à son armée.

« La clé est maintenant la vitesse et le volume. La vitesse d’entraînement de nos militaires, la vitesse des livraisons des tanks (…) et le volume du soutien », a-t-il martelé dans son allocution quotidienne.

21h08 : Zelensky réclame aux Occidentaux des missiles de longue portée et des avions de combat

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a réclamé à ses alliés occidentaux ce mercredi des missiles de longue portée, ainsi que des avions de combat, après le feu vert de Washington et Berlin à l’envoi de chars lourds à Kiev à l’issue d’âpres discussions.

« Nous devons également permettre la livraison de missiles à longue portée à l’Ukraine, c’est important. Nous devons également élargir notre coopération dans l’artillerie et (rendre possible) l’envoi d’avions de combat », a déclaré Zelensky dans son allocution quotidienne publiée sur les réseaux sociaux.

20h53 : Un homme arrêté pour l’envoi de lettres piégées à l’ambassade d’Ukraine en Espagne

Un homme de 74 ans a été arrêté mercredi en Espagne, soupçonné d’avoir envoyé fin 2022 une salve de lettres piégées, notamment à l’ambassade d’Ukraine et au Premier ministre espagnol, dans laquelle Kiev voyait la main de Moscou. « Des membres de la Police nationale ont arrêté ce matin un homme de nationalité espagnole à Miranda de Ebro (ville du nord du pays), considéré comme l’auteur présumé de l’envoi de six lettres contenant du matériel explosif (…) fin novembre et début décembre », a indiqué le ministère de l’Intérieur dans un message transmis à la presse.

Transféré dès mercredi à Madrid, il sera présenté à un juge de l’Audience nationale vendredi, a précisé un porte-parole de ce tribunal chargé des affaires de terrorisme. Ces lettres avaient été adressées au Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, à sa ministre de la Défense Margarita Robles, à l’ambassade d’Ukraine et à celle des Etats-Unis en Espagne, mais aussi à une entreprise d’armement fabriquant des lance-grenades donnés par Madrid à Kiev, et à une importante base militaire espagnole.

20h39 : Varsovie fête sa victoire diplomatique après le « oui » de Berlin sur les Leopard

La Pologne a salué mercredi la décision de l’Allemagne d’envoyer des chars de combat Leopard en Ukraine, une victoire diplomatique pour elle après des semaines de querelles avec Berlin.

« Nos démarches diplomatiques et nos discussions bilatérales ont donné le résultat escompté », a déclaré Wojciech Skurkiewicz, vice-ministre polonais de la défense, à la presse après l’annonce de Berlin.

L’Allemagne a déclaré qu’elle enverrait ses propres Leopard et autoriserait d’autres pays à envoyer leurs chars de fabrication allemande pour aider l’Ukraine à repousser l’invasion russe - une décision sur laquelle Varsovie et d’autres alliés insistaient depuis des semaines.

20h25 : La Russie est « en supériorité numérique » et « intensifie » ses combats dans l’est du pays, d’après l’armée ukrainienne

La Russie, « en supériorité numérique », « intensifie » ses combats dans la région de Donetsk dans l’est de l’Ukraine, a affirmé mercredi la vice-ministre ukrainienne de la Défense Ganna Maliar, quelques heures après les annonces de livraisons de chars lourds occidentaux à Kiev.

« Les combats s’intensifient », a-t-elle indiqué sur Telegram, citant la zone autour de Bakhmout, que les troupes de Moscou tentent de conquérir depuis plusieurs mois, mais aussi celle autour de Vougledar, une localité au sud-ouest de Donetsk. C’est la première fois que Vougledar, ville d’environ 15.000 habitants avant la guerre, située dans la partie sud-ouest de la ligne de front dans la région de Donetsk, est explicitement mentionnée parmi les zones de combat « intenses ».

« Maintenant dans le Donbass, contre leur supériorité numérique et en armes, notre avantage de notre côté réside dans le professionnalisme du commandement militaire et le courage des soldats », a souligné Ganna Maliar.

20h12 : Des images de la ville de Marïnka, dans l’oblast de Donetsk




19h51 : « Une nouvelle attaque contre les droits humains en Russie »

Un tribunal russe a ordonné mercredi la dissolution du Groupe Helsinki de Moscou, la plus ancienne ONG de défense des droits humains en Russie, en pleine répression des dernières grandes voix critiques dans le pays. Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a déploré « une nouvelle attaque contre les droits humains en Russie ».

