Guerre en Ukraine : Moscou ratifie l’annexion des territoires ukrainiens, Elisabeth Borne hausse le ton

récap' « 20 Minutes » fait le point pour vous tous les soirs sur l’avancée du conflit en Ukraine

20 Minutes avec AFP
— 
Elisabeth Borne dans l'hémicycle ce lundi.
Elisabeth Borne dans l'hémicycle ce lundi. — AFP
  • La Russie a lancé son « opération militaire » en Ukraine le jeudi 24 février. Tous les soirs, à 19h30, 20 Minutes vous propose son point récap' sur le conflit diplomatique russo-ukrainien devenu une guerre qui fait chaque jour des morts, des blessés et des milliers de réfugiés.
  • Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Et qui soutient qui et pourquoi ? Vous saurez tout sur l’avancée des négociations et sur les événements de cette crise qui secoue la Russie, l’Ukraine, l’Europe ou encore les Etats-Unis.
  • Ce lundi, le Parlement russe a ratifié l’annexion des quatre régions que revendique Moscou au sud et à l’est de l’Ukraine. Une initiative largement critiquée à l’international.

Vous avez raté les derniers événements sur les tensions en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a annoncé une « consultation » de la population pour établir les frontières des régions de Donetsk, Luhansk, Kherson et de Zaporojie, dont l’annexion a été ratifiée ce lundi par le Parlement russe. « Nous allons continuer à consulter la population de ces régions », a-t-il déclaré, alors que les combats se poursuivent sur place et que les positions des deux camps restent évolutives. L’Ukraine a notamment repris les localités de Zolota Balka et Myrolyubivka dans la région de Kherson.



La phrase du jour

« Nous sommes déterminés à ce que les crimes commis par la Russie soient documentés, jugés et punis. »

La Première ministre Elisabeth Borne a affiché la plus grande fermeté lors de sa prise de parole à l’Assemblée nationale ce lundi. La cheffe du gouvernement a dénoncé le « cynisme » de la Russie ainsi que les « atrocités » commises par son armée. « Autant d’actes qui justifient d’agir. Autant de monstruosités dont la Russie devra répondre », a-t-elle insisté. Le mois dernier, la commission d’enquête de l’ONU avait reconnu Moscou coupable d’un « nombre considérable » de crimes de guerre en Ukraine.

Le chiffre du jour

60.430. Il s’agit d’une estimation des forces armées ukrainiennes sur le nombre de soldats russes ayant été tués depuis le début de la guerre. L’armée de Vladimir Poutine aurait perdu, en outre, 265 avions, 228 hélicoptères ou encore 2.380 tanks.



La tendance du jour

Lâcher du lest ? Pas question. La France compte maintenir la pression exercée sur Moscou, objet de sanctions économiques depuis de longs mois. « Notre objectif est le même depuis le début : rendre le coût de la guerre insupportable pour la Russie, frapper durement son économie, pour l’empêcher de financer son offensive », a répété Elisabeth Borne. La France envisage par ailleurs de renforcer son appui militaire à l’armée ukrainienne avec de nouvelles livraisons de matériels, notamment 6 à 12 canons Caesar.