Frappes en Syrie: Washington pense que du sarin et du chlore ont été utilisés à Douma...

OPERATION MILITAIRE Retrouvez toutes les réactions à l’opération militaire conjointe des Etats-Unis, de la France et du Royaume-Uni en Syrie…

BC et VRB

— 

Donald Trump a clamé samedi 14 avril la réussite des frappes menées par Washington, Paris et Londres contre le régime syrien.
Donald Trump a clamé samedi 14 avril la réussite des frappes menées par Washington, Paris et Londres contre le régime syrien. — Mandel NGAN / AFP

L’ESSENTIEL

  • Donald Trump a annoncé avoir frappé plusieurs sites syriens dans la nuit de vendredi à samedi en coopération avec la France et le Royaume-Uni
  • Emmanuel Macron a expliqué cette « opération internationale a été dirigée contre l’arsenal chimique clandestin du régime syrien »
  • Les positions russes en Syrie n’ont pas été visées

A LIRE AUSSI

La France a participé à l'opération militaire en Syrie avec Washington et Londres, annonce Macron

La semaine où tout s'est décidé sur la Syrie à l'Elysée

Quelles conséquences après les frappes de la coalition en Syrie sans l'autorisation de l'ONU ni du Parlement?

 

Ce live est maintenant terminé. Merci de l'avoir suivi. 

21h26: Macron veut « intensifier » la « concertation » avec la Turquie en vue d’une « solution politique »

Le président souhaite « intensifier » dans les prochains jours la « concertation » avec la Turquie en vue de trouver une « solution politique inclusive en Syrie », a indiqué l’Elysée. Emmanuel Macron s’est entretenu par téléphone avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, selon un communiqué de l’Elysée. « Il l’a remercié pour les déclarations de la Turquie en soutien à l’opération conduite par la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis contre les capacités chimiques du régime syrien », précise la présidence française. Le chef de l'Etat « a souligné sa volonté de poursuivre le travail conjoint engagé avec la Turquie pour lutter contre l’impunité face à l’emploi d’armes chimiques, et de permettre la mise en place d’un mécanisme impartial et solide aux Nations unies », poursuit l’Elysée.

21h00: Washington pense que du sarin et du chlore ont été utilisés à Douma

Les Etats-Unis pensent que du chlore mais aussi du gaz sarin ont été utilisés par le régime syrien au cours de l’attaque chimique qu’ils lui imputent, le 7 avril à Douma près de Damas, a déclaré samedi une responsable de l’administration américaine. « Alors que les informations disponibles sont plus claires sur le recours au chlore, nous avons aussi des informations significatives qui font état également d’un usage de sarin », a-t-elle dit à la presse sous couvert de l’anonymat, évoquant notamment les symptômes rapportés par plusieurs sources. 

20h50: Paris prendra des initiatives dès lundi à l’ONU, affirme Jean-Yves Le Drian

La France prendra des initiatives diplomatiques « dès lundi » à l’ONU pour tenter d’avancer vers un règlement de la crise syrienne, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, quelques heures après les frappes occidentales contre le régime de Damas. « Nous allons prendre des initiatives dès lundi au Conseil de sécurité de l’ONU à New-York, à Bruxelles lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères, pour tracer la feuille de route (vers un règlement pacifique) avec tous ceux qui voudront », a déclaré Le Drian sur la chaîne de télévision TF1.

19h26: La Russie échoue lors d’un vote à l’ONU à faire condamner les frappes occidentales

La Russie n’a pas réussi au Conseil de sécurité de l’ONU à faire condamner au cours d’un vote un projet de résolution condamnant les frappes occidentales en Syrie. La Russie, la Bolivie et la Chine ont voté pour le texte, huit pays ont voté contre et quatre se sont abstenus. La France a annoncé le dépôt prochain d’une nouvelle résolution à l’ONU pour sortir « de l’impasse syrienne ». « Nous présenterons dans les meilleurs délais un projet de résolution avec nos partenaires britanniques et américains », a déclaré l’ambassadeur français, François Delattre. 

Selon une source diplomatique française, la France compte avec son projet pousser pour la création d’un mécanisme d’enquête sur le recours aux armes chimiques, favoriser un accès humanitaire sans limite et obtenir une nouvelle dynamique du processus de paix engagé à Genève.

18h58 : Le Conseil de sécurité de l’ONU doit « maintenant » reprendre « l’initiative », estime Macron

Le chef de l’Etat estime qu’après les frappes menées en Syrie par les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne, le Conseil de sécurité de l’ONU devait « maintenant reprendre, dans l’unité, l’initiative sur les plans politique, chimique et humanitaire ». Le président français, qui s’est entretenu successivement par téléphone avec Donald Trump et Theresa May, s’est par ailleurs « félicité de l’excellente coordination » avec Washington et Londres lors de l’opération contre des installations chimiques syriennes, qui a « atteint ses objectifs », selon un communiqué de l’Elysée.

