Guerre en Ukraine : La Russie bloque une résolution du Conseil de sécurité l'ONU sur ses annexions

conflit Retrouvez les informations du vendredi 30 septembre

D.R, C.P, C.d.S
— 
Conseil de sécurité de l'ONU.
Conseil de sécurité de l'ONU. — Getty Images via AFP

L’ESSENTIEL

  • Le président russe Vladimir Poutine a prévu d’entériner vendredi en milieu de journée l’annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes, menaçant d’utiliser l’arme nucléaire face aux invectives de Kiev et de ses alliés occidentaux.
  • Le Conseil de sécurité de l’ONU votera vendredi sur une résolution condamnant les « référendums » d’annexion de plusieurs régions ukrainiennes, a indiqué jeudi soir la présidence française du Conseil. La résolution n’a aucune chance d’être adoptée en raison du droit de véto de la Russie, mais elle devrait ensuite être présentée à l’Assemblée générale de l’ONU.
  • Les ministres européens de l’Energie vont s’efforcer vendredi d’adopter des mesures d’urgence pour enrayer la flambée des prix du gaz et de l’électricité pour faire face aux risques de crise sociale et de faillites d’entreprises à l’approche de l’hiver.

A VOIR

A LIRE



23h30 : Ce live est terminé

C'est l'heure de vous souhaiter une bonne nuit, on se retrouve demain matin, notamment pour suivre si l'armée ukrainienne réussit à reprendre la ville stratégique de Lyman.

23h05 : Un responsable pro-russe reconnaît que Lyman est « à demi encerclée » par les forces ukrainiennes

La situation se complique un peu plus pour l'armée russe, isolée à Lyman, un centre logistique et ferroviaire stratégique. Même Denis Pouchiline, le leader pro-russe de la DPR (Donetsk) reconnaît sur Telegram que les forces russes sont « à demi encerclées ». 



Si Lyman tombe, ce serait un désaveu cinglant pour Poutine, quelques heures après sa promesse de victoire et l'annonce de l'annexation de quatre territoires ukrainiens.

22h04 : Le risque de recours à l’arme nucléaire par Poutine existe mais ne semble pas « imminent », selon un responsable américain

Le risque d’utilisation de l’arme nucléaire par le président russe Vladimir Poutine existe mais il ne semble pas « imminent », a déclaré vendredi un haut responsable américain.

« Il y a un risque, étant donné la légèreté et l’attitude guerrière avec laquelle Poutine en parle, qu’il envisage cela, et de la même manière nous avons été très clairs sur ce que seraient les conséquences », a dit à la presse le conseiller pour la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan. « Nous ne voyons présentement pas d’indications d’un usage imminent d’armes nucléaires », a-t-il toutefois ajouté.

21h41 : Les Etats-Unis annonceront l’envoi de nouvelles armes pour l’Ukraine la semaine prochaine

Les Etats-Unis annonceront l’envoi « immédiat » de nouvelles armes pour l’Ukraine la semaine prochaine, a indiqué le conseiller pour la sécurité nationale à la Maison Blanche, Jake Sullivan.

Il y aura « une annonce la semaine prochaine d’une assistance sécuritaire immédiate » en faveur de l’Ukraine, a affirmé à la presse le conseiller, en rappelant que les Etats-Unis ont déjà promis une aide militaire massive dans la durée, dont 18 systèmes d’artillerie Himars qui doivent d’abord être fabriqués.


21h40 : Veto de la Russie à la résolution du Conseil de sécurité, abstention de la Chine sur les annexions

La Russie a utilisé son veto pour empêcher l’adoption d’une résolution du Conseil de sécurité condamnant les annexions de quatre régions ukrainiennes, tandis que la Chine et trois autres Etats membres se sont abstenus.

Le texte préparé par les Etats-Unis et l’Albanie a recueilli 10 voix en faveur et quatre pays se sont abstenus (Chine, Inde, Brésil et Gabon).

21h15 : Début de la réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur les annexions russes

Le Conseil de sécurité a commencé à examiner vendredi une résolution condamnant les « pseudo-annexions » en Ukraine, texte voué à être bloqué par un veto de la Russie, qui vient d’entériner l’annexion de quatre territoires ukrainiens.

Le projet de résolution vu par l’AFP, préparé par les Etats-Unis et l’Albanie, appelle tous les Etats et autres organisations « à ne pas reconnaître une pseudo-annexion » de ces quatre régions par la Russie.

20h59 : L’Allemagne mobilise en mer « toutes les forces disponibles » contre les fuites des gazoducs

La police allemande patrouille la mer du Nord et la mer Baltique avec « toutes les forces disponibles » après les explosions qui ont endommagé les gazoducs sous-marins Nord Stream provenant de Russie, a assuré vendredi la ministre de l’Intérieur.