« Le Kremlin étend son agression en Ukraine à la répression politique dans son pays, fait taire les défenseurs des droits humains, réprime la société civile et les voix qui rejettent l’autoritarisme et la guerre », a-t-il écrit sur Twitter.



19h37 : Le groupe Legrand annonce son retrait de Russie

Le fabricant français de matériel électrique Legrand a annoncé mercredi son retrait de Russie, sur fond de « difficultés opérationnelles » liées au conflit en Ukraine, assorti d’une dépréciation d’actifs de 150 millions d’euros. « Au vu de l’évolution de la situation, et notamment de l’accroissement des difficultés opérationnelles et des incertitudes, Legrand a décidé de se désengager de Russie et examine ses différentes options pour assurer un transfert de ses activités dans les meilleures conditions », a précisé l’industriel dans un communiqué.

Legrand a souligné que ses activités en Russie avaient représenté « en 2022 environ 1,5 % (de ses) ventes annuelles ». Le groupe « considère que ce désengagement constitue la meilleure option afin de poursuivre le respect des réglementations applicables et de préserver à long terme une continuité des activités locales pour ses collaborateurs et ses clients ». Quelque 1.100 personnes travaillent pour le groupe en Russie, où Legrand compte quatre usines, selon une porte-parole. L’entreprise fabrique des produits sur place et en importe également.

19h22 : On rembobine

Si vous n’avez pas suivi l’actualité sur le front de l’Ukraine ce mercredi, vous pouvez retrouver toutes les infos essentielles dans notre récap' quotidien :


19h06 : Le CIO offre une feuille de route pour réintégrer Russes et Biélorusses

Le Comité international olympique, ignorant l’appel de Kiev à écarter d’ores et déjà les sportifs russes et biélorusses des JO-2024 de Paris, a esquissé ce mercredi les modalités de leur réintégration dans le sport mondial. Une telle décision, alors que les Russes et Biélorusses sont bannis de la plupart des événements sportifs depuis l’invasion de l’Ukraine fin février 2022, reviendra aux fédérations internationales, « seules autorités pouvant régir les compétitions internationales dans leur sport », précise le CIO dans un communiqué.

Mais l’instance olympique a beau se positionner en deuxième rideau, elle joue depuis le départ un rôle crucial dans ce dossier : après avoir « recommandé » l’exclusion des Russes et Biélorusses il y a près d’un an, elle a entamé en décembre une série de consultations pour organiser leur retour, au nom de la « mission unificatrice » du sport. Selon cette feuille de route proposée aux fédérations, Russes et Biélorusses s’aligneraient « en tant qu’athlètes neutres », à condition de n’avoir « pas activement soutenu la guerre en Ukraine » et de se conformer « entièrement au Code mondial antidopage », « vérifications » à la clef.

18h50 : Zelensky salue les livraisons de char comme « une étape importante pour la victoire finale »
18h40 : Les chars lourds occidentaux « seront déterminants pour notre future victoire », estime la présidence ukrainienne

Les chars lourds occidentaux « seront déterminants pour notre future victoire », a affirmé mercredi la présidence ukrainienne après l’annonce du feu vert de Washington et de Berlin à l’envoi de ces blindés à Kiev pour combattre l’invasion russe.

« Une journée historique. Un de ces jours qui sera déterminant pour notre future victoire », s’est félicité sur le réseau social Telegram Andriï Iermak, le chef de l’administration présidentielle. « L’essentiel est que ce ne soit que le début. Nous avons besoin de centaines de chars », a-t-il martelé.

18h22 : La Norvège va aussi envoyer des chars Leopard 2 à l’Ukraine

La Norvège va envoyer des chars de combat Leopard 2 à l’Ukraine dans le cadre des donations occidentales, a annoncé mercredi son ministre de la Défense.

« La Norvège et le gouvernement soutiennent le don de chars de combat à l’Ukraine. La Norvège va participer », a déclaré le ministre Bjørn Arild Gram dans une interview à la télévision publique NRK. Il s’agira de la variante du char de fabrication allemande Leopard 2 en service dans l’armée norvégienne, a-t-il précisé, sans donner le nombre de tanks concernés.

18h18 : La livraison de chars n’est pas une « menace offensive contre la Russie », affirme Biden

La livraison de chars à l’Ukraine n’est pas une « menace offensive contre la Russie », a affirmé mercredi le président américain Joe Biden après l’annonce du feu vert de Washington et de Berlin à l’envoi de ces véhicules à Kiev pour combattre l’invasion de Moscou.