18h24: L’Otan appelle la Russie à « faire preuve de responsabilité »

L’Otan « appelle la Russie à faire preuve de responsabilité » dans le conflit syrien, a déclaré le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg, après une réunion à Bruxelles des ambassadeurs des 29 membres de l’Organisation, consécutive aux frappes occidentales sur la Syrie. « Les Alliés appellent tous ceux qui soutiennent le régime syrien, en particulier la Russie, à faire preuve de responsabilité et à faire ainsi en sorte que le régime syrien participe de manière constructive au processus de Genève sous la conduite de l’ONU », a plaidé Stoltenberg lors d’une conférence de presse.

17h15 : Conférence de presse de la ministre des Armées Florence Parly

« La mission est un succès », affirme Florence Parly. « La capacité de la Syrie à concevoir des armes chimiques a été amoindrie. (..) Tous les missiles français ont atteint leurs cibles. Il y a donc lieu d’être fière du travail accompli », a déclaré la ministre des Armées. Après avoir salué « la coordination étroite avec nos alliés », la ministre a précisé que le temps était maintenant à « l’action diplomatique et humanitaire. »

16h33: Projet de résolution russe demandant à l’ONU de condamner les frappes

La Russie a fait circuler, peu avant une réunion d’urgence du Conseil de sécurité réclamée par Moscou, un projet de résolution demandant à l’ONU de condamner « l’agression » armée occidentale contre la Syrie. Ce projet de cinq paragraphes fait part d’une « grande inquiétude » face à « l’agression » contre un Etat souverain, qui viole, selon Moscou, « le droit international et la Charte des Nations unies ». Moscou demande un vote du Conseil de sécurité sur son projet 

15h44: Erdogan salue les frappes en Syrie

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a salué les frappes menées en Syrie par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni, estimant qu’il s’agit d’une réponse « appropriée » aux « attaques inhumaines » menées par le régime de Damas. « Le régime a vu que ses attaques croissantes ces derniers jours contre des dissidents (…) ne resteront pas sans réponse », a déclaré Erdogan lors d’une réunion de son parti à Istanbul.

14h28 Le président américain Donald trump estime que la « mission est accomplie », sur Twitter

Donald Trump en profite pour remercier ses alliés, la France et le Royaume-Uni pour leur « sagesse ».

14h23 Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunira samedi à 17h à la demande de la Russie pour aborder les frappes sur la Syrie par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni

13h57 L'implication logistique de la France dans l'attaque

On en sait plus sur les armes utilisées par la France lors des frappes de la nuit contre Damas : neuf avions de chasse, cinq frégates de premier rang, et pour la première fois, des tirs de missiles de croisière navals. 

Paris a tiré douze missiles de croisière, selon les informations fournies par l'Elysée et le ministère des Armées. Parmi eux, trois missiles de croisière navals ont été tirés par une frégate multimissions. Une première pour la France qui n'avait encore jamais utilisé cet armement en situation réelle.

Côté aérien, la France a mobilisé cinq Rafale, 4 Mirage 2000-5 et deux avions de surveillance aérienne Awacs, qui ont décollé de France vendredi, accompagnés par cinq avions ravitailleurs. Les Rafale ont tiré 9 missiles Scalp.

13h23 Jean-Luc Mélenchon appelle à  «rétropédaler » et « revenir au calme »

« C'est un mauvais jour que nous sommes en train de vivre, a estimé le chef de file de La France Insoumise. Il est temps que l'on rétropédale et qu'on revienne au calme et à la seule chose qui vaille : une conférence internationale dans laquelle tout le monde participe, notamment les Kurdes et l'organisation d'élections en Syrie. »

«Je suis très triste et très inquiet, et je compte sur le sang-froid des Russes pour que les choses en restent là », a poursuivi Jean-Luc Mélenchon, soulignant « l'extrême danger » d'une poursuite de l'escalade militaire.

13h21 François Hollande approuve les frappes

Les frappes lancées en Syrie par Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni, samedi matin, sont « justifiées » mais doivent être suivies d'une « pression diplomatique et politique» sur Moscou et Téhéran, estime François Hollande, dans un entretien au journal La Montagne.

12h23 La Chine souhaite le retour au « cadre du droit international »

La Chine s'est dite samedi « opposée à l'usage de la force » après les frappes menées en Syrie par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Unis, et a réclamé un retour « dans le cadre du droit international ».

« Nous nous opposons constamment à l'usage de la force dans les relations internationales, et soutenons le respect de la souveraineté, de l'indépendance et de l'intégrité territoriale de tous les pays », a déclaré Hua Chunying, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

La Chine, comme membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, a mis à plusieurs reprises son veto depuis 2011, à chaque fois aux côtés de la Russie, à des résolutions onusiennes sur la Syrie, s'opposant farouchement à toute intervention américaine.