« Nous prenons les menaces actuelles au sérieux et nous nous protégeons », a déclaré Nancy Faeser au journal Sueddeutsche Zeitung.

20h54 : Zelensky se félicite des « résultats significatifs » de la contre-offensive dans l’Est

Le président Volodymyr Zelensky s’est félicité vendredi des « résultats significatifs » de la contre-offensive ukrainienne dans l’Est du pays, au moment où la ville stratégique de Lyman, contrôlé par les Russes, est partiellement encerclée par les troupes de Kiev.

« Nous avons des résultats significatifs dans l’Est du pays (…) Tout le monde a entendu ce qui se passe à Lyman, dans la région de Donetsk. Ce sont des étapes qui comptent beaucoup pour nous », s’est-il réjoui dans son allocution quotidienne publiée sur les réseaux sociaux.

20h41 : Les Etats-Unis et leurs alliés ne se laisseront pas « intimider » par Poutine, dit Biden

Le président américain Joe Biden a affirmé vendredi que les Etats-Unis et leurs alliés ne se laisseraient pas « intimider » par son homologue russe Vladimir Poutine, promettant que l’OTAN défendrait « chaque centimètre » de son territoire.

« L’Amérique et ses alliés ne se laisseront pas intimider », et sont « prêts (…) à défendre chaque centimètre du territoire de l’OTAN », a-t-il affirmé lors d’un discours à la Maison-Blanche.


20h19 : Le bilan de la frappe à Zaporojie monte à 30 morts et 88 blessés…

La frappe sur une colonne de voitures de civils à la limite entre la zone ukrainienne et la zone occupée par les Russes de la région de Zaporojie (sud de l’Ukraine) a fait au moins 30 morts et 88 blessés, selon un nouveau bilan communiqué vendredi par la police ukrainienne.

« 30 morts et 88 blessés à la suite d’un autre crime de guerre russe à Zaporojie », a indiqué sur Facebook le chef de la police ukrainienne, Igor Klimenko. Le précédent bilan faisait état de 25 morts.


19h51 : Blinken juge les accusations de Poutine « absurdes et scandaleuses » à propos des fuites de Nord Stream

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a récusé vendredi les allégations « absurdes » et « scandaleuses » du président russe Vladimir Poutine qui a accusé les Anglo-saxons d’être à l’origine des explosions dans les gazoducs Nord Stream 1 et 2.

« Je n’ai rien à ajouter à ces allégations absurdes du président Poutine selon lesquelles nous ou nos partenaires alliés seraient responsables en quoi que ce soit vis-à-vis de cela », a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse, en dénonçant à nouveau « la campagne de désinformation scandaleuse » de la part de la Russie.


19h10 : Les soldats russes à Lyman combattent « à bout de forces »

Les soldats russes partiellement encerclés dans la ville stratégique de Lyman, dans l’est de l’Ukraine, combattent « à bout de forces » et la situation y est « difficile », a dit vendredi un haut responsable séparatiste prorusse, Denis Pouchiline.

« Les gars tiennent à bout de forces », a-t-il affirmé à un média local cité par les agences russes, en marge d’un rassemblement dans le centre-ville de Moscou célébrant l’annexion de quatre régions ukrainiennes par la Russie. « Presque toutes les routes logistiques (autour de Lyman) sont sous contrôle » de Kiev, a affirmé de son côté l’armée ukrainienne dans un communiqué.


18h40 : Emmanuel Macron « condamne fermement l’annexion illégale » de quatre régions par la Russie

Emmanuel Macron a condamné vendredi « fermement l’annexion illégale » par la Russie de quatre régions d’Ukraine, qui représente « une violation grave du droit international », a indiqué la présidence française.

« Le Président de la République condamne fermement l’annexion illégale par la Russie des régions ukrainiennes de Donetsk, Louhansk, Zaporojie et Kherson. Il s’agit là d’une grave violation du droit international comme de la souveraineté ukrainienne. La France s’y oppose et se tient aux côtés de l’Ukraine pour faire face à l’agression de la Russie et recouvrer sa pleine souveraineté sur l’ensemble de son territoire », réagit l’Elysée après la signature par le président Vladimir Poutine de cette annexion.


18h30 : « Bienvenue à la maison ! », lance Poutine sur la Place Rouge au sujet des territoires ukrainiens annexés
18h15 : L'Otan dénonce l'annexion «illégitime» par la Russie de quatre régions d'Ukraine
17h57 : Le G7 « ne reconnaîtra jamais » les annexions russes

Les pays du forum du G7 « ne reconnaîtront jamais les prétendues annexions » des territoires ukrainiens par la Russie, ont affirmé vendredi leurs ministres des Affaires étrangères dans un communiqué.

