Guerre en Ukraine : Kiev accuse Moscou d’utiliser des bombes au phosphore et les Occidentaux se réunissent de nouveau

RECAP' « 20 Minutes » fait le point pour vous tous les soirs sur l’avancée du conflit en Ukraine

D.R. avec AFP
— 
Kiev accuse l’armée russe d’avoir utilisé des bombes au phosphore sur plusieurs villes ukrainiennes, notamment Irpin.
Kiev accuse l’armée russe d’avoir utilisé des bombes au phosphore sur plusieurs villes ukrainiennes, notamment Irpin. — MARCUS YAM/LOS ANGELES TIMES/Shu/SIPA
  • La Russie a lancé son « opération militaire » en Ukraine le jeudi 24 février. Tous les soirs, à 19h30, 20 Minutes vous propose son point récap' sur la guerre en Ukraine.
  • Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Et qui soutient qui et pourquoi ? Vous saurez tout sur l’avancée des négociations et sur les événements de cette invasion qui secoue la Russie, l’Ukraine, l’Europe ou encore les Etats-Unis.
  • Ce jeudi, Volodymyr Zelensky a accusé Moscou d'avoir utilisé des bombes au phosphore sur plusieurs villes d'Ukraine et les Occidentaux se sont rassemblés à Bruxelles pour évoquer l'invasion.

Vous avez raté les derniers événements sur les tensions en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous.

L’info du jour

Le président ukrainien accuse la Russie d’utiliser des « bombes au phosphore ». « Ce matin (…) il y a eu des bombes russes au phosphore. Des adultes ont été tués et des enfants ont été tués à nouveau », a lancé Volodymyr Zelensky dans un message vidéo pour les dirigeants Occidentaux.


L’utilisation sur des civils de ces armes qui provoquent de graves brûlures est interdite par le Protocole III de la Convention sur certaines armes classiques. « Le risque d’une utilisation à grande échelle d’armes chimiques par la Russie sur le territoire de l’Ukraine est bien réel », a par ailleurs estimé Volodmyr Zelensky, au lendemain d’une déclaration similaire du président des Etats-Unis Joe Biden.

La phrase du jour

« Boris Johnson est le dirigeant anti-russe le plus actif »

Il s’agit d’une déclaration du porte-parole du Kremlin à l’encontre du Premier ministre britannique, qui continue à égréner des sanctions pour punir la Russie de l’invasion en Ukraine. D’après Dmitri Peskov, « cela conduira à une impasse en termes de politiques étrangères ».

Le chiffre du jour

100.000. Alors que près de 3,7 millions de personnes ont fui l’Ukraine, d’après le dernier comptage de l'ONU, la Maison-Blanche a annoncé que les Etats-Unis étaient prêts « à accueillir jusqu’à 100.000 Ukrainiens et autres personnes fuyant l’agression de la Russie ».

La tendance du jour

Alors que l’invasion russe entre dans son deuxième mois, trois sommets – Otan, G7 et Union européenne – réunissaient ce jeudi à Bruxelles les chefs d’Etat et de gouvernement occidentaux.


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé l’Otan à fournir à son pays « une aide militaire sans restriction », pour faire face à l’armée russe. En réponse, les Etats-Unis « ont entamé des consultations (avec leurs alliés) pour fournir des missiles anti-navire à l’Ukraine », a indiqué une haute responsable américaine, soulignant toutefois que ce scénario présentait des « défis techniques ».

De plus, l’Otan va fournir à l’Ukraine des équipements de protection contre les menaces chimiques, biologiques et nucléaires et va protéger ses forces déployées sur le flanc oriental contre ces menaces, a annoncé le secrétaire général de l’Alliance.