Guerre en Ukraine : La Russie va aider à évacuer les civils de la région de Kherson

CONFLIT Retrouvez toutes les infos sur le confit entre Kiev et Moscou de ce jeudi 13 octobre 2022

T.L.G, X.R. et M.P.
— 
La Russie se dit prête à aider tout habitant de la la région qui voudrait fuir l'avancée ukrainienne.
La Russie se dit prête à aider tout habitant de la la région qui voudrait fuir l'avancée ukrainienne. — Justin Yau/Sipa USA/SIPA

L'ESSENTIEL

  • Emmanuel Macron a exhorté mercredi soir son homologue russe Vladimir Poutine à « revenir autour de la table des discussions » et promis la livraison de systèmes de défense anti-aérienne à l'Ukraine, en proie à de nouveaux bombardements russes massifs.
  • L’Assemblée générale de l’ONU a condamné mercredi avec une majorité « écrasante » les « annexions illégales » de territoires ukrainiens, et envoyé selon Joe Biden un « message clair » à Moscou.
  • L'Ukraine a affirmé avoir repris plusieurs localités aux Russes dans le sud du pays et salué le soutien réaffirmé de ses alliés occidentaux qui ont promis de livrer « dès que possible » des moyens de défense anti-aériens après des bombardements russes intensifs.

A VOIR


A LIRE AUSSI




19h40 : C'est la fin de ce live

Merci de l'avoir suivi. Nous nous retrouvons demain matin dès 7 heures pour une nouvelle journée.

19h39 : Une frappe ukrainienne fait exploser un dépôt de munitions dans la région de Belgorod

Une frappe ukrainienne a fait exploser un dépôt de munitions dans la région de Belgorod, a annoncé le gouverneur de cette région russe.

18h21 : L’UE répond à la demande de Zelensky de juger des soldats russes devant le Conseil de l’Europe

Le commissaire européen à la Justice Didier Reynders a estimé jeudi qu’il fallait « d’abord utiliser au maximum tous les outils existants » : les services du procureur général ukrainien, les investigations menées par 14 Etats membres, l’enquête de la Cour pénale internationale (CPI).

17h58 : Six roquettes russes tirées sur la région de Lviv, quatre abattues en plein vol

« Aujourd’hui, l’ennemi a lancé 6 roquettes sur le territoire de la région de Lviv », a annoncé Maksym Kozytsky, le gouverneur militaire de Lviv, sur Telegram. Deux d’entre elles ont touché leur cible, mais Kozytsky ne dévoile pas la localisation ni l’ampleur des dégâts. En revanche, « quatre roquettes ont été abattues par des soldats du PvK "Zahid". Merci à notre défense aérienne pour le travail hautement professionnel », conclut le message.

17h32 : La Russie va aider à l’organisation de l’évacuation des habitants de la région de Kherson

La Russie va aider à l’organisation de l’évacuation des habitants de la région de Kherson, dans le sud de l’Ukraine, à la suite d’une demande en ce sens formulée plus tôt jeudi par l’administration régionale d’occupation russe. « Suite à l’appel du chef de la région de Kherson de la Fédération de Russie, Vladimir Saldo, le gouvernement a décidé d’organiser une aide pour le départ des habitants de la région vers d’autres régions du pays », a déclaré le vice-Premier ministre russe, Marat Khousnoulline, à la télévision russe.

17h29 : L’opposante biélorusse Tikhanovskaïa « n’imagine pas » Loukachenko engager son armée

« Je ne peux pas imaginer que l’armée biélorusse puisse participer à cette guerre, surtout maintenant que le monde entier est uni derrière les Ukrainiens », a-t-elle souligné lors d’une conférence de presse à Bruxelles. Selon elle, « Loukachenko sait qu’un tel ordre (donné à son armée) ne serait pas exécuté ».

Affirmant avoir été informé d’une frappe en préparation depuis l’Ukraine sur la Biélorussie, le président Loukachenko a intimé lundi à son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky de ne pas toucher de « ses sales pattes ne serait-ce qu’un mètre du territoire » biélorusse. Il a également annoncé le déploiement d’un groupement militaire « régional » associant des forces russes et biélorusses.