« Nous condamnons unanimement et fermement la guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine et la violation continue par la Russie de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de l’indépendance de l’Ukraine », ont-ils ajouté.

17h30 : Poutine ne prévoit pas « pour l’heure » de visiter les régions ukrainiennes annexées

Le président russe Vladimir Poutine ne prévoit pas pour l’heure de se rendre dans les quatre régions ukrainiennes annexées par Moscou, en plein conflit militaire avec Kiev, a indiqué vendredi le porte-parole du Kremlin.

« Pour l’heure, non, car pour l’heure il y a beaucoup de travail à venir, mais cela aura certainement lieu d’ici quelque temps », a indiqué Dmitri Peskov, cité par les agences de presse russes et interrogé sur la possibilité d’une telle visite.

17h10 : L’Ukraine va continuer de « libérer ses terres et son peuple »

L’Ukraine va continuer de « libérer ses terres et son peuple », après l’annexion de quatre régions ukrainiennes par la Russie, a promis vendredi le ministre des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba.

« Rien ne change pour l’Ukraine : nous continuons à libérer nos terres et notre peuple, en restaurant notre intégrité territoriale », a-t-il affirmé sur Twitter, fustigeant le président russe Vladimir Poutine qui « tente de s’emparer de territoires qu’il ne contrôle même pas physiquement ».

16h50 : Poutine facilite l’accès à la nationalité russe aux étrangers s’engageant dans l’armée

Moscou va faciliter l’accès à la nationalité russe aux étrangers signant un contrat dans l’armée et leurs familles, en plein conflit en Ukraine, selon un décret signé vendredi par le président Vladimir Poutine.

« Les citoyens étrangers ou apatrides signant un contrat pour servir dans les forces armées russes (…) pour au moins un an et prenant part (ou ayant pris part) aux opérations militaires pendant au moins six mois » bénéficieront de la procédure simplifiée pour obtenir un passeport russe, selon ce décret.

16h38 : Les Etats-Unis adoptent de nouvelles sanctions contre la Russie après les annexions en Ukraine

Le président américain condamne par ailleurs la déclaration d'annexion «frauduleuse» de la Russie et Washington annonce que le G7 sanctionnera tout pays soutenant la Russie après les annexions en Ukraine.

16h20 : L’Ukraine ne négociera pas avec la Russie tant que Poutine est président

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a martelé vendredi qu’il ne négociera pas avec la Russie tant que Vladimir Poutine est au pouvoir, peu après que le dirigeant russe a demandé à l’Ukraine de déposer les armes.

« L’Ukraine ne négociera pas avec la Russie tant que Poutine est le président de la Fédération de Russie. Nous négocierons avec le nouveau président », a-t-il dit, dans une vidéo en ligne, peu après que le Kremlin a formalisé l’annexion de quatre territoires ukrainiens.


16h13 : L’Ukraine va demander formellement son « adhésion accélérée à l’Otan »

Le président Volodymyr Zelensky a annoncé vendredi que l’Ukraine allait signer une demande d’adhésion accélérée à l’Otan, quelques minutes après que la Russie a formalisé l’annexion de quatre régions ukrainiennes.

« Nous adoptons une mesure décisive en signant la candidature de l’Ukraine en vue d’une adhésion accélérée à l’Otan », a-t-il dit dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.





16h09 : Moscou facilite l’accès à la nationalité russe aux étrangers s’engageant dans l’armée

Moscou va faciliter l’accès à la nationalité russe aux étrangers signant un contrat dans l’armée, en plein conflit en Ukraine, selon un décret signé vendredi par le président Vladimir Poutine.

« Les citoyens étrangers ou apatrides signant un contrat pour servir dans les forces armées russes (…) pour au moins un an et prenant part (ou ayant pris part) aux opérations militaires pendant au moins six mois » bénéficieront de la procédure simplifiée pour obtenir un passeport russe, selon ce décret.


16h00 : La fuite vue du ciel




15h53 : Poutine jure de ne pas vouloir ressusciter l’URSS

Le président russe Vladimir Poutine a assuré vendredi ne pas vouloir redonner vie à l’URSS, lors de la cérémonie d’annexion de quatre régions ukrainiennes, tout en dénonçant le « colonialisme » de l’Occident.

« L’URSS a disparu, le passé ne peut être ramené. Et la Russie n’a pas besoin de cela aujourd’hui, nous n’y aspirons pas », a-t-il déclaré, devant l’élite politique réunie sous les ors du Kremlin. Mais il a affirmé que Moscou refusait le « diktat » imposé, selon lui, par l’Occident, les Etats-Unis en tête, après l’effondrement de l’Union soviétique.


