Guerre en Ukraine : Les Etats-Unis ne reconnaîtront « jamais, jamais, jamais » les référendums pro-russes en Ukraine, déclare Biden

conflit Retrouvez toutes les informations liées au conflit en ce jeudi 29 septembre

D.R, C.d.S
— 
Le président américain Joe Biden accueille le sommet États-Unis-pays insulaires du Pacifique avec le secrétaire d'État Antony Blinken (L) au département d'État à Washington, DC, le 29 septembre 2022. (Photo by Oliver Contreras / AFP)
Le président américain Joe Biden accueille le sommet États-Unis-pays insulaires du Pacifique avec le secrétaire d'État Antony Blinken (L) au département d'État à Washington, DC, le 29 septembre 2022. (Photo by Oliver Contreras / AFP) — AFP

L’ESSENTIEL

  • Les dirigeants prorusses de régions ukrainiennes occupées totalement ou partiellement par Moscou ont réclamé mercredi l’annexion à la Russie, au lendemain de référendums qualifiés d'« illégaux » par Kiev et ses alliés occidentaux, qui ont promis des sanctions.
  • L’Ukraine a de son côté réclamé de nouvelles livraisons d’armes occidentales pour combattre la Russie, balayant ses menaces répétées d’utiliser l’arme nucléaire pour protéger les nouveaux territoires qu’elle entend incorporer.
  • Objet de tous les soupçons après le sabotage présumé des gazoducs Nord Stream en mer Baltique, la Russie a contre-attaqué mercredi, pointant les Etats-Unis et obtenant une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU, Washington dénonçant en retour une nouvelle opération de « désinformation ».
  • A VOIR

A LIRE



C’est l’heure de se quitter. Merci d’avoir suivi avec nous toutes les infos liées à l’avancée du conflit. On se retrouve demain pour un nouveau live !
21h43 : Les Etats-Unis ne reconnaîtront "jamais, jamais, jamais  » les référendums pro-russes en Ukraine, déclare Biden

Le président américain Joe Biden a promis jeudi de ne « jamais, jamais, jamais » reconnaître les résultats des référendums « orchestrés par la Russie » en Ukraine.

« Je veux être très clair à ce sujet : les Etats-Unis ne reconnaîtront jamais, jamais, jamais les revendications de la Russie sur le territoire souverain de l’Ukraine », a affirmé le président américain lors d’un sommet à Washington réunissant des dirigeants d’îles du Pacifique, parlant d’une « absolue parodie de référendums ».

20h50 : Le Sénat américain adopte une nouvelle aide de 12 milliards de dollars pour l’Ukraine

Le Sénat américain a voté jeudi une nouvelle enveloppe de plus de 12 milliards de dollars pour l’Ukraine lors de l’adoption d’une rallonge au budget fédéral des Etats-Unis jusqu’en décembre.

Le texte, approuvé dans l’après-midi par des sénateurs des deux camps, sera soumis au vote des élus de la Chambre des représentants avant la fin de la semaine.

20h45 : Les référendums en Ukraine constituent des « saisies de terres » par la Russie

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a condamné jeudi les référendums d’annexion dans les régions en Ukraine sous contrôle de la Russie, qui ne sont « ni plus ni moins que des saisies de terres ».

« Cette parodie de référendums organisés par le Kremlin ne sont qu’une tentative futile pour masquer ce qui revient ni plus ni moins à une autre tentative visant à se saisir de terres en Ukraine », a affirmé M. Blinken dans un communiqué. « Pour être clairs, les résultats ont été orchestrés par la Russie et ne reflètent pas la volonté du peuple ukrainien ».

20h25 : Poutine dénonce auprès d’Erdogan un « acte de terrorisme international »

Le président russe Vladimir Poutine a dénoncé jeudi auprès de son homologue turc Recep Tayyip Erdogan les attaques présumées ayant visé les gazoducs Nord Stream 1 et 2 en mer Baltique, qui représentent selon lui un « acte de terrorisme international ».

