Israël bombarde des positions iraniennes en Syrie en représailles à des tirs dans le Golan

MOYEN-ORIENT Dans un contexte d’animosité à la suite de plusieurs opérations israéliennes contre des intérêts iraniens en Syrie, les tensions ont été avivées par les incertitudes autour de l’accord nucléaire iranien...

20 Minutes avec AFP

— 

Photo diffusée par l'armée syrienne de missiles israéliens abattus par la défense anti-aérienne à Damas, le 10 mai 2018.
Photo diffusée par l'armée syrienne de missiles israéliens abattus par la défense anti-aérienne à Damas, le 10 mai 2018. — Uncredited/AP/SIPA

La situation tendue entre Israël et l’Iran s’est brusquement embrasée jeudi matin en Syrie. L’armée israélienne a frappé quasiment la totalité des infrastructures iraniennes dans le pays en représailles à des tirs nocturnes de roquettes sur ses positions dans le Golan, a déclaré le ministre de la Défense, Avigdor Lieberman.

« Nous avons frappé presque toutes les infrastructures iraniennes en Syrie, ils ne doivent pas oublier l’adage selon lequel, si la pluie nous tombe dessus, la tempête s’abattra sur eux », a-t-il dit lors d’une conférence sur les questions de sécurité. « J’espère que cet épisode est clos et qu’ils ont compris ».

Des dizaines de roquettes ont été tirées la nuit dernière depuis la Syrie sur la partie du Golan occupée par Israël, a rapporté jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ces tirs n’ont pas fait de victimes et ont causé des dégâts limités selon l’armée israélienne, mais l’armée a déclenché « une action contre des objectifs iraniens en Syrie », a dit un de ses porte-parole, Avichay Adrae, sur Twitter. « Toute intervention syrienne pour contrer cette action sera sévèrement réprimée », a-t-il prévenu.

Des tensions avivées par les incertitudes autour de l’accord nucléaire iranien

Un correspondant de l’AFP a rapporté de fortes détonations à Damas. La télévision a retransmis en direct des images de la capitale syrienne montrant des projectiles lumineux dans le ciel et plusieurs missiles détruits selon elle par les systèmes anti-aériens syriens. Des échanges nourris de projectiles, qui auraient commencé dès mercredi soir, ont été rapportés de part et d’autre de la ligne de démarcation.

Certains missiles israéliens ont touché des bases militaires ainsi qu’un dépôt d’armes et un radar militaire, a rapporté l’agence officielle syrienne Sana sans préciser leurs emplacements. Les batteries anti-aériennes syriennes ont abattu des dizaines de missiles israéliens, a-t-elle affirmé.

Rien ne permettait de dire si ces évènements constituaient simplement un accès de fièvre plus fort que les autres, ou s’ils marquaient le début d’une escalade redoutée depuis des semaines, dans un contexte d’animosité à la suite de plusieurs opérations attribuées à l’armée israélienne contre des intérêts iraniens en Syrie. Des tensions qui ont encore été avivées par les incertitudes autour de l’accord nucléaire conclu en 2015 par les grandes puissances avec l’Iran et dénoncé mardi soir par le président américain Donald Trump.