15h46 : Poutine et les dirigeants prorusses se prennent par les mains et scandent « Russie ! » après avoir signé l’annexion




15h31 : Poutine signe l’annexion de quatre régions d’Ukraine

Le président Vladimir Poutine a signé vendredi l’annexion de quatre régions d’Ukraine à la Russie lors d’une cérémonie au Kremlin en présence des quatre dirigeants prorusses de ces territoires contrôlés en totalité ou en partie par Moscou.

Les quatre dirigeants et le chef d’Etat russe ont signé tour à tour les documents d’annexion devant un public composé de membres du gouvernement, de députés et de sénateurs, et d’autres membres de l’élite politique russe avant de se prendre par les mains et de scander « Russie ! » à l’unisson avec la salle.


15h14 : Les dirigeants de l’UE « rejettent » l’annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes

Les dirigeants des pays de l’Union européenne « rejettent » et « condamnent » « l’annexion illégale » par la Russie de quatre régions ukrainiennes, ont indiqué vendredi les 27 dans une déclaration, accusant Moscou de mettre « la sécurité mondiale en danger ».

« Nous ne reconnaissons pas et ne reconnaîtrons jamais les "référendums" illégaux que la Russie a organisés comme prétexte pour cette nouvelle violation de l’indépendance, de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine, ni leurs résultats falsifiés et illégaux. Nous ne reconnaîtrons jamais cette annexion illégale », affirme la déclaration.


15h05 : La Russie « n’aspire pas » à la restauration de l’URSS

Le président russe Vladimir Poutine a assuré vendredi que son pays « n’aspire pas » à restaurer l’URSS, malgré l’offensive en Ukraine et l’annexion de quatre régions ukrainiennes à la suite de « référendums » dénoncés par Kiev et les Occidentaux.

« L’URSS a disparu, le passé ne peut être ramené. Et la Russie n’a pas besoin de cela aujourd’hui, nous n’y aspirons pas », a déclaré M. Poutine lors d’un discours au Kremlin devant l’élite politique russe.

14h51 : « Cette liberté prend les traits du satanisme »
14h50 : « L’Occident refuse les normes morales de la famille »

« Est-ce que nous voulons en Russie un parent numéro 1 et un parent numéro 2 ? Est-ce que nous voulons que dès l’école on apprenne la dégradation, et dire qu’il y a d’autres genres qu’un homme et une femme ? »

14h47 : « Pour sortir des crises, l’Occident va tenter de piller la Russie »
14h45 : « Les Etats-Unis visent tout le monde »

« L’Occident pense qu’il pourra commander le monde mais cette perspective ne séduit pas tout le monde, la plupart des Etats choisissent un chemin de collaboration avec la Russie. »

14h42 : « Les Anglo-saxons ont détruit l'infrastructure » des gazoducs, accuse Poutine
14h40 : « L’Occident s’approprie le blé ukrainien »
14h39 : « Qui est le seul pays au monde qui a utilisé deux fois l'arme nucléaire ? »
14h38 : « Les élites occidentales ont toujours été colonisatrices. Ce sont elles qui discriminent »
14h36 : « La politique coloniale a été commencée par l’Occident au Moyen-Âge »
14h35 : « Cette russophobie qui s’est répandue dans le monde c’est du racisme »
14h35 : « Il faut mettre les étiquettes sur qui est barbare et qui ne l’est pas, c’est l’Occident qui est sauvage »
14h34 : « L’Occident n’a aucun droit de parler de la démocratie et des droits des peuples »
14h32 : « Les Etats-Unis ne veulent pas nous voir libres »
14h30 : « L’Occident cherche à nous détruire, disloquer notre Etat »
14h28 : « Nos compatriotes, nos frères et sœurs en Ukraine font partie de notre peuple, ils ont vu ce que l’Occident prépare pour l’humanité, il a montré son vrai visage après la chute de l’Union soviétique »
14h27 : « Nous allons reconstruire les villes, villages, les écoles, les hôpitaux, les infrastructures… »
14h27 : « Nous allons défendre notre terre par tous les moyens »
14h26 : « Nous appelons le régime de Kiev à cesser le feu et à retourner à la table des négociations »

« Mais nous n’allons pas discuter des habitants des régions annexées. Ils ont fait leur choix. »

14h25 : « J’aimerais que le pouvoir de Kiev et l’Occident entendent que les habitants de ces quatre régions deviennent nos citoyens pour toujours »
14h23 : « Les dirigeants soviétiques ont détruit notre pays »

« C’était une catastrophe nationale quand les frontières ont été redéfinies » à la chute de l’URSS en 1991, a ajouté Vladimir Poutine.