Lors d’un entretien téléphonique avec Erdogan, Poutine « a donné son point de vue sur cet acte de sabotage sans précédent, en réalité un acte de terrorisme international, contre Nord Stream 1 et Nord Stream 2 », a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

19h50 : Mario Draghi sera décoré par Zelensky

Le Premier ministre italien sortant Mario Draghi recevra du président Volodymyr Zelensky « l’une des plus prestigieuses décorations d’Ukraine », ont annoncé jeudi ses services.

Au cours d’un entretien téléphonique ce jeudi, le président « Zelensky a annoncé au Premier ministre Mario Draghi qu’il lui conférait la première classe dans l’ordre du prince Yaroslav le Sage », ont-ils précisé dans un communiqué.

« Je serai heureux de pouvoir la recevoir de tes mains à Kiev lorsque je serai libéré de mes engagements institutionnels », a répondu à cette annonce Mario Draghi, cité par le communiqué, et qui s’est dit « également honoré et ému » par cette décoration.


19h20 : Des images de la situation à la frontière avec la Géorgie




18h55 : Les images d’une frappe russe sur Mykolaïv




18h46 : Un soldat russe demandeur d’asile en France va publier son témoignage

Un soldat russe, blessé lors de l’invasion de l’Ukraine et qui a fui son pays pour devenir demandeur d’asile en France, va publier son témoignage, ont annoncé jeudi les éditions Albin Michel. ZOV, sous-titré L’Homme qui a dit non à la guerre, doit paraître en novembre « dans 13 pays », selon Albin Michel.

Le récit est issu du « journal de guerre » de Pavel Filatiev, initialement publié sur le réseau social russe Vkontakte. Il y dénonçait l’état déplorable des troupes russes, mal équipées, mal formées, minées par le désordre, le laisser-aller et la corruption.


18h24 : Les annexions n’ont « pas de place dans le monde moderne », pour le chef de l’ONU

L’annexion de régions ukrainiennes par la Russie, qui devrait être finalisée vendredi, n’a « pas de place dans le monde moderne », a déclaré jeudi le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres devant la presse.

« Toute décision de procéder à l’annexion des régions ukrainiennes de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporojie n’aurait aucune valeur légale et mérite d’être condamnée (…) C’est une dangereuse escalade. Cela n’a pas de place dans le monde moderne », a-t-il insisté.


18h10 : Un « ordre mondial plus juste » en train de se former selon Poutine

Le président russe a également affirmé qu’un « ordre mondial plus juste » était en train de se former via « un processus difficile ».

« Une hégémonie unipolaire s’écroule inexorablement, c’est une réalité objective que l’Occident refuse catégoriquement d’accepter. Et nous voyons tout ce qui en découle », a-t-il affirmé.

« En s’accrochant au passé et en essayant de mener une politique de diktat dans tous les domaines - des relations internationales à l’économie, en passant par la culture et le sport - ce fameux Occident collectif crée de nouveaux problèmes et de nouvelles crises », a encore lancé le président russe.


18h05 : Photo de six prisonniers de guerre ukrainiens libérés dans l’échange entre Moscou et Kiev




17h27 : Des mesures de sécurité prises en Finlande et en Suède

La Finlande, voisine de la Russie, a ordonné jeudi le renforcement de la sécurité autour de ses infrastructures stratégiques à la suite du sabotage présumé des gazoducs Nord Stream en mer Baltique, tandis que des centrales nucléaires suédoises ont relevé leur niveau de vigilance.

16h58 : Le conflit en Ukraine est l’un des résultats de l' « effondrement de l’Union soviétique », selon Vladimir Poutine

Le président russe Vladimir Poutine a estimé jeudi que les conflits en ex-URSS, notamment celui en cours entre la Russie et l’Ukraine, étaient « bien sûr » le résultat de l'  « effondrement de l’Union soviétique ».

« Il suffit de regarder ce qui se passe en ce moment entre la Russie et l’Ukraine, ce qui se passe aux frontières de certains pays de la CEI. Tout cela, bien sûr, ce sont des résultats de l’effondrement de l’Union soviétique », a-t-il déclaré, lors d’une réunion avec des responsables de pays membres de la Communauté des Etats indépendants, qui rassemble d’anciennes républiques soviétiques.




