Guerre en Ukraine : La Russie s’approprie Zaporojie mais continue à reculer dans l’Est et le Sud

Récap' « 20 Minutes » fait le point pour vous tous les soirs sur l’avancée du conflit en Ukraine

Cécile De Sèze
Un militaire russe monte la garde dans une zone de la centrale nucléaire de Zaporojie, dans un territoire sous contrôle militaire russe, dans le sud-est de l'Ukraine, le 1er mai 2022.
Un militaire russe monte la garde dans une zone de la centrale nucléaire de Zaporojie, dans un territoire sous contrôle militaire russe, dans le sud-est de l'Ukraine, le 1er mai 2022. — /AP/SIPA
  • La Russie a lancé son « opération militaire » en Ukraine le jeudi 24 février. Tous les soirs, à 19h30, 20 Minutes vous propose son point récap' sur le conflit diplomatique russo-ukrainien devenu une guerre qui fait chaque jour des morts, des blessés et des milliers de réfugiés.
  • Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Et qui soutient qui et pourquoi ? Vous saurez tout sur l’avancée des négociations et sur les événements de cette crise qui secoue la Russie, l’Ukraine, l’Europe ou encore les Etats-Unis.
  • Ce mercredi a été notamment marqué par l’appropriation formelle de la centrale de Zaporojie par Moscou.

Vous avez raté les derniers événements sur les tensions en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

La Russie s’est formellement approprié la centrale nucléaire de Zaporojie dans le sud de l’Ukraine, qu’elle occupe militairement depuis des mois, selon un décret signé par son président Vladimir Poutine. « Le gouvernement devra veiller à ce que les installations nucléaires de la centrale (…) soient acceptées comme propriété fédérale », peut-on lire dans le décret. Peu après cette annonce, le patron de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, qui avait prévu de se rendre à Kiev et Moscou cette semaine, a annoncé son départ pour la capitale ukrainienne afin d’y discuter de la mise en place d’une zone de protection autour de la centrale.

La phrase du jour

Notre peuple n’est pas stupide. Et il voit qu’on ne veut pas lui dire ne serait-ce qu’une partie de la vérité. Cela peut entraîner une perte de crédibilité »

Cette phrase a été prononcée par Andreï Kartapolov, à la tête du Comité de Défense de la Douma, la chambre basse du Parlement, et ancien commandant militaire. Elle est le signe d’un désarroi en Russie engendré par les nombreux revers de l’armée qui ont conduit ce haut responsable parlementaire a appelé celle-ci à « arrêter de mentir » sur ses défaites.

Le chiffre du jour

150 euros. C’est ce que l’Etat français va verser par mois aux familles françaises qui hébergent des réfugiés ukrainiens, a annoncé mercredi le ministre délégué à la Ville et au Logement Olivier Klein. « Cette mesure financière exceptionnelle permet de soutenir l’élan de générosité spontanée qui a été constaté au moment du déclenchement de la guerre en Ukraine, maillon majeur de la gestion de la crise et de l’accueil des personnes déplacées » d’Ukraine, a souligné le ministre dans un communiqué.


La tendance du jour

Les troupes de Kiev poursuivent leur contre-offensive, revendiquant de nouveaux gains dans l’Est et le Sud. Mercredi, le gouverneur ukrainien de la région de Lougansk, jusqu’ici sous le contrôle quasi-total de Moscou, a proclamé une percée. « Maintenant c’est officiel. La désoccupation de la région de Lougansk a commencé. Plusieurs localités ont déjà été libérées », a déclaré Sergiï Gaïdaï dans une vidéo postée sur Telegram, sans plus de précisions.

La veille, l’Ukraine avait déjà revendiqué des avancées dans le nord de la région méridionale de Kherson, tandis que la quasi-totalité de la région de Kharkiv (nord-est) apparaît désormais sous contrôle ukrainien, ouvrant la voie vers celle de Lougansk, bastion des séparatistes installées par Moscou depuis 2014. L’armée russe a de son côté assuré mercredi avoir mené, ces dernières 24 heures, des « frappes massives » près de Lyman (région de Donetsk), ville reprise récemment par les forces ukrainiennes, et leur infliger de lourdes pertes.