Syrie : Forte augmentation des prix du pain et des carburants

INFLATION Le prix du gazole a grimpé de plus de 177 % et celui du pain de 100 %, selon l’agence de presse officielle Sana

20 Minutes avec agences
— 
Le président syrien Bachar al-Assad à Damas, le 4 octobre 2015.
Le président syrien Bachar al-Assad à Damas, le 4 octobre 2015. — Uncredited/AP/SIPA

Une forte hausse du prix du pain et du carburant diesel est entrée en vigueur ce dimanche dans les régions syriennes contrôlées par le gouvernement, accentuant l'inflation et la crise économique dans ce pays ravagé par la guerre. Le prix du gazole a grimpé de plus de 177 % et celui du pain de 100 %, selon l'agence de presse officielle Sana, quelques jours seulement après que Damas a annoncé une augmentation du prix de l'essence non subventionnée.

Cette augmentation a coïncidé avec un décret publié ce dimanche par le président Bachar al-Assad prévoyant une augmentation de 50 % des salaires du secteur public et fixant le salaire minimum à 71.515 livres syriennes par mois (28 dollars au taux officiel, 23 euros) contre 47.000 livres (18 dollars, 15 euros). Dans un deuxième décret publié ce dimanche, le président Assad a augmenté de 40 % les retraites du secteur public et de l'armée, selon Sana.

Des prix qui ont doublé voire triplé

D'après une liste de prix publiée par Sana ce samedi, un litre de carburant diesel destiné aux industries du transport et de l'agriculture ainsi qu'au secteur public se vend désormais 500 livres syriennes, contre 180 livres auparavant. Le prix de la même quantité de carburant diesel désigné pour les boulangeries a augmenté de 135 à 500 livres syriennes, toujours d'après l'agence officielle.

Un responsable de la société d'État syrienne pour le stockage et la distribution des produits pétroliers, Mustafa Haswiya, a précisé que 80 % des besoins en hydrocarbures de la Syrie étaient achetés à l'étranger en devises étrangères. « Il était nécessaire d'augmenter les prix, afin de réduire la facture des importations et de garantir les liquidités nécessaires à la poursuite de l'approvisionnement en dérivés du pétrole », a-t-il déclaré, cité par Sana. Le prix du pain subventionné a doublé, passant de 100 à 200 livres syriennes.

« Les augmentations [...] continueront »

Un économiste de Damas, s'exprimant sous couvert d'anonymat, estime que le gouvernement continuera effectivement d'augmenter les prix à mesure que la crise s'aggrave. « Tant qu'il n'y aura pas d'argent entrant dans la trésorerie, les augmentations de prix continueront », a-t-il affirmé.

Frappée de plein fouet par le conflit déclenché en 2011, l'économie syrienne pâtit des sanctions occidentales et des effets de la crise financière au Liban voisin, dont le système bancaire a longtemps servi de base arrière pour l'approvisionnement en dollars. D'après l'ONU, la majorité des Syriens vit actuellement sous le seuil de pauvreté, tandis que les prix ont doublé au cours de l'année écoulée.