14h22 : Minute de silence pour les combattants russes « les héros »
14h19 : « Nous allons former quatre nouvelles régions russes puisque c'est la volonté de millions de personnes »
14h19 : Le discours de Vladimir Poutine commence
14h15 : L’UE condamne « l’attaque odieuse de la Russie » contre un convoi civil en Ukraine
14h05 : Suivez l'allocation du chef du Kremlin




13h21 : Moscou contrôle 72 % de la superficie de la région de Zaporojie

Selon le groupe de réflexion américain ISW (Institute for the Study of War), Moscou contrôle 72 % de la superficie de la région de Zaporojie.

Et quelque 88 % de celle de Kherson et sa capitale éponyme sont sous occupation russe, selon la même source.

Vladimir Poutine doit formaliser l’annexion des quatre régions lors d’une cérémonie au Kremlin après midi (14 heures en France).


12h35 : Le Kremlin annonce qu’il doit encore « clarifier » les frontières de deux régions qu’il annexe

Le Kremlin a indiqué vendredi devoir encore « clarifier » si la Russie annexait la totalité des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia ou uniquement les parties qu’elle occupe.

« En ce qui concerne (les frontières) des régions de Kherson et Zaporijjia, je dois clarifier », a dit le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, à deux heures de la cérémonie à l’issue de laquelle Vladimir Poutine doit formaliser l’annexion de quatre régions d’Ukraine.


12h15 : les forces russes « partiellement encerclées » à Lyman, dans l’Est

Les forces russes sont « partiellement encerclées » dans la ville de Lyman, important nœud ferroviaire dans l’est de l’Ukraine, a reconnu vendredi un haut responsable séparatiste, le jour de l’annexion prévue par Moscou de quatre régions ukrainiennes.

« A l’heure actuelle, Lyman est partiellement encerclée. La route de Svatové est sous notre contrôle, mais sous le feu périodiquement », a indiqué sur Telegram Denis Pouchiline, à la tête du bastion séparatiste de Donetsk.

11h57 : Le sourire de la liberté retrouvée




11h20 : Volodymyr Zelensky traite la Russie de « racaille sanguinaire » après la frappe à Zaporojie

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est emporté vendredi contre la Russie, traitant ses dirigeants de « terroristes » et de « racaille sanguinaire » après une frappe sur une colonne de civils à Zaporijjia, qui a fait au moins 25 morts et 50 blessés.

« Seuls des terroristes complets peuvent faire ça et ne devraient pas avoir leur place dans le monde civilisé », a indiqué Zelensky sur Telegram, avant de lancer : « Racaille sanguinaire ! Vous répondrez certainement pour chaque vie ukrainienne perdue ! ». Les autorités prorusses accusent en retour Kiev pour cette frappe meurtrière.

11h00 : En Syrie, les frappes russes ont baissé en intensité depuis le début de la guerre en Ukraine

Les bombardements de l’armée russe en Syrie ont baissé en intensité depuis le début de l’offensive de Moscou en Ukraine, a indiqué vendredi une ONG syrienne dans un rapport marquant le septième anniversaire de l’intervention militaire de la Russie aux côtés du régime de Damas.

Depuis le 30 septembre 2021, les frappes russes ont fait 241 morts, en grande majorité des combattants du groupe djihadiste Etat islamique mais aussi 28 civils, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) dans son rapport.

10h35 : Le bilan des pertes russes




10h19 : Londres « n’acceptera jamais » l’annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes

Le Royaume-Uni « n’acceptera jamais » l’annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes, que doit entériner vendredi Vladimir Poutine, a averti la Première ministre Liz Truss, accusant le président russe d’user de la « force brute » pour « modifier les frontières internationales ».

« Le Royaume-Uni n’ignorera jamais la volonté souveraine de ces peuples et nous n’accepterons jamais les régions de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia comme autre chose qu’un territoire ukrainien », a déclaré Mme Truss dans un communiqué, ajoutant : « On ne peut pas laisser Poutine modifier les frontières internationales par la force brute. Nous ferons en sorte qu’il perde cette guerre illégale ».

10h01 : Le Maire convoque mercredi les énergéticiens, qui « ne jouent pas le jeu » sur les prix

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a demandé vendredi aux fournisseurs d’énergie des efforts supplémentaires pour garantir des « prix raisonnables » aux PME, les accusant de ne pas suffisamment « jouer le jeu », ajoutant qu’il compte les réunir mercredi prochain à Bercy.

« Je pense qu’aujourd’hui [les fournisseurs d’énergie] ne jouent pas suffisamment le jeu avec leurs clients, notamment les PME », a-t-il affirmé sur Europe 1, citant directement TotalEnergies, Engie et EDF.

09h50 : L'ami ailé




09h39 : Des images de Mykolaïv, bombardée dans la nuit




09h27 : « Pourquoi tout ce remue-ménage autour d'un simple gazoduc ?"




