Guerre en ukraine : Evguéni Prigojine affirme qu'un « ancien général » des Marines américains fait partie de Wagner

revelations Selon l'homme à la tête du groupe paramilitaire, il s'agirait d'un ancien général du Corps des Marines

20 Minutes avec AFP
— 
Des militaires de la société militaire privée russe Wagner Group exécutent une mission de combat dans le cadre de l'opération militaire russe en Ukraine, dans la République populaire de Louhansk.
Des militaires de la société militaire privée russe Wagner Group exécutent une mission de combat dans le cadre de l'opération militaire russe en Ukraine, dans la République populaire de Louhansk. — Viktor Antonyuk/SPUTNIK

Le chef du groupe russe de mercenaires Wagner, Evguéni Prigojine, a affirmé vendredi qu’un « ancien général » des Marines américains faisait partie de cette armée privée dont les recrues combattent notamment en Ukraine.

Répondant à une question du journal finlandais Helsingin Sanomat, l’homme d’affaires russe a répondu : « Il n’y a pas beaucoup de citoyens finlandais chez Wagner PMC, environ 20 personnes. Pour des raisons évidentes, je ne peux pas fournir d’informations exactes à leur sujet ». « J’ai une très bonne opinion des Finlandais sur le champ de bataille. Ils combattent au sein d’un bataillon britannique (faisant partie de Wagner) qui est commandé par un citoyen américain, ancien général du Corps des Marines », a ajouté Prigojine cité par le service de presse de sa société Concord.

Wagner et les ambitions du Kremlin

Evguéni Prigojine, qui fut surnommé le « cuisinier de Poutine » en raison des contrats de son groupe de restauration avec le Kremlin, a la réputation d’être devenu milliardaire grâce aux contrats publics qu’il a obtenus. Il fait l’objet de sanctions de l’Union européenne et des Etats-Unis. En septembre, il avait révélé pour la première fois avoir fondé Wagner en 2014 pour combattre en Ukraine et reconnu la présence de l’organisation de mercenaires en Afrique, au Proche-Orient et en Amérique latine.


Depuis des années, Wagner est soupçonné de jouer un rôle dans la réalisation des ambitions du Kremlin, y compris en Ukraine où les combattants du groupe paramilitaire ont été en première ligne lors de l’offensive déclenchée en février.

Début novembre, Wagner a ouvert son premier QG à Saint-Pétersbourg, deuxième ville russe.