Une vidéo montrerait une mise en scène de cadavres en Ukraine ? C’est faux

FAKE OFF La vidéo, modifiée, est un reportage tourné en Autriche au sujet d’une manifestation pour le climat

Romarik Le Dourneuf
— 
Capture d'écran d'un montage vidéo censé montrer des morts ukrainiens.
Capture d'écran d'un montage vidéo censé montrer des morts ukrainiens. — Capture d'écran
  • Une vidéo diffusée ces derniers jours montrerait une mise en scène de cadavres en Ukraine. Une mise en scène avérée puisque l’un des cadavres bougerait.
  • Cette vidéo est un montage réalisé à partir d’un reportage autrichien sur une manifestation contre le climat à Vienne le 4 février 2022, soit plus de 20 jours avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie.
  • Ce n’est pas la première fois que ce reportage est utilisé pour créer de fausses informations puisqu’il avait été trafiqué pour faire croire à une instrumentalisation au sujet du Covid-19.

La communication est une donnée décisive en temps de guerre. Et le conflit qui oppose l’Ukraine à la Russie, depuis l’attaque de cette dernière ne fait pas exception. Les images partagées depuis le front se multiplient et leurs interprétations avec.

Ces derniers jours, de nombreux internautes partagent une vidéo montrant un homme s’affichant devant des dizaines de corps au sol, tous recouverts d’un sac mortuaire, laissant penser à des cadavres que l’on masque. Selon ces mêmes internautes, cette vidéo aurait été tournée en Ukraine, et diffusée sur une chaîne locale, et les corps sont présentés comme des victimes d’une attaque des forces russes. Un bandeau, visible à l’image, précise d’ailleurs ce contexte.

Ce type de publication réapparaît ces derniers jours sur les réseaux sociaux
Ce type de publication réapparaît ces derniers jours sur les réseaux sociaux - Capture d'écran

Mais un détail interpelle, en arrière-plan, derrière le présentateur, un des corps se met à bouger et remet en place la bâche censée le cacher. Une tierce personne intervient même pour l’aider. Un miraculé revenu du trépas ? Non, selon les internautes, il s’agirait plutôt de la preuve d’une instrumentalisation organisée par les Ukrainiens pour gagner l’opinion publique. Mais la manipulation n’est pas là où on pourrait le croire. 20 Minutes fait le point.

FAKE OFF

Une rapide recherche inversée de l’image sur Google fait remonter de nombreuses publications au sujet de cette vidéo. Elle a été utilisée à plusieurs reprises sur différents thèmes, les paroles du journaliste étant souvent cachées ou rendu inaudibles par des commentaires.

Elle a, par exemple, été utilisée dans le cadre d’une désinformation contre le Covid-19. On pouvait alors voir, sur cette même vidéo, un bandeau expliquant que les corps « inanimés » étaient des victimes du virus. Elle avait ainsi suscité l’émoi dans la communauté des anti-vaccins, et complotistes au sujet de Coronavirus. Cette vidéo avait déjà été repérée par nos confrères de l’AFP.

En réalité, cette vidéo n’a rien à voir avec le conflit en Ukraine, ni avec le Covid-19. Il s’agit d’un reportage de la chaîne autrichienne Oe24, diffusée le 4 février 2022, soit près de 20 jours avant le début de l’invasion de l'Ukraine par les troupes de Moscou.

Les personnes visibles en arrière-plan sont des manifestants, à Vienne, qui alertait alors sur la crise climatique. Le bandeau original en témoigne : « Wien, Demo gegen Klimapolitik. » (Vienne, manifestation contre la politique climatique en VF).

On peut voir sur cette image des manifestants brandissant des banderoles sur le climat
On peut voir sur cette image des manifestants brandissant des banderoles sur le climat - Capture d'écran du reportage

Un extrait de la vidéo, souvent coupé dans les versions « ukraino-russes », montre d’ailleurs des manifestants tenir des banderoles qui attestent du sujet de cet événement, de même que des comptes Twitter qui ont publié des photos sous des angles différents de la manifestation.

Cette nouvelle intox montre comme certaines images peuvent être facilement reprises pour créer de fausses informations sur différents sujets en apportant simplement quelques modifications, ici le changement de bandeau, la coupure de quelques extraits et l’effacement des paroles du journaliste.