Guerre en Ukraine : Insultes sur les réseaux sociaux, peur de parler en public… Des lecteurs Russes se confient

VOTRE VIE VOS AVIS Depuis le début de la guerre en Ukraine, des Russes habitant en France sont la cible d’insultes ou de menaces. Nos lecteurs racontent

T.C.
— 
Le Centre spirituel et culturel orthodoxe russe à Paris
Le Centre spirituel et culturel orthodoxe russe à Paris — HOUPLINE RENARD/SIPA
  • Depuis le début de la guerre en Ukraine, des Russes vivant en France se font insulter ou reçoivent des menaces.
  • Certains ont accepté de témoigner auprès de « 20 Minutes ».
  • Néanmoins, de nombreux lecteurs nous ont écrit pour souligner que les Russes ne sont pas responsables de l’invasion de l’Ukraine décidée par le président Vladimir Poutine.

Un restaurant russe, à Lille, qui reçoit des menaces, un centre culturel, à Paris, visé par un engin incendiaire… Depuis le début de l'invasion en Ukraine décidée par Vladimir Poutine, des Russes vivant en France ou des représentations officielles du pays sont la cible de menaces, d’insultes ou de dégradations. Certains ont témoigné auprès de 20 Minutes. Arthur, 48 ans, explique avoir peur de « parler russe », sa langue natale, « avec les membres de ma famille en présence d’autres personnes ». Bien qu’il n’ait pas la nationalité russe, il sait que son nom et son « accent slave » pourraient le gêner s’il devait chercher du travail. « Il faut arrêter cette spirale de racisme envers les Russes car elle touche sans distinction toutes les personnes, y compris les plus pacifiques qui sont contre la guerre ! » estime-t-il.

Katia, 30 ans, est elle aussi « d’origine russe, et de nationalité française ». La jeune femme a reçu sur les réseaux sociaux des « commentaires et remarques » désobligeants « parce que je suis née en Russie ». « Je trouve ça tellement nul et bête que, en 2022, on puisse en arriver là », souligne-t-elle. Michel, 46 ans, a lui aussi constaté « des commentaires déplacés sur les forums en ligne visant l’ensemble de la communauté russe ». Mais « rien de méchant », assure-t-il. « Les gens sont généralement suffisamment intelligents pour faire la part des choses, poursuit-il. Par exemple, j’étais présent lors d’une messe coorganisée par l’église gréco-catholique, on priait pour l’Ukraine mais aussi pour la Russie. »

« La faute de Poutine et seulement de Poutine »

« Il faut faire la différence entre les populations et les gouvernements », soutient Loeti, une lectrice qui a laissé un message sur la page Facebook de votre journal préféré. « La population ukrainienne souffre et je les soutiens. Maintenant, quand on voit la répression que fait Poutine sur son peuple, c’est aussi triste. D’autant que les gens ont souvent de la famille des deux côtés », remarque-t-elle. « Mon épouse est Russe, elle est contre la guerre de Poutine, comme beaucoup de Russes », note pour sa part Jean-Marie. Pour Sandra, « il ne faut pas tout mélanger ». « Les Russes ne peuvent rien contre la folie de leur président », explique-t-elle. Jo, lui, fait le parallèle avec les Chinois qui étaient ciblés, lors des premiers mois de pandémie, par des gens « qui sont vraiment débiles ».

« Le peuple russe n’est pour rien » à la guerre en Ukraine, estime de son côté Inès. Les Russes, dit-elle, « sont des gens très chaleureux ». « Tout cela est la faute de Poutine et seulement de Poutine. » Fanny non plus ne comprend pas « les gens qui insultent et menacent le peuple russe de ce qui arrive ». « Ce n’est pas de leur faute. Ce n’est pas parce que leur président a pris cette décision qu’ils sont forcément d’accord avec lui. C’est vraiment débile de faire des généralités comme ça. » « Le peuple russe n’est pas responsable de la folie de son président ! », souligne également Dominique. Corinne appelle les Français à faire preuve d’un « peu de bon sens ». Elle souhaite « bon courage à nos amis russes pacifistes ».