17h11 : La CPI prête à juger des Russes suspectés de crimes de guerre si Kiev ne peut pas

La CPI a ouvert sa propre enquête sur la guerre en Ukraine peu après l’invasion de la Russie, mais a déclaré qu’elle tenait à ce que l’Ukraine traduise elle-même les suspects en justice dans la mesure du possible. Il est toutefois possible que des ressortissants russes soient jugés devant la CPI dans le cas où leur procès ne peut pas avoir lieu en Ukraine pour des raisons juridiques, a indiqué Karim Khan, procureur général de la cour, même si la Russie n’est pas membre.

« Juridiquement oui, cela ne représenterait pas un obstacle à notre juridiction », a déclaré Karim Khan lors d’une conférence de presse au siège d’Eurojust. En cas de « besoin », et s’il y a « une raison pour laquelle ces procès ne peuvent pas avoir lieu en Ukraine, que ce soit à cause de certaines dispositions légales supplémentaires que nous avons ou non, je suis sûr que nous obtiendrions la coopération de l’Ukraine », a-t-il ajouté.


17h06 : Angela Merkel « ne regrette absolument pas » sa politique énergétique vis-à-vis de la Russie

L’ex-chancelière allemande Angela Merkel soutient n’avoir aucun regret concernant la politique énergétique menée au cours de ses 16 années au pouvoir qui a notamment placé la Russie comme l’un de ses plus importants fournisseurs de gaz. « Dans la perspective de l’époque, il était très rationnel et compréhensible de s’approvisionner en gaz de réseau, y compris auprès de la Russie, qui était moins cher que le GNL provenant d’autres régions du monde », a-t-elle affirmé lors d’une conférence de presse à Lisbonne.

« Même pendant la guerre froide, la Russie était un fournisseur d’énergie fiable », a ajouté Angela Merkel, qui s’est rendue dans la capitale portugaise en tant que présidente du jury d’un prix consacré aux efforts de mitigation et d’adaptation face au changement climatique. « Je ne regrette absolument pas les décisions prises », a-t-elle souligné, en disant également ne pas avoir « changé d’avis » en ce qui concerne l’abandon du nucléaire.

16h54 : C’est l’heure de la sieste

Comme ce soldat ukrainien, vous prendrez bien une petite pause avec un chien sur les genoux ?




16h42 : La France s'engage sur un fonds de soutien de 100 millions d'euros




16h39 : L’Ukraine et la Russie annoncent avoir échangé 20 prisonniers de chaque camp

L’Ukraine et la Russie ont annoncé chacun de leur côté avoir procédé à un nouvel échange de prisonniers concernant 20 personnes dans chaque camp, deux jours après une autre opération de ce type entre Kiev et Moscou. « Nouvel échange de prisonniers, nouveaux moments de joie. On a réussi a libéré 20 personnes », s’est félicité sur Telegram le chef du cabinet de la présidence ukrainienne, Andriï Iermak. Parmi ces 20 combattants figurent « 14 soldats des forces armées ukrainiennes, 4 membres de la défense territoriale, un membre de la garde nationale et un membre des forces navales ukrainiennes », précise-t-il.

16h32 : Les occidentaux anéantiront l'armée russe en cas d'attaque nucléaire, prévient Josep Borrell

Toute attaque nucléaire de la Russie contre l'Ukraine entraînera une réponse militaire des occidentaux «si puissante que l'armée russe sera anéantie», a affirmé jeudi le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

Le président russe Vladimir «Poutine dit qu'il ne bluffe pas avec la menace nucléaire. Il doit alors comprendre que les pays qui soutiennent l'Ukraine, l'Union européenne et ses États membres, les États-Unis et l'Otan, ne bluffent pas non plus. Toute attaque nucléaire contre l'Ukraine entraînera une réponse, pas une réponse nucléaire, mais une réponse militaire si puissante que l'armée russe sera anéantie», a-t-il déclaré devant le collège d'Europe à Bruges.