Ces livraisons et l’aide militaire s’inscrivent dans le cadre « de l’engagement de pays à travers le monde, menés par les Etats-Unis, à aider l’Ukraine à défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale (…). Il ne s’agit pas d’une menace offensive contre la Russie », a-t-il déclaré lors d’une brève allocution.

18h10 : Les Etats-Unis vont livrer 31 chars Abrams à l’Ukraine

Washington va livrer 31 chars Abrams à l’Ukraine pour l’aider à combattre l’invasion russe, a annoncé mercredi un haut responsable américain, après des semaines de tergiversations.

« Les Etats-Unis vont envoyer 31 chars Abrams à l’Ukraine », « dans la droite ligne de nos efforts en vue de fournir à l’Ukraine les capacités dont elle a besoin pour continuer à mieux se défendre », a-t-il déclaré à des journalistes.

18h00 : La Russie exclue des commémorations de libération d’Auschwitz

Les représentants de la Russie n’ont pas été invités aux commémorations du 78e anniversaire de la libération par l’Armée Rouge du camp de la mort nazi d’Auschwitz-Birkenau, à la suite de l’agression russe contre l’Ukraine, a annoncé mercredi le musée du site.

« Compte tenu de l’agression contre une Ukraine libre et indépendante, les représentants de la Fédération de Russie n’ont pas été invités à participer à la commémoration de l’anniversaire de la libération d’Auschwitz de cette année » qui doit se dérouler ce vendredi, a indiqué à l’AFP Piotr Sawicki, porte-parole du musée.

17h50 : Biden s’est entretenu avec les dirigeants allemand, français, italien et britannique

Le président américain Joe Biden s’est entretenu mercredi de l’aide à l’Ukraine avec les dirigeants allemand, français, italien et britannique, a annoncé sa porte-parole, au moment où est attendue une annonce sur une livraison de chars Abrams à Kiev.

« Le président Biden a parlé ce matin avec le président français Macron, le chancelier allemand Scholz, la Première ministre italienne Meloni et le Premier ministre britannique Sunak dans le cadre de notre étroite coordination sur le soutien à l’Ukraine », a tweeté Karine Jean-Pierre.

17h27 : Volodymyr Zelensky fête ses 45 ans, en plein conflit

Le média ukrainien Kyiv Independent partage des photos marquantes du président Zelensky prises lors de l’année écoulée.



17h11 : Quatre spectateurs interrogés par la police pour avoir exhibé des drapeaux russes à l'Open d'Australie

Quatre spectateurs de l'Open d'Australie de tennis étaient interrogés mercredi par la police après avoir déployé des drapeaux russes, dont l'un à l'effigie de Vladimir Poutine, lors de matches, ont indiqué des médias australiens.

Ces spectateurs assistaient notamment à la rencontre opposant le Russe Andrey Rublev au Serbe Novak Djokovic remportée par ce dernier, ont précisé les journaux The Age et Herald Sun.

16h54 : Non, la Russie n’a pas détruit « un laboratoire d’adrénochrome » en Ukraine




16h47 : L’Ukraine alourdit les peines pour désobéissance et désertion dans l’armée

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a promulgué mercredi une loi alourdissant les peines encourues par les militaires pour désobéissance et désertion, en pleine invasion russe, un texte critiqué par les défenseurs des droits humains.

Selon le texte publié sur le site du Parlement ukrainien qui l’avait adopté en décembre, les faits concernés comprennent le refus d’obéir à un ordre, les menaces envers un commandant, la désertion et la fuite du champ de bataille ou encore la consommation d’alcool.

16h30 : La CEDH juge recevable l’affaire de l’explosion du vol MH17 en Ukraine

La Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) a déclaré mercredi majoritairement « recevables » les plaintes qui lui ont été adressées par l’Ukraine et les Pays-Bas contre la Russie pour des faits survenus en 2014 dans l’est de l’Ukraine, dont l’explosion du vol MH17.

La Cour avait été saisie par les gouvernements néerlandais et ukrainien respectivement pour la destruction du vol MH17 de la Malaysia Airlines le 17 juillet 2014, et pour des « attaques militaires illégales », des exécutions et des actes de torture commis sur des citoyens ukrainiens lors du conflit séparatiste dans le Donbass à partir de mars 2014.