12h19 Les installations militaires proches de Damas et Homs étaient vides

Les cibles visées samedi par les frappes américaines, françaises et britanniques étaient « complètement vides », leurs personnels ayant été évacués «  il y a plus de trois jours», a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

>> A lire aussi : Emmanuel Macron endosse son costume de chef de guerre

 

11h40 Les réactions politiques se multiplient

Christophe Castaner, délégué général de La République en marche, a réagi sur Twitter.

Pour Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, « ajouter la guerre à la guerre n'a jamais fait avancer la paix. Cette démonstration de force ponctuelle risque d'alimenter le terrorisme. Elle nourrit l'idée que l'Occident est hostile au monde arabe. Emmanuel Macron aligne la diplomatie de la France sur celle de Donald Trump ; c'est une erreur et les leçons du passé et de nos échecs au Moyen Orient semblent déjà oubliés».

Pour Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, au contraire, cette attaque est «une réponse juste de la France et de ses alliés à l'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien. »

Olivier Faure, premier secrétaire du PS, estime que « les attaques chimiques répétées du régime de Damas contre son peuple imposaient une réaction. Le silence des nations ouvrirait une jurisprudence criminelle donnant dans les faits la possibilité de violer les conventions internationales sur l'utilisation d'armes chimiques. »

11h31 La France prévient qu'une nouvelle intervention militaire est possible en cas de nouvelle attaque chimique

« Une bonne partie de l'arsenal chimique syrien a été détruite, a déclaré Jean-Yves Le Drian sur la chaîne BFMTV. Beaucoup a été détruit par les frappes de cette nuit. », a-t-il insisté. Pour autant le ministe des affaires étrangères prévient qu'une nouvelle intervention militaire pourrait avoir lieu en cas d'attaques chimiques.

Par ailleurs, le chef de la diplomatie française a annoncé que le déplacement d'Emmanuel Macron en Russie prévu pour la fin du mois de mai est maintenu.

 

11h09 Les rebelles syriens estiment que la frappe américaine est « une farce »

« Punir l’instrument du crime alors que le criminel est maintenu. Une farce », a estimé sur son compte Twitter Mohammed Allouche, un haut responsable du groupe rebelle Jaich al-Islam, qui contrôlait Douma, la ville où s’est déroulée l’attaque chimique présumée ayant entraîné les frappes de représailles occidentales.

10h51 Theresa May justifie les frappes

La Première ministre britannique a estimé que les frappes menées en Syrie par son pays, la France et les États-Unis envoyaient un « message clair » contre l'usage des armes chimiques. « La communauté internationale ne se tiendra pas en retrait et ne tolérera pas l'emploi d'armes chimiques », a déclaré Theresa May lors d'une conférence de presse, ajoutant que ces frappes étaient « à la fois justes et légales ». «Il ne s'agissait pas d'interférer dans la guerre civile, cela ne visait pas un changement de régime. Il s'agissait d'une frappe limitée, ciblée et efficace avec des limites claires», a insisté la dirigeante conservatrice.

10h39 La Russie se félicite de la qualité de la défense syrienne durant l'attaque

L'armée russe a affirmé que la défense antiaérienne syrienne était parvenue à intercepter 71 des 103 missiles de croisière lancés contre des installations du régime de Damas par les Etats-Unis et leurs alliés. « Cela témoigne de la grande efficacité de ces systèmes (antiaériens) et de l'excellente formation du personnel militaire syrien formé par nos spécialistes », a déclaré le général russe Sergueï Roudskoï lors d'une conférence de presse.

10h33 Mélenchon dénonce des frappes menées «  sans preuve» ni mandat de l'ONU

« Les frappes contre la Syrie se font sans preuve, sans mandat de l'ONU et contre elle, sans accord européen et sans vote du Parlement français », s'est emporté sur Twitter Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France Insoumise. « C'est une aventure de revanche nord-américaine, une escalade irresponsable », a-t-il dénoncé, jugeant que « la France mérite mieux que ce rôle. Elle doit être la force de l'ordre international et de la paix. »

10h30 La France « perd une occasion » d'être une « puissance indépendante » selon Marine Le Pen

La présidente du FN, a estimé samedi qu'avec les frappes menées en Syrie avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, la France perdait « une occasion d'apparaître sur la scène internationale comme une puissance indépendante ». «Ces frappes contre la Syrie nous engagent dans une voie aux conséquences imprévisibles et potentiellement dramatiques», a mis en garde sur Twitter la présidente du Front national.