16h28 : « Bella Ciao » dans les tranchées ukrainiennes



16h03 : « La France restera à vos côtés »




15h31 : La place rouge se prépare au discours de Poutine demain




15h04 : Jordan Bardella veut poursuivre en diffamation « ceux qui insinuent » que le RN entretient des liens avec la Russie

Interrogé sur France Inter ce jeudi matin, le président par intérim du parti d’extrême droite a menacé de poursuite toute personne insinuant que le RN entretiendrait des liens avec le pouvoir russe.






14h27 : Mobilisation terminée pour la république de Touva




14h00 : Le pape dit avoir intercédé pour libérer des prisonniers

Le pape François affirme avoir joué un rôle de médiateur avec la Russie pour accélérer la libération de quelque 300 prisonniers ukrainiens, dans un entretien publié jeudi dans une revue jésuite.

Dans cet entretien réalisé le 15 septembre avec une vingtaine de jésuites au cours de sa visite au Kazakhstan, le souverain pontife confie avoir reçu des « émissaires ukrainiens » au Vatican.

13h47 : A Kiev, Braun-Pivet signe un accord de coopération avec le Parlement ukrainien

La présidente de l’Assemblée nationale française Yaël Braun-Pivet a signé jeudi en Ukraine un « protocole d’accord » avec le président du Parlement Rouslan Stefantchouk, pour développer des échanges « dans la durée » entre parlementaires, notamment dans le cadre de la candidature de l’Ukraine à l’UE.

« Je suis venue à Kiev (…) pour exprimer l’appui indéfectible de l’Assemblée nationale française à l’Ukraine et à son peuple », a déclaré Yaël Braun-Pivet, selon son entourage. « Mais je tenais tout particulièrement à ce que (ce) soutien s’inscrive dans la durée », a-t-elle ajouté, alors qu’un débat sur l’Ukraine aura lieu lundi au Palais Bourbon.

Mercredi, elle avait partagé sur Twitter des images de sa visite, notamment à Tchernihiv, exprimant son « émotion » devant les destructions, et promettant que « la France aidera à l’effort de reconstruction ». Rouslan Stefantchouk a lui aussi présenté l’accord dans une publication sur son compte Facebook.



Le texte, transmis à l’AFP, réaffirme en préambule la condamnation « de l’agression armée russe ». Il salue également « l’octroi à l’Ukraine du statut de candidat à l’Union européenne ».


13h27 : Ces Russes qui fuient en Mongolie

« Je n’avais pas envie de tuer des gens » : sous le soleil matinal d’Oulan-Bator, un jeune Russe explique sans détour pourquoi il s’est exilé en Mongolie après l’appel du Kremlin à aller combattre en Ukraine.

Il fait partie des milliers de ses concitoyens qui ont déjà franchi la frontière depuis la mobilisation partielle ordonnée la semaine dernière par le président russe Vladimir Poutine.

L’annonce a provoqué une onde de choc en Russie, ainsi qu’un exode d’hommes en âge de combattre. Ils ont pris la direction de la Finlande, de la Norvège, de la Turquie, de la Géorgie mais aussi de la Mongolie, avec qui la Russie partage une frontière longue d’environ 3.500 kilomètres.

13h02 : Draghi assure à Zelensky que Rome ne reconnaîtra pas les référendums

Mario Draghi a assuré jeudi au président ukrainien Volodymyr Zelensky que l’Italie « ne reconnaîtra pas le résultat des référendums » organisés par Moscou dans des territoires occupés en Ukraine.

Au cours d’une conversation téléphonique, Le Premier ministre italien a également « confirmé le soutien continu du gouvernement italien aux autorités et à la population ukrainienne dans tous les domaines », ont indiqué ses services dans un communiqué.

Alors que des questions se posaient sur un éventuel changement d’attitude de l’Italie après la victoire dimanche aux législatives d’une coalition dominée par l’extrême droite, Giorgia Meloni, qui devrait devenir Première ministre, a assuré mardi Kiev de son soutien.


