Ukraine: Macron annonce qu'il ne «reconnaîtra pas l'annexion de la Crimée»

DIPLOMATIE Emmanuel Macron tenait ce lundi, une conférence de presse avec son homologue ukrainien, Petro Porochenko...

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron et son homologue ukrainien Petro Poroshenko sur le perron de l'Elysée le 26 juin 2017.
Emmanuel Macron et son homologue ukrainien Petro Poroshenko sur le perron de l'Elysée le 26 juin 2017. — Michel Euler/AP/SIPA
  • La crise en Crimée dure depuis février 2014
  • La Russie considère le nouveau gouvernement ukrainien comme étant « illégitime »
  • A la suite d'un référendum, organisé le 18 mars 2014, le gouvernement russe annonce que la République de Crimée redevient une région fédérale de Russie

Comme son prédécesseur, Emmanuel Macron s’est élevé contre l’ annexion de la Crimée par la Russie. Ce lundi, le chef de l’Etat recevait à l’Elysée son homologue ukrainien, Petro Porochenko. « La France ne reconnaîtra pas l’annexion de la Crimée, il faut le répéter », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse commune. « La France est attachée à la souveraineté de l’Ukraine dans ses frontières reconnues », a-t-il ajouté, au terme d’une rencontre d’une heure avec le président ukrainien.

La Crimée a été annexée en mars 2014 par la Russie après une intervention de ses forces spéciales et un référendum de rattachement jugé illégal par Kiev et les Occidentaux. A l’époque, François Hollande avait fustigé cette annexion « inacceptable ». Les combats, commencés en février 2014 dans cette région de l’Ukraine contre des militaires pro-Russe se poursuivent toujours.

>> A lire aussi : Le président ukrainien Porochenko va parler à Donald Trump ce samedi

En avril dernier, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) déplorait la mort d’un de ses observateurs de nationalité américaine, tué dans l’explosion d’une mine au passage d’une patrouille dans l’Est de l’Ukraine, tenu par les rebelles.

Une discussion au « format Normandie »

En mai dernier, quelques semaines après son élection, Emmanuel Macron tenait un discours moins ferme face au président Russe, Vladimir Poutine. « Vous avez demandé comment les sanctions contre la Russie pourront aider à régler la crise dans l’est de l’Ukraine ? Et voilà la réponse : aucunement ! Luttez pour la suppression de toutes les restrictions dans l’économie mondiale », avait déclaré le président russe.

>> A lire aussi : Ukraine: Une nouvelle flambée de violences entre rebelles prorusses et forces de Kiev

Emmanuel Macron avait indiqué de son côté qu’il y aurait « une discussion » au format Normandie dans les « prochains jours ou semaines » pour éviter « une escalade » des tensions. « Sur la situation en Ukraine, nous avons longuement parlé des différents points de détails et de mise en œuvre du processus dit de Minsk. Notre souhait, je crois pouvoir le dire sous le contrôle du président Poutine, c’est que dans les meilleurs délais puisse se tenir à nouveau un échange sous le format dit Normandie » réunissant Russie, Ukraine, France et Allemagne.

Réunion qui, pour l’heure, n’a pas encore eu lieu.