09h16 : L’occupation russe accuse Kiev de la frappe meurtrière dans la région de Zaporojie

L’occupation russe dans la région de Zaporojie (sud) a accusé vendredi l’Ukraine d’une frappe meurtrière sur une colonne de voitures civiles, que Kiev imputait plus tôt à la Russie, faisant état de 23 morts.

« Les combattants ukrainiens ont commis un nouvel acte terroriste. Voyant que la population allait en masse dans la partie [occupée] de Zaporojie, ils ont frappé une colonne de dizaines de voitures civiles », a indiqué sur Telegram un responsable de l’occupation régionale, Vladimir Rogov.

09h07 : Un responsable de l’occupation russe à Kherson tué dans une frappe ukrainienne

Un responsable de l’administration d’occupation russe dans la région de Kherson, dans le sud de l’Ukraine, a été tué dans la nuit de jeudi à vendredi dans une frappe ukrainienne, ont annoncé les autorités locales.

Alexeï Katerinitchev, premier adjoint au chef de l’administration de la région de Kherson, en charge de la sécurité, a été tué « dans une frappe précise » menée par les forces ukrainiennes à l’aide de deux missiles lancés par un système HIMARS sur son domicile, a indiqué un cadre de l’occupation russe, Kirill Stremooussov, cité par l’agence de presse russe TASS.

08h59 : Soupir de soulagement outre-manche

Le produit intérieur brut (PIB) britannique, qu’une première estimation avait donné en baisse de 0,1 % au deuxième trimestre, a finalement enregistré une hausse de 0,2 % sur cette période, selon un chiffre révisé publié vendredi par l’Office national des statistiques (ONS) britannique.

Ce chiffre révisé apaise les craintes d’une entrée du Royaume-Uni en récession dès le troisième trimestre, puisque deux trimestres consécutifs de contraction économique constituent l’une des définitions techniques classiques d’une récession.

08h47 : L’inflation ralentit en septembre à 5,6 %, selon une estimation provisoire

La hausse des prix à la consommation en France a ralenti en septembre, à 5,6 % sur un an, contre 5,9 % en août, selon les données provisoires publiées vendredi par l’Insee.

Ce recul de l’inflation est dû au « ralentissement » de la hausse des prix de l’énergie et des services, explique l’Institut national de la statistique dans un communiqué, tandis que la progression des prix de l’alimentation s’accélère et que celle des produits manufacturés se poursuit à un rythme proche du mois précédent.

08h40 : Au moins 23 morts dans une frappe russe dans le sud de l’Ukraine

L’Ukraine a accusé vendredi la Russie d’avoir tué 23 personnes, des civils faisant la queue pour recevoir de l’aide humanitaire, au cours d’un bombardement dans la région de Zaporojie (sud) que les Russes occupent en partie.

« L’ennemi a lancé une attaque à la roquette contre un convoi humanitaire de civils, les gens faisaient la queue pour se rendre dans la zone temporairement occupée, aller à la rencontre de proches, recevoir de l’aide », a indiqué sur Telegram le gouverneur régional ukrainien, Oleksandre Staroukh, « il y a 23 morts et 28 blessés ».

08h28 : Le Japon secoué par l’inflation

Le gouvernement japonais a annoncé vendredi qu’il allait mettre sur pied un nouveau plan d’aide pour l’économie du pays, fragilisée par la flambée des prix de l’énergie et la chute du yen depuis plusieurs mois. Ce plan devrait être présenté d’ici fin octobre afin de pouvoir être adopté par le Parlement avant la fin de l’année, a déclaré le porte-parole du gouvernement Hirokazu Matsuno, lors d’un point presse régulier.

Aucun montant n’a été dévoilé pour le moment, mais il pourrait être conséquent au vu du spectre qu’il est censé couvrir. Des mesures seront notamment prévues pour atténuer l’impact de la hausse des prix et encourager les hausses de salaires, tandis que d’autres viseront à renforcer l’économie des territoires en les aidant à utiliser au mieux les avantages de la dépréciation du yen.

La chute brutale de la monnaie japonaise renchérit encore davantage les importations du pays, qui explosent déjà sous l’effet de la flambée des prix énergétiques et alimentaires mondiaux dans le sillage de la guerre en Ukraine.

08h20 : Milorad Dodik, nationaliste serbe qui méprise une Bosnie « ratée »

Milorad Dodik, incarnation du nationalisme serbe en Bosnie, joue depuis une quinzaine d’années un rôle politique majeur dans un pays « impossible » qu’il méprise et dont il ne cesse de répéter qu’il faut se séparer. Ce colosse massif de 63 ans fut le chouchou de l’Occident mais il y a quelques jours encore, il s’affichait à Moscou en pleine guerre contre l’Ukraine au côté de Vlamidir Poutine, le président russe auquel il voue une admiration sans bornes.