16h16 : Nouveaux limogeages après un scandale de corruption

De nouveaux hauts responsables ukrainiens ont été démis de leurs fonctions mercredi, au lendemain d’une série de limogeages jusque dans l’administration présidentielle sur fond d’un scandale de corruption lié à l’approvisionnement de l’armée.

Le Parquet général ukrainien a annoncé dans un communiqué le départ « à leur propre demande » de cinq procureurs régionaux dans les régions de Zaporojie (sud), Kirovograd (centre), Poltava, Soumy et Tcherniguiv (nord).

Le ministre de la Défense Oleksiï Reznikov a de son côté indiqué sur Facebook mercredi que le responsable du département des achats de l’armée, Bodgan Khmelnytsky, a également été limogé, après avoir été suspendu en décembre.

16h01 : La France « se félicite » du feu vert allemand

La France « se félicite » du feu vert allemand à l’envoi en Ukraine de chars Leopard, estimant qu’il « prolonge et amplifie » le soutien en armement « engagé » par Paris, a déclaré mercredi l’Élysée.

Le gouvernement français n’a de son côté pas encore pris de décision au sujet de l’envoi de ses propres chars lourds Leclerc, mais ne l’exclut pas, comme l’a répété mercredi la Première ministre française Elisabeth Borne.

« Rien n’est exclu et nous sommes mobilisés pour les soutenir dans la durée », a affirmé Elisabeth Borne lors de la séance des questions d’actualité au Sénat. « S’agissant des chars Leclerc, nous poursuivons l’analyse avec le ministre des Armées ».

15h42 : Le centre historique d’Odessa, en Ukraine, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco

Le centre historique de la ville portuaire d’Odessa, cité ukrainienne sur les bords de la Mer Noire, a été inscrit mercredi sur la liste du patrimoine mondial en péril de l’Unesco, en dépit de l’opposition de la Russie.

Lors d’une session extraordinaire du Comité du patrimoine mondial à Paris, six pays sur 21 ont voté pour, 14 se sont abstenus et la Russie a voté contre l’inscription au patrimoine mondial d’Odessa, cité portuaire célèbre notamment pour son monumental escalier Potemkine, et parfois surnommée « la perle de la Mer Noire ».

15h37 : Un effet « significatif » si l’Ukraine recevait une centaine de Leopard 2

Si Kiev pouvait recevoir au total une centaine de Leopard 2, l’effet serait « significatif » sur le champ de bataille face aux Russes, estime l’IISS. L’Ukraine pourrait ainsi « sauver son infrastructure énergétique, et sauver les Ukrainiens des crimes », selon le ministre des Affaires étrangères Dmytro Kouleba.

Dotée de Leopard 2, « une armée peut percer les lignes ennemies et mettre fin à une longue guerre de tranchées », confirme Armin Papperger, directeur de Rheinemetall. « Avec le Leopard, les soldats peuvent avancer de plusieurs dizaines de kilomètres d’un coup ».

15h22 : Anatomie d’un Leopard 2

Conçu par le fabricant allemand Krauss-Maffei et construit en série à partir de la fin des années 1970 pour remplacer les chars américains M48 Patton puis le char Leopard 1, le Leopard 2 combine puissance de feu, mobilité et protection.

Ce char de combat d’une soixantaine de tonnes, dont environ 3.500 exemplaires sont sortis des chaînes de production, est doté d’un canon lisse de calibre 120 mm permettant de combattre l’ennemi tout en se déplaçant, grâce à ses 1.500 chevaux, jusqu’à 70 km/h, avec une autonomie de 450 km.

Il est en outre doté, selon le fabricant, d’une « protection passive intégrale » efficace contre les mines et lance-roquettes. Son équipage de quatre personnes bénéficie en outre d’outils technologiques permettant de localiser et cibler l’ennemi à longue distance.

15h10 : Biden va s’exprimer sur l’Ukraine selon la Maison-Blanche, annonce attendue sur les chars

Le président américain Joe Biden va s’exprimer mercredi sur « le soutien continu à l’Ukraine », a indiqué la Maison-Blanche, alimentant les spéculations sur une annonce de livraison de chars Abrams au pays en guerre.

L’allocution de Joe Biden est prévue à 19 heures (heure française), a ajouté l’exécutif américain sans autres précisions. Elle interviendra alors que l’Allemagne vient de donner son aval à l’envoi de chars lourds Leopard 2 à l’Ukraine après des semaines de tergiversations.