12h36 : Les Russes avec un visa de tourisme européen interdits d’entrée à partir de vendredi

Confrontée à une forte hausse des entrées depuis la Russie, la Finlande va fermer à compter de jeudi soir minuit (21h00 GMT) ses frontières aux citoyens russes munis de visas de tourisme européen de l’espace Schengen, a annoncé le gouvernement.

L’annonce de la mobilisation « partielle » de Moscou pour la guerre en Ukraine, qui s’est traduite par un bond des entrées dans le pays nordique depuis la Russie, « a eu un impact significatif » sur la décision, a affirmé le ministre finlandais des Affaires étrangères Pekka Haavisto lors d’une conférence de presse.


12h25 : Le Kremlin suspecte l’implication d’un Etat étranger après les fuites de Nord Stream

Le Kremlin a dit jeudi suspecter « l’implication » d’un Etat étranger dans les quatre fuites détectées sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2 en mer Baltique, sans toutefois nommer un pays en particulier.

« Il est très difficile d’imaginer qu’un tel acte terroriste puisse avoir lieu sans l’implication d’un État », a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, appelant de nouveau à « une enquête urgente ».


12h17 : La Russie va entériner vendredi l’annexion de territoires ukrainiens

La Russie va entériner vendredi l’annexion de territoires qu’elle contrôle en Ukraine lors d’une cérémonie au Kremlin où Vladimir Poutine prononcera un discours, a annoncé jeudi la présidence russe.

« Une cérémonie de signature d’accords sur l’entrée des nouveaux territoires dans la Fédération de Russie se tiendra demain à 15h00 (12h00 GMT) au Kremlin », a dit à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov. « Vladimir Poutine prononcera un discours volumineux lors de cet événement », a-t-il ajouté.


11h56 : L’Otan dénonce des actes de sabotage « délibérés, irresponsables » après les fuites de Nord Stream

L’Otan a dénoncé jeudi des actes de sabotage « délibérés, inconsidérés et irresponsables » commis contre les gazoducs Nord Stream en Mer Baltique et se défendra contre l’utilisation de l’énergie à des « fins coercitives ».

« Nous sommes engagés à assurer la dissuasion, à nous prémunir et à nous défendre face à l’utilisation, à des fins coercitives, du levier de l’énergie ou de tout autre procédé hybride par des acteurs étatiques ou non étatiques », ont affirmé les 30 membres de l’Alliance dans une déclaration.


11h33 : Les dirigeants séparatistes à Moscou pour finaliser l’annexion

Les dirigeants des quatre régions séparatistes contrôlées par la Russie en Ukraine étaient jeudi à Moscou pour finaliser l’annexion de ces territoires après des scrutins qualifiés de « simulacres » par Kiev et les Occidentaux.

Les responsables installés par Moscou dans les régions de Donetsk, dans l’est de l’Ukraine, ainsi que de Zaporojie et de Kherson, dans le sud, sont arrivés par avion à Moscou mercredi soir, selon les agences de presse russes. « Je suis à Moscou », a également annoncé jeudi à l’agence de presse russe Tass le responsable installé par la Russie à la tête de la région de Lougansk (est), Léonid Passetchnik.

Ils devaient être reçus prochainement par le président russe Vladimir Poutine pour entériner l’annexion par la Russie. Mercredi, les quatre responsables séparatistes lui avaient déjà adressé des demandes « officielles » en ce sens.


10h49 : Une Américaine l’emporte sur un Russe à l’élection à la tête de l’agence des télécoms de l’ONU

L’Américaine Doreen Bogdan-Martin a été élue jeudi à la tête de l’agence de l’ONU chargée des télécommunications (UIT), emportant le scrutin à une large majorité face à l’ancien vice-ministre russe des Télécommunications, Rashid Ismailov.

Avec 139 voix en sa faveur, contre 25 pour le Russe, elle prendra la succession, l’an prochain, du Chinois Houlin Zhao à la tête de l’UIT (Union internationale des télécommunications), selon le résultat de l’élection transmis en ligne.