Il brigue dimanche la présidence de la Republika Srpska, l’entité serbe de Bosnie, et considère que la fédération croato-musulmane, l’autre entité du pays divisé selon les lignes de fractures ethniques, est un « territoire étranger ». « La haine coule dans les rues de Sarajevo contre chacun d’entre nous identifié comme serbe », a-t-il lancé pendant la campagne.

08h11 : La Roumanie en ordre de bataille, angoissée face à la menace russe

Au pied des Carpates, la base militaire roumaine de Cincu ressemble à une fourmilière. Installation de baraquements ou manœuvres d’entraînement : des soldats français, belges ou néerlandais, déployés après l’invasion russe de l’Ukraine fin février, s’affairent. Dans ce pays à l’avant-poste de l’Otan, la guerre a eu un effet accélérateur, entre intensification des missions de l’Alliance atlantique et projets de modernisation de l’armée.

Dès le début du mois de mars, un millier d’Américains sont venus renforcer les troupes dans la localité de Mihail Kogalniceanu, sur les rives de la stratégique mer Noire, tandis que d’autres affluaient à Cincu, dans le centre. Sur ce site que l’AFP a pu visiter la semaine dernière, 400 hommes sont actuellement à l’œuvre avec l’ambition de porter la capacité d’accueil à plus de 1.000 d’ici la fin de l’année.

L’opération Aigle, placée sous commandement français, vise à renforcer dans la durée la défense du flanc oriental de l’Otan. Sous la supervision du colonel Christophe Degand du 8e RPIMA, un régiment de parachutistes originaire de Castres (sud de la France), plusieurs unités effectuent ce matin-là un exercice d’assaut en milieu urbain.

08h00 : Les prix Nobel à l’ombre de la guerre en Ukraine

Célébrer la paix et les bienfaiteurs de l’humanité avec des combats qui font rage en Europe : les prix Nobel sont décernés à partir de lundi sous l’oppressante chape de la guerre en Ukraine. Jamais depuis la Seconde Guerre mondiale un conflit entre Etats n’avait fait rage si près de Stockholm et Oslo, les deux paisibles capitales où sont attribuées les célèbres récompenses philanthropiques (médecine, physique, chimie, littérature, paix) depuis plus de 120 ans, ainsi que le plus récent prix d’économie.

Habituel sommet de la semaine d’annonce, le Nobel de la paix, attribué le 7 octobre, aura un écho particulier cette année, s’accordent les experts du prix. « Le plus probable est un prix qui aille en soutien aux institutions qui collectent de l’information sur les crimes de guerre », pronostique le professeur suédois Peter Wallensteen, spécialiste des questions internationales.

07h52 : Koupiansk reprise par Kiev

La Russie se prépare à annexer des pans de l’est et du sud de l’Ukraine, mais à Koupiansk dans le Nord-Est, les troupes de Kiev repoussent toujours plus loin leur adversaire, menaçant jusqu’à ses lignes d’approvisionnement. Des chars et des blindés ukrainiens manœuvraient librement dans cette cité industrielle jeudi, jusqu’à peu un point névralgique de la logistique russe.

Les forces russes ont tenté de tenir Koupiansk, malgré l’effondrement de leur front à l’extérieur près de Kharkiv et leur retraite catastrophique à travers le nord-est de l’Ukraine, laissant dans leur sillage des chars endommagés. La ville abrite un pont enjambant la rivière Oskil, désormais gravement endommagé, ainsi qu’une ligne ferroviaire utilisée pour approvisionner les troupes de Moscou. « Il s’agit d’un important nœud ferroviaire qui relie à la région de Lougansk puis au système ferroviaire russe », confirme le nouveau chef de l’administration militaire de Koupiansk, Andriï Kanachevitch, ajoutant : « il était important pour eux [les Russes] de le contrôler ».


07h44 : A Izioum, les Ukrainiens se reconnectent

Privés d’informations et de contact avec le monde extérieur pendant six mois d’occupation russe, les habitants de la ville d’Izioum, reprise par les troupes ukrainiennes, se réjouissent d’avoir retrouvé l’internet grâce à une borne wifi improvisée. Devant un immeuble d’habitation, des dizaines de personnes font la queue devant un panneau indiquant « 15 minutes de wifi », où un travailleur humanitaire prend les téléphones un à un et saisit le mot de passe.