15h03 : La justice russe ordonne la dissolution de la plus ancienne ONG de défense des droits humains

Un tribunal russe a ordonné mercredi la dissolution du Groupe Helsinki de Moscou, la plus ancienne ONG de défense des droits humains en Russie, en pleine répression des dernières grandes voix critiques dans le pays.

Le Tribunal municipal de Moscou « a satisfait la requête du ministère russe de la Justice » en ordonnant la dissolution de cette ONG et son retrait du registre officiel des personnes morales, a indiqué l’instance judiciaire dans un communiqué sur Telegram.

14h50 : Le léopard du front

Les Ukrainiens font de nombreuses références au nom des chars lourds allemands que Berlin a accepté de livrer à Kiev après de nombreux atermoiements. Le Leopard 2 aura « fière allure » en Ukraine, affirme le ministre de la Défense ukrainien, Oleksii Reznikov, qui se félicite de cette « coalition des léopards ». 



14h38 : La Finlande autorise la première exportation militaire vers la Turquie depuis 2019

La Finlande a accordé une autorisation d'exportation de matériel militaire vers la Turquie, a annoncé mercredi le ministère de la Défense, levant une suspension effective depuis l'automne 2019 à cause d'une opération militaire turque en Syrie.

La reprise de ces autorisations d'armement était une des conditions fixées par Ankara auprès de la Finlande et de la Suède pour donner son feu vert à leur entrée dans l'Otan. Stockholm avait déjà franchi le pas fin septembre.

14h28 : « Juste et intentionnel » de progresser « petit à petit »

Olaf Scholz a rappelé à plusieurs reprises le besoin de mesure et de réflexion dans la gradation du soutien militaire apporté à Kiev. « Il est juste et intentionnel que nous ayons progressé petit à petit et nous continuerons à suivre ce principe à l’avenir », a-t-il insisté.

« C’est le seul principe qui garantit la sécurité de l’Europe et de l’Allemagne dans une affaire aussi dangereuse », a-t-il poursuivi.

14h07 : Zelensky dit à Scholz être « sincèrement reconnaissant » pour les chars Leopard

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré mercredi, lors d’une conversation avec le chancelier allemand Olaf Scholz, être « sincèrement reconnaissant » pour le feu vert donné par Berlin pour l’envoi de chars Leopard à Kiev.

« Nous remercions sincèrement le chancelier et tous nos amis en Allemagne », a écrit Volodymyr Zelensky sur Twitter, précisant avoir discuté au téléphone avec Olaf Scholz.




13h48 : L’Espagne « disposée » à envoyer des chars Leopard à Kiev après le feu vert de Berlin

L’Espagne est « disposée » à envoyer des chars lourds Leopard 2 à l’Ukraine et former les soldats ukrainiens à leur utilisation, a assuré mercredi la ministre espagnole de la Défense Margarita Robles après l’annonce du feu vert allemand à leur livraison.

« L’Espagne est disposée » à aider l’Ukraine avec « l’envoi de Leopard », mais aussi en participant à « la formation » des soldats ukrainiens à leur « utilisation » et à leur « maintenance », a assuré Margarita Robles dans une déclaration retransmise sur la télévision publique, sans préciser le nombre de chars potentiellement concernés.

13h31 : Berlin veut « empêcher une escalade » entre Russie et Otan

L’Allemagne fait le « nécessaire » pour soutenir l’Ukraine en autorisant l’envoi de chars Leopard mais veut empêcher une « escalade » du conflit qui déboucherait sur une guerre entre la Russie et l’Otan, a déclaré mercredi le chancelier allemand Olaf Scholz.

« Nous faisons ce qui est nécessaire et possible pour soutenir l’Ukraine, mais nous empêchons en même temps une escalade de la guerre, vers une guerre entre la Russie et l’Otan », a affirmé le dirigeant allemand qui s’exprimait devant le Bundestag juste après avoir donné son feu vert à la livraison de chars Leopard à Kiev.

13h28 : Le char lourd Leopard 2, késako ?


