Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine multiplie les accusations contre Kiev, la chute de Marioupol imminente

RECAP' Ce mardi 12 avril comme tous les soirs, « 20 Minutes » fait le point pour vous sur l’avancée du conflit en Ukraine

M.F avec AFP
— 
Le président russe Vladimir Poutine s'adresse aux travailleurs lors de sa visite au cosmodrome de Vostochny, le 12 avril 2022 (image de l'agence d'etat russe Sputnik).
Le président russe Vladimir Poutine s'adresse aux travailleurs lors de sa visite au cosmodrome de Vostochny, le 12 avril 2022 (image de l'agence d'etat russe Sputnik). — Yevgeny BIYATOV / Sputnik
  • La Russie a lancé son « opération militaire » en Ukraine le jeudi 24 février. Tous les soirs, à 19h30, 20 Minutes vous propose son point récap' sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie qui fait chaque jour des morts, des blessés et des milliers de réfugiés.
  • Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Et qui soutient qui et pourquoi ? Vous saurez tout sur l’avancée des négociations et sur les événements de cette crise.
  • Ce mardi, Vladimir Poutine a accusé l’Ukraine d’avoir monté de toutes pièces le massacre de Boutcha et de mettre en difficulté le processus d’accord avec Moscou.

Vous avez raté les derniers événements liés à la guerre en Ukraine ? 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19 h 30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

Le président russe est sorti de son silence et en a profité pour envoyer une volée de critiques et d’accusations sur le gouvernement ukrainien. Il a ainsi assuré que le massacre de Boutcha qu’un « fake » orchestré par Kiev. Le chef du Kremlin a également accusé les négociateurs ukrainiens de changer sans cesse de position pendant les pourparlers avec Moscou, ce qui serait à l’origine « des difficultés » pour parvenir à un accord.

A côté de ces nombreuses critiques, le président russe a félicité son armée. Il a ainsi salué la lutte « courageuse, professionnelle, efficace » des officiers russes qui « participent à l’opération militaire spéciale au Donbass » et a assuré que l’offensive se poursuivait « calmement ». Vladimir Poutine s’est bien gardé de s’étendre sur les pertes de son armée et les a même minimisées, affirmant que l’« opération militaire » de la Russie atteindrait sans aucun doute ses « nobles » objectifs.

La phrase

Des centaines de cas de viols ont été enregistrés, y compris ceux de jeunes filles mineures et de tout petits enfants. Même d’un bébé ! Cela fait peur rien que d’en parler. »

Ce sont les mots prononcés ce mardi par le président ukrainien. Dans une vidéo adressée au parlement lituanien, Volodymyr Zelensky a dénoncé « des centaines de cas de viols » dans les zones précédemment occupées par l’armée russe. Il y a « des milliers et des milliers de victimes. Des centaines de cas de tortures. On continue de retrouver des corps dans les canalisations et les caves », a-t-il poursuivi.

Le chiffre

870.000. C'est le nombre d'Ukrainiens qui sont rentrés chez eux depuis le début de la guerre, dont des femmes et des enfants, a annoncé le service des gardes-frontières ukrainiens. Toujours selon cette source, ils seraient entre 25.000 et 30.000 à revenir chaque jour.

La tendance du jour

Les dernières troupes ukrainiennes présentent à Marioupol continuent de la défendre tant bien que mal. Selon elles, « l’ultime bataille » est proche dans cette ville portuaire assiégée par l’armée russe depuis plus de sept semaines. La ville semble sur le point de chuter. Hier, les séparatistes pro-russes ont assuré avoir conquis la zone portuaire.

De son côté, l’armée ukrainienne avait envoyé un dernier appel au secours, assurant être à bout de munitions. « Ce sera la mort pour certains d’entre nous et la captivité pour les autres », a écrit sur Facebook la 36e brigade de la marine nationale, expliquant n’avoir reçu que « 50 obus, 20 mines et des missiles antichars NLAW ». Un mince et dernier espoir subsiste avec un groupe de combattants ukrainiens cachés dans les tunnels et souterrains d’un vaste complexe industriel et que l’armée russe peine à prendre.