16h22 : Moscou fustige les propos « inacceptables » de Macron sur le Caucase

« Les déclarations d’Emmanuel Macron selon lesquelles la Russie se servirait du conflit au Nagorny Karabakh pour déstabiliser le Caucase du Sud sont révoltantes et absolument inacceptables », a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

16h07 : Le chef d’orchestre russe Gergiev exclu d’une académie royale en Suède

Proche de Vladimir Poutine, le célèbre chef d’orchestre russe Valery Gergiev a été exclu de l’Académie royale de musique suédoise du fait de la guerre en Ukraine, a-t-on appris jeudi auprès de l’institution. « Par son alliance étroite avec le gouvernement russe qui aujourd’hui attaque l’Ukraine, nous trouvons qu’il agit d’une façon qui nous met dans l’impossibilité de ne pas prendre nos distances », a déclaré Susanna Rydén, présidente de l’Académie. « Nous considérons que c’est inacceptable et l’Académie ne veut pas y être associée ».

15h48 : L’UE va porter à « plus de 3 milliards » d’euros son soutien militaire à Kiev

L’UE va approuver la semaine prochaine un nouveau financement qui portera à « plus de 3 milliards » d’euros son soutien militaire à l’Ukraine depuis le début du conflit, a annoncé jeudi le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. « Je viens informer les membres de l’Otan que nous allons approuver, je l’espère lundi prochain à Luxembourg, une nouvelle tranche de notre soutien militaire aux forces armées ukrainiennes », a déclaré Josep Borrell à son arrivée au siège de l’Alliance.

Au total, l’UE aura consacré « plus de 3 milliards de dollars de ressources de la Facilité européenne de soutien à la paix », a-t-il ajouté avant une réunion avec les ministres de la Défense des 30 membres. Depuis le début de l’offensive russe en Ukraine, les Européens ont déjà alloué 2,5 milliards d’euros de la dotation de 5,7 milliards d’un fonds créé hors du budget européen pour financer des livraisons d’armements à l’Ukraine. La nouvelle tranche sera de 500 millions.

15h32 : L’Espagne annule l’extradition d’un blogueur ukrainien prorusse

Un tribunal espagnol a annulé l’extradition d’un blogueur ukrainien prorusse réclamé par Kiev, indiquant n’avoir pas reçu à temps les documents nécessaires de la part de l’Ukraine. Réclamé par Kiev pour « haute trahison » et incitation à la haine, Anatoli Chariï avait été arrêté le 4 mai à Tarragone, près de Barcelone, sur la base d’un mandat d’arrêt international. Après avoir été entendu par un juge, il avait été mis « en liberté provisoire » mais avec des mesures de contrôle judiciaire, dont la confiscation de son passeport.

Le 26 septembre, un tribunal madrilène avait classé l’affaire expliquant qu’Anatoli Chariï « ne se trouvait plus en Espagne » et « était allé en Italie », peut-on lire dans le document judiciaire. Et même si le tribunal a par la suite été informé que le blogueur se trouvait toujours en Espagne, les papiers nécessaires à l’extradition qui devaient être envoyés par Kiev ne leur sont jamais parvenus à temps, indique un jugement rendu le 11 octobre.

15h06 : Le spectre de la « guerre mondiale »

« Nous ne voulons pas d'une guerre mondiale. » Le message d'Emmanuel Macron est court et limpide, à la limite du « I have a dream ». Le président français précise que « nous aidons l'Ukraine à se défendre sur son sol, jamais à attaquer la Russie », et demande à Vladimir Poutine « d'arrêter cette guerre ».




14h40 : La ville russe de Belgorod bombardée

Un missile a touché un bâtiment résidentiel à Belgorod, une ville du sud de la Russie à la frontière avec l'Ukraine et qui sert de base arrière à l'armée russe. Selon le gouverneur régional Vyacheslav Gladkov, il s'agit d'un bombardement ukrainien. Aucune victime n'a été signalée.