Caractéristiques du tank allemand Leopard 2A4
Caractéristiques du tank allemand Leopard 2A4 - Paz PIZARRO, Guillermo RIVAS PACHECO / AFP

Le char lourd Leopard 2, que l’Allemagne a accepté mercredi de livrer à Kiev après des semaines de tergiversations, est une arme de renommée mondiale, susceptible d’avoir un impact « significatif » sur le champ de bataille, selon les experts. Conçu par le fabricant allemand Krauss-Maffei et construit en série à partir de la fin des années 1970 pour remplacer les chars américains M48 Patton puis le char Leopard 1, le Leopard 2 combine puissance de feu, mobilité et protection.

Ce char de combat d’une soixantaine de tonnes, dont environ 3.500 exemplaires sont sortis des chaînes de production, est doté d’un canon lisse de calibre 120 mm permettant de combattre l’ennemi tout en se déplaçant, grâce à ses 1.500 chevaux, jusqu’à 70 km/h, avec une autonomie de 450 km.

Il est en outre doté, selon le fabricant, d’une « protection passive intégrale » efficace contre les mines et lances-roquettes. Son équipage de quatre personnes bénéficie en outre d’outils technologiques permettant de localiser et cibler l’ennemi à longue distance. Autre atout majeur : le Leopard est répandu sur le continent, facilitant ainsi l’accès aux munitions et pièces de rechange et simplifiant la maintenance, exigeante pour ce type de matériel.


13h23 : Des patients ukrainiens face aux coupures de courant

Selon Iryna Kochkina, à la tête de « Svoyi », une ONG qui aide des patients en soins palliatifs, des dizaines de milliers de personnes en Ukraine sont paralysés ou ont besoin d’un appareil dédié pour les aider à respirer. C’est dire si, pour eux, les bombardements russes qui ravagent l’infrastructure électrique de l’Ukraine sont une menace. « Si toutes ces personnes, d’un coup, ne pouvaient plus être aidées (à domicile) par les équipements qui les maintiennent en vie, et étaient conduites à l’hôpital, alors notre système de soins exploserait, tout simplement », dit-elle.

Tetyana Venglinska, elle, n’a pas eu d’autre choix que de faire hospitaliser sa mère, Eva, 75 ans, après trois mois à faire face aux coupures d’électricité. Eva, qui souffre d’un cancer du poumon, doit être reliée à un concentrateur d’oxygène. Et comme l’autonomie de l’appareil n’est que d’environ huit heures, la famille d’Eva vivait dans un état d’anxiété permanent.

13h05 : L'Allemagne va éviter la récession en 2023

L'Allemagne devrait échapper de justesse à une récession cette année, a affirmé mercredi le gouvernement, la première économie européenne résistant mieux que prévu aux retombées de la guerre en Ukraine. Selon les dernières prévisions du ministère de l'Economie, l'Allemagne devrait enregistrer une croissance de 0,2 % en 2023, d'après un communiqué du ministère de l'économie.

A l'automne dernier, Berlin s'attendait à une contraction de 0,4% du PIB sur fond d'envolée des prix de l'énergie pour le secteur industriel et de baisse du pouvoir d'achat.

13h00 : Moscou dénonce une « décision extrêmement dangereuse »

L’ambassadeur russe en Allemagne a dénoncé mercredi la décision « extrêmement dangereuse » de Berlin de livrer des chars Leopard à l’Ukraine. « C’est une décision extrêmement dangereuse qui va amener le conflit vers un nouveau niveau de confrontation", a commenté Sergueï Netchaev, selon le compte Telegram de son ambassade, accusant les Occidentaux d’être dans une logique d' » escalade permanente ».

12h50 : De nombreux pays européens possèdent des chars Leopard 2

Outre l’Allemagne, la Grèce, la Turquie, l’Espagne, la Pologne ou encore la Finlande possèdent des stocks assez importants de chars lourds Leopard 2. Quels pays pourraient livrer des chars Leopard 2 aux Ukrainiens ? La réponse en infographie, ci-dessous :


12h38 : La décision de Berlin, « un grand pas vers l’objectif d’arrêter la Russie », estime la Pologne

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a remercié mercredi l’Allemagne pour sa décision d’envoyer des chars Leopard en Ukraine.

« Merci, chancelier Olaf Scholz. La décision d’envoyer des Leopard en Ukraine est un grand pas vers l’objectif d’arrêter la Russie. On est plus forts ensemble », a déclaré le dirigeant dans un tweet, après le feu vert donné par Berlin à la livraison de ces chars lourds.

Mardi, il appelait Berlin à une réponse rapide sur le sujet, regrettant que « les Allemands tardent, tergiversent, agissent d’une manière difficile à comprendre ». La décision allemande va aussi permettre à la Pologne d’envoyer ses propres chars Leopard. La livraison polonaise était conditionnée à la décision allemande.