10h24 Aucune victime à déplorer selon la Russie

L'armée russe a affirmé samedi que les frappes menées par les Etats-Unis et leurs alliés contre le régime de Bachar al-Assad en Syrie n'avaient fait « aucune victime » civile ou militaire.

« Selon des informations préliminaires, il n'y a aucune victime au sein de la population civile ou de l'armée syrienne », a déclaré le général Sergueï Roudskoï lors d'une conférence de presse.

10h06 Des forces de sécurité du régime syrien entrent à Douma

Des forces de sécurité du régime syrien sont entrées samedi dans la ville de Douma, ultime fief rebelle dans la Ghouta orientale, près de la capitale Damas, ont rapporté des médias étatiques, précisant que la ville rebelle sera vidée d'ici quelques heures « de la présence terroriste », en allusion aux combattants rebelles.

9h52 La Russie réagit

Le Kremlin a dénoncé « avec la plus grande fermeté » les frappes menées par les Etats-Unis et leurs alliés contre des installations du régime de Damas en Syrie, en représailles à une attaque chimique présumée.

« La Russie dénonce avec la plus grande fermeté l'attaque sur la Syrie, où des militaires russes aident le gouvernement légitime à lutter contre le terrorisme », a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

9h46 Les britanniques jugent l'attaque en Syrie « très réussie »

Le ministre britannique de la Défense, Gavin Williamson, a déclaré samedi que la mission menée par l'armée de l'air britannique contre un complexe militaire en Syrie semblait « particulièrement réussie ».

« Tous nos équipages sont rentrés sains et saufs, et les premières indications montrent que la mission semble très réussie », a déclaré le ministre au micro de la radio BBC 4. L'armée britannique a « joué un rôle important dans la détérioration de la capacité du régime syrien à utiliser des armes chimiques à l'avenir », a-t-il ajouté.

9h44 La Russie convoque une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU

 

9h38 L'ayatollah Khamenei dénonce l'attaque

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a violemment dénoncé les frappes occidentales menées contre la Syrie en qualifiant de « criminels » le président américain Donald Trump, son homologue français Emmanuel Macron et la Première ministre britannique Theresa.

« L'attaque menée ce matin contre la Syrie est un crime », a déclaré Ali Khamenei en recevant les hauts dirigeants politiques et militaires du pays, selon son site Telegram.

9h26 Jean-Yves Le Drian veut relancer le processus politique en Syrie

La France veut « travailler dès maintenant à la reprise » du processus politique dans la crise syrienne, a déclaré samedi son chef de la diplomatie quelques heures après des frappes occidentales sur la Syrie en représailles à une attaque chimique présumée.

« Un plan de sortie de crise doit être trouvé, avec une solution politique. Nous sommes prêts à y travailler dès maintenant avec tous les pays qui peuvent y contribuer », a déclaré Jean-Yves Le Drian lors d'une déclaration conjointe avec la ministre des Armées Florence Parly.

La France a « deux priorités, la lutte contre les groupes jihadistes, en particulier Daesh et le retour à la stabilité qui appelle une solution politique », a-t-il souligné.

Le régime syrien a dénoncé une « agression barbare et brutale »

Selon Damas, les frappes américaines visent à « entraver » une mission de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), qui devait entamer samedi son enquête à Douma sur une attaque chimique présumée.

«L'agression a pour principal objectif d'entraver le travail de l'équipe, devancer ses conclusions, et faire pression sur la mission dans une tentative visant à dissimuler les mensonges et les fabrications» des Occidentaux, selon une source au ministère des Affaires étrangères syrien.

L'attaque chimique présumée qui a visé il y a une semaine la ville de Douma, dernier bastion rebelle aux portes de Damas, a fait selon des secouristes des dizaines de morts, déclenchant un tollé international et poussant les Etats-Unis et la France à brandir la menace de frappes en Syrie.

Le régime et son allié russe avaient nié toute responsabilité, dénonçant des «fabrications » des rebelles. 

 

Le Canada soutient l'attaque

Le Canada approuve la décision des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la France de mener des frappes contre l'arsenal chimique de la Syrie, a affirmé samedi le Premier ministre Justin Trudeau.

« Le Canada condamne avec la plus grande fermeté l'usage d'armes chimiques dans l'attaque perpétrée la semaine dernière dans la Ghouta orientale, en Syrie » a ajouté Justin Trudeau dans un communiqué.

8H42

Cette nuit, à 3h00, heure française, plusieurs sites syriens ont été frappés par une action militaire américaine. La France, le Royaume-Uni mais aussi l’Otan ont apporté leur soutien à cette attaque qui visait, selon l’État-major américain et Emmanuel Macron, l’arsenal chimique.

L’attaque a duré une heure et une centaine de missiles ont été utilisés. Les réactions internationales et politiques sont déjà nombreuses suite à cette attaque.