14h20 : De nombreuses tombes ont fleuri en Crimée

« Des habitants de la ville occupée de Sevastopol, en Crimée, ont publié une vidéo du cimetière local, où de nombreuses nouvelles tombes sont apparues ces derniers mois », rapporte Nexta.





14h01 : Les autorités d’occupation russes demandent à Moscou d’évacuer les civils de la région de Kherson

Les autorités d’occupation russes de la région de Kherson, dans le sud de l’Ukraine, ont demandé jeudi à Moscou d’organiser l’évacuation des civils de ce territoire annexé par la Russie fin septembre et visé par une contre-offensive de l’armée ukrainienne.

« Nous avons suggéré que tous les habitants de la région de Kherson, qui souhaitent se protéger des frappes de missiles (ukrainiens), puissent se rendre dans d’autres régions » russes, a indiqué sur Telegram le chef de l’administration d’occupation régionale, Vladimir Saldo. « Emmenez vos enfants et partez », a-t-il exhorté.


13h59 : Après l'occupation russe, le village de Davydiv Brid, dans la région de Kherson, est dévasté




13h47 : L'Estonie a approuvé un nouveau programme d'aide militaire à l'Ukraine

« L'Estonie vient d'approuver un nouveau programme d'aide militaire à l'Ukraine, a tweeté Kaja Kallas, la Première ministre d'Estonie. Nous envoyons des équipements d'hiver, du matériel et des munitions à l'Ukraine. Nous allons les livrer rapidement. Accélérons tous notre aide, afin que les Ukrainiens puissent libérer leurs territoires. C'est la voie de la paix. »




13h31 : Les images d’une bataille de drones russe et ukrainien




13h02 : Ikea a supprimé plus de 10.000 postes en Russie après l’arrêt de ses activités

Le numéro un mondial du meuble Ikea a annoncé jeudi une hausse de 6 % de son chiffre d’affaires annuel, lors d’un exercice qualifié de « difficile » du fait de l’inflation et de l’arrêt de ses activités en Russie, où le groupe a déjà remercié 10.000 collaborateurs.

La multinationale, qui avait arrêté en mars ses activités en Russie après l’invasion de l’Ukraine, a déjà « dû dire au revoir » à 10.000 des 12.000 personnes qu’elle employait dans sa partie ventes dans le pays, a déclaré à l’AFP Jesper Brodin, le patron d’Ingka, la société chapeautant la plupart des franchisés du groupe.


12h53 : Le réseau électrique ukrainien « stabilisé » après les récentes frappes russes

Le réseau électrique ukrainien a été « stabilisé » après les frappes russes des derniers jours qui ont notamment visé des infrastructures énergétiques et qui avaient provoqué des coupures de courant, a indiqué jeudi l’opérateur ukrainien Ukrenergo.

« Les spécialistes (…) ont stabilisé l’approvisionnement en énergie dans toutes les régions d’Ukraine », a annoncé sur Facebook le directeur d’Ukrenergo, Volodymyr Kudrytsky.


12h52 : Poutine propose à Erdogan la création d’un « hub gazier » en Turquie pour exporter à l’Europe

Le président russe Vladimir Poutine a proposé jeudi à son homologue turc Recep Tayyip Erdogan de créer un « hub gazier » en Turquie pour exporter du gaz à l’Europe, au moment où les livraisons russes vers l’Union européenne sont affectées par les sanctions et les fuites des gazoducs Nord Stream.

12h41 : Erdogan défend ses liens économiques avec la Russie lors de sa rencontre avec Poutine

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a défendu jeudi les liens économiques de son pays avec Moscou et promis de poursuivre l’exportation de céréales ukrainiennes, lors d’une rencontre avec son homologue russe Vladimir Poutine à Astana. « La Russie et la Turquie vont certainement en déranger certains et les pays développés seront moins heureux » a déclaré Erdogan, avant que les deux dirigeants ne se retirent pour poursuivre leur conversation en privé.