12h30 : L’Ukraine salue « un premier pas » après le feu vert allemand sur les chars

La présidence ukrainienne a salué mercredi « un premier pas » après le feu vert de Berlin à la livraison de 14 chars Leopard tout en exhortant les Occidentaux à lui en fournir bien plus face à l’armée russe.

« Un premier pas a été fait », a commenté sur Telegram Andriï Iermak, le chef de l’administration présidentielle réclamant qu’une « coalition » internationale fournisse des chars lourds à son pays. « Nous avons besoin de beaucoup de Leopards », a-t-il résumé.

12h26 : Le Royaume-Uni se réjouit de la décision allemande

Les chars Leopard vont « renforcer la capacité défensive » de l’Ukraine, estime Londres, qui a déjà promis d’envoyer des chars lourds Challenger 2, il y a une dizaine de jours.

« Ensemble, nous accélérons nos efforts pour faire en sorte que l’Ukraine gagne cette guerre et assure une paix durable », s’est félicité le Premier ministre britannique Rishi Sunak.




12h20 : La France « se félicite » du feu vert allemand sur les chars Leopard

La France « se félicite » du feu vert allemand à l’envoi en Ukraine de chars Leopard, estimant qu’il « prolonge et amplifie » le soutien « engagé » par Paris avec la livraison de blindés plus légers AMX10-RC, a déclaré mercredi l’Elysée.

Le gouvernement français n’a de son côté pas encore pris de décision au sujet de l’envoi de ses propres chars Leclerc, une hypothèse que le président Emmanuel Macron n’a pas exclue.

12h00 : La France va-t-elle revoir sa position sur les chars lourds ?

Dimanche, Emmanuel Macron déclarait que l’envoi de chars Leclerc en Ukraine « n’était pas exclu ». Le feu vert de l’Allemagne sur les Leopard va-t-il faire accélérer Paris ? Il y a une dizaine de jours, nous vous expliquions pourquoi la France n’envoyait pas de chars lourds.


11h41 : Feu vert de l’Allemagne à la livraison de chars Leopard à l’Ukraine

Berlin donne son feu vert à la livraison de chars Leopard à l’Ukraine, a annoncé mercredi le porte-parole du gouvernement allemand, Seffen Hebestreit, dans un communiqué. L’Allemagne va livrer pour sa part à l’Ukraine 14 chars Leopard 2A6, provenant des stocks de la Bundeswehr et elle va autoriser les pays qui le souhaitent à fournir à Kiev les blindés qu’ils détiennent.

11h05 : L’armée ukrainienne admet avoir cédé Soledar aux forces russes

L’armée ukrainienne a admis mercredi avoir cédé aux Russes la ville de Soledar, dans l’est du pays, deux semaines après l’annonce de sa prise par Moscou. « Après des mois de combats difficiles (…) les forces armées ukrainiennes l’ont quittée » pour « se replier sur des positions préparées », a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire de la zone Est Serguiï Tcherevaty, refusant cependant de préciser quand cette retraite a eu lieu.




10h53 : L’Occident « surestime le potentiel » de leurs chars, considère le Kremlin

Les pays occidentaux surestiment « le potentiel que (les chars) pourrait donner à l’armée ukrainienne », a déclaré Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin. « Ces chars vont brûler comme tous les autres », a-t-il ajouté.

10h44 : L’auteur présumé des lettres piégées à l’ambassade d’Ukraine arrêté en Espagne

Le 30 novembre dernier, une lettre piégée avait fait un blessé léger à l’ambassade d’Ukraine en Espagne. Une missive similaire avait été adressée à Pedro Sanchez, le chef du gouvernement espagnol. Les autorités espagnoles ont annoncé mercredi l’arrestation d’un suspect.

10h27 : Les Russes promettent de « brûler » les chars occidentaux

Les chars occidentaux vont « brûler » s’ils sont livrés à l’Ukraine, a martelé mercredi le Kremlin, au moment où l’Allemagne et les Etats-Unis pourraient annoncer la livraison de ces blindés lourds à Kiev.

10h24 : Les forces russes revendiquent des avancées à Bakhmout

Les troupes russes assurent avoir gagné du terrain à Bakhmout, épicentre du conflit dans l’est de l’Ukraine où des combats se déroulent dans certains quartiers de la ville, selon un responsable de l’occupation russe.