10h18 : Le point sur la situation sur le terrain




09h58 : Un nouveau paquet de sanctions en préparation

D’après l’agence de presse Reuters, l’Union européenne prépare un nouveau paquet de sanctions à l’encontre de la Russie, qui est attendu avant le sommet prévu la semaine prochaine. Le sommet devrait se concentrer sur les récents « référendums » organisés par les autorités russes par procuration dans les zones occupées de l’Ukraine, les éventuelles annexions par la Russie, les menaces nucléaires de la Russie et la perturbation des pipelines Nord Stream.

09h50 : Au revoir de la main et la truffe




09h34 : H&M, plombé par son désengagement de Russie, lance un plan d’économies

Le géant suédois de l’habillement H&M a enregistré jeudi une chute de 89 % de son bénéfice net au troisième trimestre, plombé par une provision liée à son désengagement progressif de Russie après l’invasion de l’Ukraine.

Le numéro 2 mondial du secteur a également annoncé un nouveau plan visant à des économies annuelles de 2 milliards de couronnes, dont les effets doivent être visibles à partir du deuxième semestre 2023.

Entre juillet et septembre, le bénéfice net trimestriel de H&M a été divisé par neuf à 531 millions de couronnes (environ 49 millions d’euros) au troisième trimestre, nettement sous les attentes des analystes sondés par Bloomberg et Factset.

09h20 : A la recherche de soldats




09h07 : Le Japon espère des liens « constructifs et stables » avec la Chine

Le Japon a dit jeudi espérer des liens « constructifs et stables » avec la Chine, le jour du cinquantième anniversaire de la normalisation de leurs relations diplomatiques qui demeurent tendues.

Le Japon s’inquiète de la puissance militaire et des ambitions régionales de plus en plus affirmées de la Chine, tandis que Pékin perçoit souvent Tokyo comme un simple vassal des Etats-Unis. L’invasion russe de l’Ukraine depuis février a également creusé le fossé entre le Japon, qui soutient le camp occidental, et Pékin, qui ménage Moscou.

08h58 : Deux Somaliennes et une Ukrainienne parmi les lauréats du prix Right Livelihood

Deux défenseuses des droits humains en Somalie, Fartuun Adan et sa fille Ilwad Elman, ainsi que l'avocate ukrainienne Oleksandra Matviichuk et son Centre pour les libertés civiles ont été récompensés jeudi du prix Right Livelihood.

Oleksandra Matviichuk et le Centre pour les libertés civiles dont elle est la présidente, ont été récompensés «pour la construction d'institutions démocratiques durables en Ukraine et pour la modélisation d'une voie vers la responsabilité internationale pour des crimes de guerres».

L'organisation travaille également sur la documentation des violations des droits humains et notamment sur les crimes de guerre perpétrés depuis l'invasion de l'Ukraine par Moscou.

08h45 : Course de chars

« Les chevaux de fer font la course jusqu'au coucher de soleil », écrit le ministère de la Défense ukrainienne sur Twitter ce jeudi matin. 



08h34 : Quelles seront les conséquences de ces fuites ?

Des explosions sous-marines ont provoqué trois spectaculaires fuites de gaz dans les gazoducs Nord Stream 1 et 2. Ces convoyeurs d’énergie qui relient la Russie à l’Allemagne font l’objet d’un bras de fer crucial depuis le début de l’invasion en Ukraine. Mais quelles conséquences auront ces fuites ? L’économie européenne en sera-t-elle ébranlée ? L’environnement définitivement marqué ? 20 Minutes vous répond ici :



08h21 : Repérage tardif

Les gardes-côtes suédois n'ont pas pu préciser dans l'immédiat pourquoi le signalement de cette nouvelle fuite n'a eu lieu que tardivement. Mais les deux fuites côté suédois sont situées dans le même secteur, ont-ils indiqué.