Izioum, ville du nord-est de l’Ukraine majoritairement russophone d’environ 50.000 habitants avant la guerre, a été entièrement occupée par les forces russes entre avril et début septembre, lorsqu’elles ont été chassées par une contre-offensive ukrainienne. Les habitants ont expliqué jeudi à l’AFP que l’électricité et les réseaux mobiles ont été gravement endommagés pendant les combats et, n’étant toujours pas rétablis, le manque d’informations les tient dans l’ignorance de ce qui se passe. Grâce à un générateur de courant fourni par l’armée, les habitants peuvent désormais se connecter à Internet, au moins pendant un quart d’heure par jour.

07h37 : On rembobine

Si vous n’avez pas suivi les informations liées à la guerre en Ukraine jeudi, vous pouvez parcourir notre live d’hier

Ou, pour avoir un coup d’œil rapide sur les infos cruciales de la journée, vous replonger dans notre récap' quotidien :



07h29 : Le point sur le terrain

Après avoir reconquis l’essentiel du Nord-Est, l’Ukraine semble lancée dans la reprise de Lyman, une ville de la région de Donetsk et important nœud ferroviaire que l’armée russe contrôle depuis mai. « L’adversaire entreprend des tentatives régulières d’attaque pour créer les conditions d’un encerclement », a expliqué à la télévision russe un haut responsable séparatiste local prorusse, Alexeï Nikonorov.

Les bombardements russes continuaient de frapper les villes ukrainiennes, tuant notamment un enfant dans la nuit de jeudi à vendredi à Dnipro. Au moins cinq civils ont été tués mercredi dans la partie sous contrôle ukrainien de la région de Donetsk. Les forces ukrainiennes avaient aussi repris le contrôle total du nœud ferroviaire de Koupiansk, dans le Nord-Est, parvenant à chasser les troupes russes de la rive est de la ville, ont constaté jeudi des journalistes de l’AFP, qui ont vu cinq cadavres en uniforme militaire près de véhicules portant des signes de reconnaissance russes.

07h22 : Le déroulé de la journée à Moscou

Le Kremlin accueillera donc vendredi à 14 heures (heure française) une cérémonie lors de laquelle l’annexion des régions ukrainiennes de Donetsk et Lougansk (est) et Kherson et Zaporojie (sud) sera formalisée. Vladimir Poutine prononcera à cette occasion « un discours volumineux », selon son porte-parole Dmitri Peskov.

La capitale russe se préparait aussi à des festivités avec circulation restreinte vendredi et l’organisation d’un concert à l’ombre des murs du Kremlin, auquel le chef du Kremlin pourrait faire une apparition. Les responsables installés par Moscou dans les régions de Donetsk et Lougansk, Zaporojie et de Kherson sont eux déjà dans la capitale russe, selon les médias locaux.

07h20 : L’ONU et Washington fustigent ces référendums « orchestrés »

Pour sa part, le président américain Joe Biden a promis de ne « jamais, jamais, jamais » reconnaître les résultats des référendums « orchestrés par la Russie » en Ukraine.

« Je veux être très clair à ce sujet : les Etats-Unis ne reconnaîtront jamais, jamais, jamais les revendications de la Russie sur le territoire souverain de l’Ukraine », a affirmé le président américain, évoquant une « absolue parodie de référendums ». Pour le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, un tel comportement n’a « pas de place dans le monde moderne ».

07h15 : La finalisation de l’annexion des régions ukrainiennes en cours

Le président russe Vladimir Poutine va formaliser ce vendredi l’annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes, largement dénoncée par Kiev et ses alliés occidentaux, mais qu’il a menacé de défendre même avec l’arme nucléaire.

07h11 : Poutine reconnaît l’indépendance des régions de Zaporojie et de Kherson

Le président russe Vladimir Poutine a reconnu l’indépendance des régions ukrainiennes de Zaporojie et de Kherson, selon des décrets présidentiels publiés jeudi soir, à la veille de la finalisation de leur annexion par la Russie.

« J’ordonne de reconnaître la souveraineté d’Etat et l’indépendance » des régions de Zaporojie et de Kherson, situées dans le sud de l’Ukraine, a déclaré dans ces décrets Vladimir Poutine, qui s’apprête à formaliser vendredi l’annexion de ces deux régions, ainsi que de celles de Donetsk et de Lougansk (est).

07h06 : Bienvenue sur ce nouveau Live

Bonjour à toutes et à tous. Comme chaque jour, la rédaction de 20 Minutes est mobilisée pour vous donner les dernières informations sur le conflit en Ukraine. Ce vendredi, le président russe Vladimir Poutine a prévu d’entériner vendredi en milieu de journée l’annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes, menaçant d’utiliser l’arme nucléaire face aux invectives de Kiev et de ses alliés occidentaux. En réponse, le Conseil de sécurité de l’ONU va voter dans la journée sur une résolution condamnant ces « référendums » d’annexion. Mais la résolution n’a aucune chance d’être adoptée en raison du droit de véto de la Russie.