Un industriel allemand lié à Nord Stream tué dans un crash d’avion ? C’est faux

FAKE OFF L’information qui ressort depuis l’explosion du gazoduc date en réalité du 4 septembre

Romarik Le Dourneuf
— 
L'origine de l'explosion de conduits du gazoduc Nord Stream reste encore inconnue.
L'origine de l'explosion de conduits du gazoduc Nord Stream reste encore inconnue. — Garde-Côtes suédois
  • Un chef d’entreprise allemand est mort dans le crash de son avion privé en mer Baltique.
  • Selon de nombreux internautes, il s’agit d’une coïncidence troublante au regard de la proximité, géographique et temporelle avec l’explosion de Nord Stream puisque l’entrepreneur travaillerait sur le gazoduc.
  • En réalité, le crash d’avion a eu lieu 23 jours avant l’explosion et son entreprise assure n’avoir jamais travaillé sur le projet du Nord Stream.

Une nouvelle mort suspecte liée au conflit en Ukraine ? Depuis le début de l’invasion du pays par les forces russes en février dernier, de nombreux décès suspects, le plus souvent par accident, sont recensés. S’ils concernent le plus souvent des oligarques plus ou moins proches de Vladimir Poutine, d’autres pourraient y être liés.

C’est en tout cas ce qu’avancent plusieurs internautes français depuis quelques jours sur les réseaux sociaux. Quelques jours après l’explosion du gazoduc Nord Stream, qui a provoqué une fuite de méthane historique dans la mer Baltique, des Twittos rapportent l’histoire d’un chef d’entreprise allemand mort dans le crash de son avion. Le lien avec Nord Stream ? L’entreprise en question serait en charge de la maintenance des pipelines reliant la Russie à l’Allemagne.

Un timing qui interroge sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes y voyant une coïncidence troublante… Sans doute trop, 20 Minutes fait le point sur cette infox digne d’un roman d’espionnage.

FAKE OFF

L’industriel en question s’appelle Karl-Peter Griesemann, (aucun lien avec le footballeur), plus communément appelé Peter. Il est effectivement disparu lors du crash de son avion, un Cessna 551, au large de la Lettonie. Selon le manifeste du vol, quatre personnes étaient à bord. Peter Grieseman (72 ans) était accompagné de sa femme, de sa fille et du petit-ami de sa fille, comme le confirme un communiqué de l’entreprise Griesemann Gruppe. Il est probable que c’est l’entrepreneur allemand, titulaire du brevet de pilote. La seule autre personne à bord titulaire du brevet était sa fille.

Escorté par des avions français, allemands, danois et suédois

L’avion privé avait décollé de Jerez en Espagne, où résidait Peter Griesemann, et devait se rendre à Cologne. Très rapidement, il a cessé de communiquer avec le contrôle aérien, obligeant la France à faire décoller des avions de chasse pour escorter l’appareil.

Il traversa tout l’Hexagone ainsi. L’appareil aurait changé plusieurs fois de trajectoire, d’abord au-dessus de Paris puis au-dessus de Cologne. L’avion aurait également survolé les espaces aériens du Luxembourg et de la Belgique, obligeant des avions de chasse allemands, danois et suédois à être dépêchés en urgence.

Une dépressurisation brutale probable

Selon les différents sites de suivi de vols, l’appareil aurait commencé à perdre de l’altitude avant de s’écraser en mer Baltique. L’aéroport de Ventspils, le plus proche du lieu de l’accident, a assuré à l’AFP n’avoir reçu aucune information que le « Cessna a tenté de rejoindre Ventspils ». Surtout, les différents pilotes français et suédois ont rapporté n’avoir vu personne dans le cockpit.

L’hypothèse la plus probable avancée par les autorités est que les passagers aient perdu connaissance après une dépressurisation brutale de l’appareil puisqu’une première alerte avait été donnée à ce sujet par l’Espagne, auprès de l’armée de l’air française selon un communiqué.

Son entreprise n’a jamais participé à la construction de Nord Stream

S’il refait surface sur les réseaux français ces derniers jours, l’accident a en fait eu lieu le 4 septembre dernier, soit 23 jours avant l’explosion des conduits du Nord Stream, un timing moins frappant que ce que laisse penser certaines publications.

Par ailleurs, il n’existe aucun lien entre le Gazoduc et Peter Griesemann. Tout d’abord parce que le chef d’entreprise a pris sa retraite en 2015 comme le confirme le communiqué du groupe, laissant sa place à son fils. Mais surtout, Griesemann Gruppe n’a jamais travaillé sur le projet Nord Stream, ni à la réalisation, ni à l’entretien comme l’a confirmé l’entreprise contactée par 20 Minutes. « Notre société ne réalise pas ce genre de projet, nous sommes spécialisés dans la construction de sites pour l’industrie chimique et pétrochimique. »