« Des hostilités assez dures se poursuivent à (Bakhmout) (…) Des combats se déroulent déjà quelque part à la périphérie, et quelque part dans ces quartiers qui étaient encore tenus par l’ennemi assez récemment », a déclaré Denis Pouchiline, chef de l’occupation russe dans la région de Donetsk, cité par les agences de presse russes.

09h30 : Plus de 900 soldats russes tués en une journée

Selon le dernier bilan des forces armées ukrainiennes, environ 910 soldats russes auraient été tués hier, portant le bilan total des pertes russes à plus de 123.000 hommes depuis le début de la guerre.




08h50 : Le Premier ministre japonais songe à se rendre en Ukraine

Le Premier ministre japonais Fumio Kishida a déclaré mercredi qu’il réfléchissait toujours à se rendre en Ukraine, alors que le Japon préside le G7 cette année et qu’il participe aux côtés de ses alliés occidentaux aux sanctions contre Moscou. « Rien n’a été décidé pour le moment concernant ma visite en Ukraine », a-t-il indiqué devant le Parlement. « Je vais y songer au regard de diverses circonstances et conditions », a-t-il ajouté sans donner plus de précisions.

07h44 : Avec la guerre en Ukraine, l’horloge de l’apocalypse s’approche de minuit

Il est minuit moins 90 secondes et cela signifie que l’humanité n’a jamais été aussi proche d’un cataclysme planétaire : c’est en tout cas ce qu’a annoncé mardi, en citant notamment la guerre en Ukraine, le groupe de scientifiques gérant l’horloge de l’apocalypse, qui surveille non pas le temps mais la fin des temps. Le « Bulletin of the Atomic Scientists », chargé de ce projet symbolique depuis 1947, a dévoilé lors d’une conférence de presse à Washington son nouvel horaire, censé mesurer l’imminence d’une catastrophe mondiale.

Il a été avancé de 10 secondes et marque désormais minuit moins 90 secondes, se rapprochant de minuit, l’heure fatidique que les scientifiques espèrent ne jamais voir atteinte. C’est un record depuis sa création. « Les menaces à peine voilées de la Russie sur un usage d’armes nucléaires rappellent au monde qu’une escalade du conflit - accidentellement, délibérément ou par erreur - est un risque terrible. La possibilité que le conflit puisse échapper à tout contrôle reste élevée », prévient le groupe.

07h27 : C'est quoi cette histoire de corruption en Ukraine ?

Depuis dimanche, Kiev tremble non pas à cause des bombes, mais d'un scandale de corruption. Plusieurs hauts-fonctionnaires et proches du gouvernement ont démissionnés, accusés d'avoir reçu des pots-de-vin depuis le début de la guerre. 20 Minutes fait le point pour vous.



07h09 : Rembobinons

Vous ne savez plus très bien où on en est ? Pas de panique, le live d’hier est toujours disponible si vous voulez rattraper votre retard et raccrocher les wagons.


Pas le temps de tout revoir ? 20 Minutes est là pour vous, avec notre récap' préparé chaque soir.



06h51 : Un parti allié de Scholz vend la mèche

C’est un message qui devrait faire plaisir au président Zelensky. « L’Allemagne envoie des chars Leopard à l’Ukraine », a tweeté le Parti libéral-démocrate (FDP), membre de la coalition gouvernementale d’Olaf Scholz.

06h45 : Vers un feu vert de Scholz ?

Deux médias allemands, le Spiegel et la chaîne d’information NTV, ont assuré que le chancelier Olaf Scholz, qui prendra la parole à midi (13 heures à Paris) devant la chambre basse du Parlement, allait probablement donner son feu vert à cette occasion aux pays, parmi lesquels la Pologne et la Finlande, qui souhaitent livrer à Kiev des chars Leopard 2 de fabrication allemande.

06h30 : Bienvenue sur ce nouveau Live

Bonjour à toutes et à tous. Comme chaque jour, la rédaction de 20 Minutes est mobilisée pour vous donner les dernières informations sur le conflit. Ce mercredi va peut-être connaître le dénouement de l'affaire du blocage allemand concernant les livraisons de chars Leopard à l’Ukraine. Le chancelier Olaf Scholz doit en effet s’exprimer devant le Parlement allemand, l’occasion pour lui de répondre à Kiev qui réclame ces armes avec insistance.