Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine « ouvert » à un « accord », Brittney Griner de retour à la maison

RÉCAP' « 20 Minutes » fait le point pour vous tous les soirs sur l’avancée du conflit en Ukraine

C.d.S avec AFP
Le président russe Vladimir Poutine quitte la salle après une conférence de presse à l'issue du sommet de l'Union économique eurasienne (UEE) à Bichkek, au Kirghizstan.
Le président russe Vladimir Poutine quitte la salle après une conférence de presse à l'issue du sommet de l'Union économique eurasienne (UEE) à Bichkek, au Kirghizstan. — Sergej Bobylev/SPUTNIK/
  • La Russie a lancé son « opération militaire » en Ukraine le jeudi 24 février. Tous les soirs, à 19h30, 20 Minutes vous propose son point récap' sur le conflit diplomatique russo-ukrainien devenu une guerre qui fait chaque jour des morts, des blessés et des milliers de réfugiés.
  • Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Et qui soutient qui et pourquoi ? Vous saurez tout sur l’avancée des négociations et sur les événements de cette crise qui secoue la Russie, l’Ukraine, l’Europe ou encore les Etats-Unis.
  • Vladimir Poutine a répété qu’un accord devra être trouvé avec l’Ukraine « au final », se disant « prêt à ces arrangements » et « ouvert. »

Vous avez raté les derniers événements sur la guerre en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

L’Ukraine accuse la Russie de détenir deux employés de la centrale nucléaire de Zaporojie. Jeudi, « l’armée russe a fait irruption dans les locaux où se trouve le Département des programmes sociaux de la centrale et, en présence d’autres employés, a violemment frappé le chef du département, Oleksiï Troubenkov, et son adjoint, Iouriï Androsov », a déploré Energoatom dans un communiqué. « Après ce violent passage à tabac », les Russes « les ont fait sortir et les ont emmenés dans une direction inconnue », a dénoncé l’opérateur nucléaire.

Le responsable de la sûreté nucléaire de la centrale, Konstantin Beiner, a également été « jeté au sous-sol », selon Energoatom, mais n’est pas détenu par les forces russes. L’opérateur nucléaire ukrainien a accusé les soldats de Moscou, qui occupent le site depuis début mars, de « se déchaîner et se transformer en véritables policiers et geôliers », « intensifiant la répression » des employés. Ce n’est pas la première fois que Kiev accuse Moscou de malmener le personnel ukrainien sur le site de la plus grande centrale nucléaire d’Europe. Fin septembre, son directeur général avait été arrêté par les forces russes, avant d’être libéré quelques jours plus tard.

La phrase du jour

Au final il faudra trouver un accord. »

En difficulté sur le terrain, le Kremlin craint-il d’être humilié par une défaite de la guerre ? Vladimir Poutine estime qu’un accord sera nécessaire « au final » pour mettre un terme au conflit en Ukraine. « J’ai déjà dit à plusieurs reprises que nous sommes prêts à ces arrangements, nous sommes ouverts, mais cela nous oblige à réfléchir pour savoir à qui nous avons affaire », a ajouté le président russe, en marge d’un sommet régional au Kirghizstan. Vladimir Poutine réagissait à de récents propos d’Angela Merkel.

« Cela soulève évidemment la question de la confiance, a également commenté Vladimir Poutine. Et la confiance est quasiment à zéro et après de telles déclarations, la question est bien sûr la suivante : Comment trouver un accord ? Et peut-on s’entendre avec quelqu’un ? Et avec quelles garanties ? » « Peut-être que nous aurions dû commencer tout cela plus tôt (l’offensive en Ukraine). Mais nous comptions en fait sur la possibilité de trouver une entente dans le cadre des accords de Minsk », a-t-il encore ajouté.

Le chiffre du jour

8,5. C’est le nombre d’années de prison dont a écopé le militant Ilia Iachine pour avoir critiqué l’offensive militaire contre l’Ukraine. Le charismatique opposant de 39 ans a accueilli le verdict en riant. Il a été reconnu coupable d’avoir diffusé de « fausses informations » sur l’armée pour avoir dénoncé « le meurtre de civils » dans la ville ukrainienne de Boutcha, près de Kiev, où la Russie est accusée d’exactions, ce qu’elle nie.

« Un autre verdict honteux et illégal de (Vladimir) Poutine ne fera pas taire Ilia et ne devrait pas intimider les personnes honnêtes en Russie », a réagi l’opposant Alexeï Navalny dans un message publié par ses soutiens sur les réseaux sociaux. Il s’est aussi dit « fier » de d’Ilia Iachine, qui « survivra à tout ».

La tendance du jour

La basketteuse américaine Brittney Griner a atterri au Texas vendredi matin, après avoir été libérée d’une prison russe en échange du marchand d’armes Viktor Bout, selon des images des chaînes CNN et Fox News. Brittney Griner, 32 ans, qui avait été arrêtée en Russie en février pour des accusations de trafic de drogue, et Viktor Bout, 55 ans, qui purgeait une peine de vingt-cinq ans dans une prison américaine, ont été échangés dans un aéroport d’Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis.

La joueuse de basket-ball, qui devait être transférée vers un centre militaire pour se rétablir, a « bon moral », a déclaré vendredi le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, sur MSNBC. « Nous lui donnerons accès à tous les professionnels de santé dont elle a besoin pour s’assurer qu’elle va bien », a-t-il ajouté.