12h35 : L’enquête sur Nord Stream compliquée par des vieilles munitions dans la Baltique

L’enquête sur le sabotage présumé des gazoducs Nord Stream est « en bonne voie » mais est compliquée par la présence de vieilles munitions au fond de la mer Baltique, a indiqué jeudi le ministre danois de la Défense. « C’est une zone marquée par la présence de munitions - utilisées ou non - de la Seconde Guerre mondiale. Il y a beaucoup de choses au fond de la mer, donc ce n’est pas si facile », a indiqué Morten Bødskov à la presse danoise, en marge d’une réunion de l’Otan à Bruxelles.

La Suède a déjà fait savoir que ses premières inspections sous-marines confortaient la piste d’un très probable sabotage. « Avec la Suède et l’Allemagne, le Danemark mène l’enquête, qui progresse bien. Ce que nous découvrirons sera bien entendu rendu public », a indiqué le ministre.

12h26 : Zelensky appelle à juger « chaque agresseur et boucher »

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé jeudi devant les parlementaires du Conseil de l’Europe à juger « chaque agresseur et boucher », réitérant son appel à la création d’un tribunal international contre Moscou.



« Il faut que la Russie soit reconnue comme état agresseur, et chaque assassin et boucher doit être traduit en justice pour les crimes perpétrés pendant cette guerre », a lancé Zelensky lors d’une allocution en visioconférence à l’occasion d’une session de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE). Le « prétexte » du dialogue avec la Russie ne doit pas « masquer certaines facettes de cette guerre » et servir de « camouflage » à la « vérité », a-t-il encore estimé.

12h24 : Un immeuble touché par une frappe ukrainienne dans la ville russe de Belgorod

Un immeuble résidentiel a été touché jeudi par une frappe ukrainienne dans la ville russe de Belgorod, dans une région frontalière de l’Ukraine, ont accusé jeudi les autorités locales russes.

« Les forces armées ukrainiennes ont bombardé Belgorod. La défense antiaérienne a activée. Il y a des destructions dans un immeuble résidentiel », a indiqué sur Telegram Viatcheslav Gladkov, le gouverneur de cette région où les tirs se sont multipliés ces dernières semaines.


11h44 : La Russie veut participer à l’enquête sur les fuites de NordStream

Le ministère russe des Affaires étrangères a indiqué avoir convoqué des diplomates allemands, suédois et danois pour se plaindre que les représentants de Moscou et de Gazprom ne soient pas associés à l’enquête sur l’origine des fuites du gazoduc Nord Stream. « La Russie ne reconnaîtra évidemment pas les pseudo-résultats d’une telle enquête à moins que des experts russes ne soient impliqués », dénonce Moscou.

11h19 : L'Ukraine grignote du terrain

Dans son point quotidien, le ministère britannique de la Défense propose une carte de la ligne de front. Les Ukrainiens continuent de grignoter du territoire dans le Sud, sans toutefois arriver sur les rives du fleuve Dniepr.




11h08 : Kiev veut encore plus de défense aérienne

Lors d’une séance de questions-réponses avec l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, Volodymyr Zelensky a indiqué que l’Ukraine ne disposait que de 10 % de ce dont elle avait besoin en matière de défense aérienne.

10h51 : La guerre instagramable

Ces photos de la 44e brigade d’artillerie ukrainienne avec un joli filtre peuvent aussi faire office de fond d’écran Windows.



10h40 : La Russie admet la mort de cinq soldats mobilisés

Cinq Russes enrôlés pour combattre en Ukraine, dans le cadre de la mobilisation ordonnée en septembre, sont morts après avoir rejoint l'armée, ont indiqué jeudi les autorités, après des annonces similaires qui se sont multipliées ces derniers jours.

Les responsables russes ne précisent cependant pas la cause de ces décès, ni leur lieu. Ces cinq mobilisés sont issus de la région de Tcheliabinsk, un territoire pauvre et industriel situé en Sibérie occidentale. «Nous fournirons toute l'aide nécessaire à la famille et aux proches de nos soldats tombés», a indiqué le service de presse de la région, promettant de verser un million de roubles (16.000 euros) pour chaque défunt.

