Conflit Ukraine - Russie : Moscou et Minsk engagent des manœuvres militaires aux frontières de l'Ukraine, marquant un regain des tensions

RECAP' « 20 Minutes » fait le point pour vous tous les soirs sur l’avancée du conflit en Ukraine

D.R. avec AFP
— 
Biélorussie: La Russie lance des manœuvres militaires à la frontière ukrainienne — 20 Minutes
  • La Russie a déployé ces dernières semaines des dizaines de milliers de soldats à la frontière ukrainienne. Tous les soirs, à 19h30, 20 Minutes vous propose son point récap' sur le conflit laissant craindre une invasion.
  • Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Et qui soutient qui et pourquoi ? Vous saurez tout sur l’avancée des négociations et les événements de cette crise diplomatique qui secoue la Russie, l’Ukraine et les Etats-Unis.
  • Ce jeudi, la Russie et le Bélarus ont débuté des manœuvres à la frontière de l’Ukraine, une démonstration de force qui marque un inquiétant regain des tensions.

Vous avez raté les derniers événements sur les tensions en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19 h 30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

Les armées russe et biélorusse ont lancé ce jeudi de  grandes manoeuvres dans la région  biélorusse de Brest, frontalière de l’Ukraine, alors que se poursuivent d’intenses efforts diplomatiques pour désamorcer la crise. Le  Pentagone a annoncé que les chefs des armées américaine et biélorusse se sont parlé afin de prévenir l’éventualité d'« incidents malencontreux » lors des manœuvres, qui sont censées durer jusqu’au 20 février.

Le déploiement de ces soldats et d’une batterie de systèmes anti-aériens S-400 a été immédiatement dénoncé par la présidence ukrainienne comme un moyen de « pression psychologique » employé par Moscou, qui a par ailleurs massé depuis novembre plus de 100.000 soldats près de sa propre frontière avec l’Ukraine.

La phrase du jour

 « Des ultimatums et des menaces ne mènent à rien »
 

C’est le sentiment du chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, qui a prononcé cette phrase au début de sa rencontre à Moscou avec son homologue britannique Liz Truss. Il a aussi déploré que « beaucoup de nos collègues occidentaux [aient] justement une passion pour cette forme [de communication] ».

Le chiffre du jour

350. C’est le nombre de soldats britanniques supplémentaires qui ont atterri ce jeudi en Pologne. « Nous devons travailler ensemble maintenant pour parvenir à une détente et convaincre Vladimir Poutine d’engager une désescalade », a souligné  Boris Johnson lors d’un point de presse commun avec son homologue polonais, Mateusz Morawiecki.

La tendance du jour

Les pays occidentaux ont dénoncé unanimement les manœuvres de la Russie et du Bélarus à la frontière de l’Ukraine. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a regretté « un geste d’une grande violence », tandis que le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a qualifié ces manœuvres de « moment dangereux pour la sécurité en Europe ».


En visite à Moscou, la cheffe de la diplomatie britannique Liz Truss a enjoint le Kremlin d’écarter ses troupes des frontières de l’Ukraine pour entamer une désescalade. Son homologue russe Sergueï Lavrov a lui jugé « incompréhensible » l’inquiétude des Occidentaux autour des manœuvres au Bélarus.