Voyage de parlementaires en Crimée: L’ambassadeur d’Ukraine à Paris se dit «indigné»

DIPLOMATIE Dix parlementaires français se sont rendus en Crimée à l’invitation des autorités russes…

Vincent Vantighem

— 

Des manifestants déploient un drapeau russe géant avec l'inscription: "La Crimée et la Russie, ensemble pour toujours", le 16 mars 2015 à Simféropol
Des manifestants déploient un drapeau russe géant avec l'inscription: "La Crimée et la Russie, ensemble pour toujours", le 16 mars 2015 à Simféropol — Max Vetrov AFP

« Vous ne nous avez même pas informés… » La visite de dix parlementaires français en Crimée, à l’invitation des autorités russes, n’en finit pas de provoquer des remous. Après Laurent Fabius et Manuel Valls, l’ambassadeur d’Ukraine à Paris a manifesté, ce vendredi, son « indignation », considérant cette visite comme « un manque de respect » envers son pays.

Fabius choqué par la visite de parlementaires en Crimée

Mardi, dix sénateurs et députés, de gauche comme de droite, avaient annoncé qu’ils se rendaient en Crimée, annexée par la Russie en 2014 après un référendum contesté et qualifié d’illégal par la communauté internationale.

« Vous serez utilisés par Moscou »

« C’est avec une profonde préoccupation et une indignation que j’ai appris votre décision de visiter en tête de la délégation des parlementaires français la République autonome de Crimée (Ukraine) temporairement occupée par la Russie », a donc écrit Oleg Shamshur, l’ambassadeur d’Ukraine à Paris, au député de droite Thierry Mariani.

« Vous n’avez même pas informé la partie ukrainienne en décidant d’y entrer illégalement depuis Moscou », poursuit-il, en mettant en garde les parlementaires contre les informations qu’ils recevront pendant leur déplacement.

La visite sera, selon lui, « entièrement organisée et contrôlée par les autorités russes. Vous et vos collègues seront utilisés pour mettre en œuvre les tentatives du Kremlin de légitimer l’annexion de la Crimée ».

« Une violation du droit international »

Le ministère français des Affaires étrangères avait vivement critiqué l’étape ukrainienne, déjà qualifiée de « violation du droit international ».

Un parlementaire français en Crimée arbore un tee-shirt « Obama connard »

« Nous sommes des parlementaires libres », avait rétorqué Thierry Mariani. « Nous avons rempli toutes les obligations préalables », avait-il ajouté.