10h33 : Les réserves russes d’armement seront épuisées avant les réserves occidentales, affirme un ministre britannique

Selon le secrétaire britannique à la Défense Ben Wallace, la Russie « a besoin d’une chaîne d’approvisionnement » en armes, maintenant qu’elle est isolée. Avant la guerre, l’armée russe s’approvisionnait « partout dans le monde, y compris en Europe ». A l’inverse, il n’y a pas de rupture d’approvisionnement en armes et en munitions pour l’Occident (et donc pour l’Ukraine), car « nous avons la capacité de remettre à neuf ou même de fabriquer une nouvelle chaîne d’approvisionnement » en travaillant conjointement, comme le font le Danemark et le Royaume-Uni.

Pour aller plus loin sur la question des réserves de munitions, on vous conseille de relire ce papier de notre journaliste Xavier Regnier.



10h18 : Mykolaïv bombardée

Le ministère ukrainien de la Défense a diffusé la vidéo d'un bâtiment touché par une frappe russe à Mykolaïv.




10h10 : La fuite de l’oléoduc Droujba probablement accidentelle

La fuite qui a provoqué la fermeture partielle de l’oléoduc Droujba, reliant la Russie à l’Allemagne, a été, selon les premières analyses, d’origine accidentelle, a indiqué l’opérateur polonais PERN.

« Selon les premières constatations et compte tenu des déformations du pipeline, il semble qu’à ce stade, il n’y ait aucun signe d’intervention de personnes tierces », a déclaré PERN dans un communiqué publié mercredi tard dans la soirée. « Toutefois, des analyses détaillées sont en cours pour déterminer la cause de l’incident et réparer l’oléoduc afin que le pompage du brut puisse reprendre le plus rapidement possible », a encore indiqué PERN.

09h52 : Pas de bombes à Lviv mais des réfugiés

Dans son point quotidien sur Telegram, le gouverneur de Lviv Maksym Kozytskyi a indiqué que « la journée dans notre région s’est déroulée sans soucis », alors que la Russie bombarde massivement le territoire ukrainien. Il a également indiqué que 301 personnes étaient arrivées dans la région depuis l’est du pays par des trains d’évacuation.

09h35 : Les forces russes aux portes de Bakhmout après la prise de deux villages

Les forces russes sont désormais aux portes de Bakhmout après la capture de deux villages près de cette ville de l’est de l’Ukraine, ont annoncé les forces prorusses de la région. Selon la chaîne Telegram des combattants séparatistes de Donetsk, ils ont pris le contrôle des villages d’Opytné et d’Ivangrad, directement au sud de Bakhmout, ville qu’ils tentent de conquérir depuis le mois d’août et seule portion du front où les troupes de Moscou avancent en ce moment.

09h03 : La France a commencé à livrer du gaz à l'Allemagne, selon GRTgaz

La France a commencé jeudi pour la première fois à acheminer directement du gaz vers l'Allemagne dans le cadre de la solidarité énergétique européenne pour surmonter le tarissement des flux venant de la Russie, a annoncé le gestionnaire du réseau de transport de gaz français GRTgaz.

Les premières livraisons de gaz odorisé vers l'Allemagne ont commencé à 6 heures à hauteur de 31 gigawattheures/jour, en transitant via les communes frontalières de Obergailbach (Moselle) côté français, et Medelsheim en Sarre côté allemand, au point d'interconnexion du réseau gazier, a précisé le gestionnaire.

09h01 : Parler à Poutine  «à chaque fois que cela sera nécessair e».

Pour rappel Emmanuel Macron, malgré les critiques y compris ukrainiennes, n’a jamais rompu le dialogue avec le maître du Kremlin depuis l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février. Il a assuré qu’il continuerait de lui parler « à chaque fois que cela sera nécessaire ».

