Syrie : Le régime bombarde une école à Idleb et tue neuf civils dont cinq enfants

VIOLENCES L’école servait entre autres à accueillir des familles de déplacés fuyant le conflit

20 Minutes avec agences

— 

Des Syriens ayant fuit Idleb, à Dana (Syrie), le 22 décembre 2019.
Des Syriens ayant fuit Idleb, à Dana (Syrie), le 22 décembre 2019. — AAREF WATAD / AFP

Des tirs de missile du régime syrien ont touché ce mercredi une école à Sarmine, dans la province d’Idleb dominée par des djihadistes dans le nord-ouest du pays. L’attaque a tué au moins neuf civils, dont cinq enfants, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Le pilonnage a aussi fait 15 blessés. Malgré une trêve annoncée en août, la région connaît un regain de violence depuis plusieurs semaines. Le régime de Bachar al-Assad et son allié russe bombardent la zone, sans compter les combats opposant les forces gouvernementales aux djihadistes et aux rebelles.

Un conflit meurtrier qui dure depuis 2011

Selon le directeur de l’OSDH, une partie de l’école avait été aménagée pour accueillir des familles de déplacés. Rien qu’en décembre, quelque 284.000 personnes ont été déplacées par les bombardements et les combats, selon l’ONU. Face à l’afflux de personnes, « des bâtiments publics comme des mosquées, des garages, des salles de mariage et des écoles » ont été utilisés pour accueillir les familles, a indiqué l’organisme mondial.

Le régime de Bachar al-Assad s’est dit déterminé à reconquérir la région d’Idleb, dominée par les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d’Al-Qaïda) et qui accueille aussi des groupes rebelles. Entre fin avril et fin août, les forces gouvernementales et l’aviation russe ont intensifié les bombardements. Ces violences ont tué près d’un millier de civils dans le secteur, selon l’OSDH.

Déclenché en mars 2011 par la répression de manifestations prodémocratie à Damas, le conflit en Syrie a fait plus de 370.000 morts et des millions de réfugiés et déplacés. L’année 2019 a été la moins meurtrière, selon l’OSDH, avec « seulement » 11.215 morts au cours des douze derniers mois.