«La distance est quelque chose de subjectif mais elles sont à proximité l'une de l'autre», a déclaré le responsable des gardes-côtes. L'autorité n'était pas en mesure de confirmer des informations de médias suédois selon laquelle cette nouvelle fuite est située au-dessus du gazoduc Nord Stream 2.

08h10 : La popularité de l’Otan grandit

L’importance de l’Otan en tant qu’acteur de sécurité a fait en un bond de 11 points en un an dans la perception des opinions publiques de 14 pays européens et nord-américains, selon une étude annuelle du German Marshall Fund (GMF) publiée ce jeudi.

L’Union européenne est également perçue comme importante pour la sécurité nationale des pays du continent, selon cette étude baptisée « tendances transatlantique » et conduite en juillet dans 14 pays (Canada, France, Allemagne, Italie, Lituanie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Espagne, Suède, Turquie, Royaume Uni, Etats-Unis) auprès de 1.500 personnes par pays.

78 % des personnes sondées jugent que l’Otan est « très » ou « plutôt » importante pour la sécurité de leur pays, contre 67 % en 2021. Les pays proches de la Russie et de l’Ukraine sont ceux qui y accordent beaucoup d’importance (91 % en Pologne, 88 % en Roumanie, 87 % en Lituanie), mais de hauts scores sont à relever dans des pays d’Europe occidentale, comme le Portugal (90 %), les Pays-Bas (81 %) ou l’Allemagne (80 %).

07h59 : Une quatrième fuite de Nord Stream identifiée en mer Baltique

Une quatrième fuite a été identifiée en mer Baltique au-dessus des gazoducs Nord Stream visés par un sabotage présumé, a-t-on appris jeudi auprès des gardes-côtes suédois.

«Il y a deux fuites côté suédois et deux fuites côté danois», a déclaré à l'AFP un responsable de l'autorité suédoise, précisant que les deux fuites côté suédois se trouvent «à proximité l'une de l'autre». Jusqu'ici les autorités des deux pays avaient fait état d'une fuite côté suédois et de deux fuites côté danois.

07h55 : En Finlande, la fuite de Russes craignant une frontière fermée « pour toujours »

Inquiets d’une possible fermeture de la frontière « pour toujours » après l’ordre de mobilisation de Moscou pour la guerre en Ukraine, un nombre croissant de Russes en âge de combattre fuient, via la Finlande, au poste-frontière de Vaalimaa. « Maintenant je crois que votre statut importe peu. Si vous êtes en état de servir aujourd’hui, demain vous pouvez être dans l’armée », explique Viktor Zakharov, un scientifique de 35 ans, un des rares à accepter de donner son nom complet.

Venant de Saint-Pétersbourg, lui, sa femme et leurs trois enfants viennent de franchir le check-point, où les passages de citoyens russes ont doublé depuis l’ordre de mobilisation « partielle » de Vladimir Poutine mercredi dernier. « Le sentiment de liberté n’est pas encore là, à cause des nuits sans sommeil et du temps passé à faire les valises », raconte le jeune père de famille, les traits tirés. Après une escale en Finlande chez des amis, il compte mettre le cap sur Israël.

Comme lui, ils sont désormais 7.000 à 8.000 à passer chaque jour la longue frontière terrestre d’environ 1.300 kilomètres, la plupart au passage de Vaalima, le plus au sud. Ses portiques gris sont devenus un des lieux de transit de milliers de Russes vers l’exil, comme ailleurs en Géorgie, au Kazakhstan ou en Turquie.

07h44 : Au Kazakhstan, des Russes qui ont « tout laissé » derrière eux

A la frontière entre la Russie et le Kazakhstan, en Asie centrale, les bénévoles s’organisent pour tenter d’accueillir des foules massives de Russes désorientés, qui ont « tout laissé » derrière eux pour échapper à la mobilisation. « Chaque jour, de plus en plus de personnes arrivent, nous ne savons tout simplement pas où les loger », raconte Diana Moukanaïeva, la voix cassée après des jours de bénévolat à côté d’une gare à la frontière.