« A un moment donné, j’espère le plus tôt possible, il faudra que toutes les parties prenantes reviennent à une table de discussions », a ajouté le chef de l’Etat mercredi soir sur France 2, tout en reconnaissant que ce ne sera pas dans les « prochaines semaines ».

09h00 : Macron appelle Poutine à « revenir autour de la table des discussions »

Le président français Emmanuel Macron a exhorté mercredi soir son homologue russe Vladimir Poutine à « revenir autour de la table des discussions », lors d’un entretien télévisé largement consacré à la guerre en Ukraine et ses conséquences pour les Français.

« Aujourd’hui, d’abord, Vladimir Poutine doit cesser cette guerre, respecter l’intégrité territoriale de l’Ukraine et revenir autour de la table des discussions », a affirmé Emmanuel Macron sur la chaîne publique française France 2, lui reprochant d’avoir fait le « choix d’installer » l’Europe « dans la guerre » avec ses frappes de missiles des derniers jours et la mobilisation pour renforcer son armée.

08h54 : L'essentiel des propos de Macron sur l'Ukraine (et la crise du carburant)

Le monde face à la menace nucléaire de Vladimir Poutine. Les Français secoués par les pénuries de carburant. Le combat des femmes et de la jeunesse en Iran. Emmanuel Macron était l’invité de l’émission L’Evénement, sur France 2, mardi soir. Pendant une heure, il a assuré défendre les intérêts de la France et de la démocratie. Voici le récap de l'interview fleuve : 






08h52 : L’espérance d’une prise rapide de Kherson, la grande ville du sud

Après l’enfoncement du front nord, l’espérance d’une prise symbolique à l’autre bout du pays. Sur le front sud, les soldats ukrainiens, dopés par leurs récents succès, veulent atteindre la ville de Kherson pour Noël.



08h51 : On rembobine (bis)

Vous avez raté les derniers événements sur la guerre en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :




08h43 : On rembobine

Les alliés de l’Ukraine se sont réunis ce mercredi à Bruxelles pour renforcer sa défense antiaérienne, « la priorité » après une série de frappes russes massives sur plusieurs villes du pays, où des combats se poursuivent dans le sud et l’est. Pour en savoir plus sur cette journée de « l’Alliance à la rescousse », c’est dans notre live du mercredi 12 octobre ci-dessous :






08h09 : Londres va donner de nouveaux missiles de défense anti-aérienne à l'Ukraine

Le Royaume-Uni a annoncé jeudi qu'il fournirait à l'Ukraine des missiles de défense anti-aérienne supplémentaires et notamment des munitions capables d'abattre des missiles de croisière, a annoncé jeudi le ministère britannique de la Défense.



07h42 : Les Russes opposés à la guerre gonflent la demande d'asile en France

Déserteurs ou simples citoyens opposés à la guerre en Ukraine, un nombre croissant de personnes fuient la main du Kremlin pour venir gonfler les rangs des demandeurs d'asile russes en France, alors que leur accueil divise l'Europe.

« Depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, on observe bien une tendance à la hausse: sur les huit premiers mois de l'année, l'Ofpra a enregistré 1.420 demandes d'asile de ressortissants russes », indique à l'AFP cet organe chargé d'attribuer le statut de réfugié.

07h38 : Large condamnation par l'ONU des « annexions illégales » russes en Ukraine

L'Assemblée générale de l'ONU a condamné mercredi avec une majorité « écrasante » les « annexions illégales » de territoires ukrainiens, et envoyé selon Joe Biden un « message clair » à Moscou.



07h36 : Macron appelle Poutine à « revenir autour de la table des discussions »

Petit rappel : le président français a exhorté mercredi soir lors d'une émission sur France 2 son homologue russe Vladimir Poutine à « revenir autour de la table des discussions » et promis la livraison de systèmes de défense anti-aérienne à l'Ukraine, en proie à de nouveaux bombardements russes massifs.




07h35 : Bienvenue sur ce live

Bonjour à tous ! Comme chaque jour, les dernières informations sur le conflit sont regroupées dans ce live animé par la rédaction de 20 Minutes.