Mardi, les autorités du Kazakhstan ont indiqué que 98.000 Russes avaient traversé la frontière depuis que le président Vladimir Poutine a annoncé une mobilisation « partielle » pour la guerre en Ukraine la semaine passée. Les journalistes de l’AFP ont vu d’immenses files de voitures et des groupes de Russes - principalement de jeunes hommes - traînant leurs valises vers les postes-frontières du nord du Kazakhstan.

Diana Moukanaïeva, emmitouflée dans un manteau noir surmonté du gilet rouge vif des bénévoles, assure que les habitants locaux n’ont que compréhension pour la détresse des Russes, contraints de « tout laisser derrière eux et de fuir ».

07h32 : On récapitule

Si vous n’avez pas suivi les actualités liées à l’Ukraine mercredi, vous pouvez vous replonger dedans avec notre live d’hier :

Not Found

Et si vous préférez vous offrir une piqûre de rappel avec notre récap' quotidien, c’est ici :



07h24 : Apple retire le réseau social russe VKontakte de son magasin d’applications

Apple a confirmé mercredi avoir retiré les applications du réseau social russe VKontakte de son App Store, à la suite des nouvelles sanctions britanniques prises contre des organisations et personnalités russes en représailles aux scrutins d’annexion organisés dans quatre régions d’Ukraine par Moscou. Les utilisateurs de VKontakte (VK), une plateforme russe qui ressemble à Facebook, pourront continuer de se servir de leurs applications s’ils les ont déjà sur leur iPhone, mais pas en télécharger de nouvelles ni réaliser de mises à jour.

« Il va peut-être y avoir des difficultés avec les notifications et les paiements. Les spécialistes de VK y travaillent », a indiqué le réseau dans un communiqué mardi, ajoutant avoir récemment amélioré les applications pour qu’elles fonctionnent bien sans mise à jour « pendant longtemps ». Apple a expliqué que les éditeurs des services mobiles de VKontakte étaient contrôlés par des entités sanctionnées par Londres. Le groupe californien a donc bloqué les comptes de ces développeurs et leurs applications ne peuvent plus être téléchargées, quel que soit le pays.

07h18 : Les dirigeants prorusses réclament l’annexion

Les dirigeants prorusses de régions ukrainiennes occupées totalement ou partiellement par Moscou ont réclamé mercredi l’annexion à la Russie, au lendemain de référendums qualifiés d'« illégaux » par Kiev et ses alliés occidentaux, qui ont promis des sanctions. « Cher Vladimir Vladimirovitch (Poutine) (…) je vous demande d’examiner la question de l’adhésion de la République populaire de Lougansk à la Russie en tant que sujet de la Fédération de Russie », a déclaré Léonid Passetchnik, chef séparatiste de la région de Lougansk, dans l’est de l’Ukraine. Il a indiqué son intention de se rendre à Moscou, tout comme son homologue de la région voisine de Donetsk, Denis Pouchiline, pour formaliser l’annexion à la Russie.

Deux lettres similaires ont été envoyées au président russe Vladimir Poutine par les deux chefs des administrations d’occupation de Kherson et Zaporojie (sud de l’Ukraine), Vladimir Saldo et Evguéni Balitski. Le premier y invoque le droit d’autodétermination des peuples. Ces demandes interviennent au lendemain de référendums sur le sujet organisés par la Russie dans l’urgence, sur cinq jours, dans ces quatre régions qu’elle contrôle totalement ou partiellement en Ukraine.

07h12 : Bienvenue sur ce nouveau Live

Bonjour à toutes et à tous. Comme chaque jour, la rédaction de 20 Minutes est mobilisée pour vous donner les dernières informations sur le conflit en Ukraine. Ce jeudi, les accusations continuent à fuser quant au responsable supposé des spectaculaires fuites qui ont touché les gazoducs Nord Stream. Mercredi, les dirigeants prorusses de régions ukrainiennes occupées totalement ou partiellement par Moscou ont réclamé l’annexion à la Russie, au lendemain de référendums qualifiés d'« illégaux » par Kiev et ses alliés occidentaux. Moscou pourrait rapidement déclarer l’annexion de ses territoires.